8.5/10

Diablo 3 Reaper of Souls - Don't fear the reaper !

Vous pensiez vous la couler douce après la défaite de Diablo ! Que nenni ! Malthael, l'ange de la mort, a des envie d'éradication. Vous ne pouvez pas rester sans agir et vous foncez tête baissée sur cet excellent jeu qui fait figure de référence du genre !

Diablo 3 est le roi des rois du hack and slash et il est difficile de passer à côté de ce monument. Sur consoles, il a fait les belles heures de la 360 et de PS3. Depuis, les amateurs du genre attendaient le retour du fils prodigue et de son extension Reaper of Souls. Cette arrivée a également été suivie avec intérêt par tous les joueurs de salon qui sont passés sur la génération suivante de machines. Simple portage next gen ou référence du hack and slash ? C'est au travers de la version Xbox One que nous allons étudier la question.


ça sent l'embrouille ce genre d'endroit ! 

Tout d'abord, le pitch. Rassurez-vous, c'est rapide. En gros, après le chapitre 4, vous en vouliez encore ? Vous aviez le sentiment que le jeu n'avait pas fini son histoire ? Et bien oui ! Malthael, l'ange de la mort revient de sa longue absence et sa santé mentale laisse à désirer. Ainsi, il vole à Tyrael la pierre noire que vous aviez tant peiné à avoir et il décide qu'éradiquer l'humanité est une nécessité pour bannir les démons et le mal de ce monde. C'est là que vous intervenez car les enfants, les innocents et toutes les choses sympas, disparaîtraient injustement. Rien d'original certes mais les cinématiques vous donnent assez la trique pour avoir envie de combattre le charismatique Malthael. Il a l'air balèze, il en jette un max et il a une armée de fous furieux qui mettent à sac Westmarch. Le royaume a un côté médiéval bien sympathique qui m'a rappelé mes moments passés aux côtés des Worgens dans l'une des extensions de World of Warcraft.


Quand on arrive en ville !

Maintenant, atelons-nous au jeu à proprement parler car le scénario est un prétexte dans la série. Nous voulons aller tailler du monstre. Nous savons avec Torchlight par exemple, que le hack and slash est un genre qui se joue avec plaisir sur consoles. Diablo 3 avait montré son talent avec la version 360 ; sur One, on est sur les mêmes bases. Personnages contrôlables aux doigts et à l'œil, compétences lisibles et actions tonitruantes. En effet, on ne peut pas dire que l'on s'ennuie. Pour les consoles, l'action a été rapprochée et la roulade est un ajout non négligeable pour en mettre plein la vue. De prime abord, il est plus aisé de contrôler les classes de corps à corps car le système de verrouillage des ennemis surprend un peu lorsque l'on a l'habitude de jouer à la saga sur PC. Cependant, après quelques niveaux et autant de massacres de monstres plus tard, nous avons le personnage bien en main et c'est un plaisir de défourailler les hordes démoniaques. Il arrivera toujours qu'une petite zone d'effet ou qu'un saut partent plus loin ou plus proche que prévu mais pas de quoi crier au scandale. De plus, avec ses interfaces pensées pour la console, le jeu se prend en main sans difficultés. À tel point, que même Maverick n'a pas dit non pour tâter la bête et qu'il ne peut plus se passer de son barbare favori.


Le croisé a le coup de foudre ! 

Puisque l'on parle des classes, le croisé rejoint le casting. Il manquait un binôme au barbare pour la catégorie « force ». Le croisé est un personnage qui offre de belles possibilités. Ainsi, vous pouvez le jouer en tant que tank avec sa spécialité de blocage et de bouclier, le héros est une forteresse sur pattes. Si vous préférez garder vos ennemis à distance, les sorts et autres coups de boucliers ou de marteau mystiques rappelleront les belles heures du paladin dans WoW ou Captain America pour quiconque a tâté du Marvel Heroes. Il devient alors un personnage à mi-distance prêt à soutenir le groupe. Un très bon ajout qui justifie allègrement de refaire le jeu avec ce personnage. De plus, avec son mode multi local ou online, vous avez de belles heures d'aventures devant vous. Quand certains se réunissent pour faire une partie de foot, vous pouvez réunir trois autres amis pour aller pourfendre les forces du mal.

Pour les autres choses qui valent le détour, signalons le mode Aventure qui permettra d'aller explorer différentes zones du jeu pour accomplir des exploits. C'est un mode infini qui permet d'aller où bon vous semble tout en continuant à faire évoluer votre personnage préféré. Surtout que chaque classe a gagné un nouveau pouvoir avec l'extension comme les fameux piranhas du féticheur. Les plus aguerris iront même dans les failles des Nephalem afin de récupérer des items qui accroîtront encore votre temps passé sur le jeu. Avec ses graphismes léchés et sa bande-son qui fait la part belle à l'héroïsme et à l'action, il se hisse pour longtemps au top du genre. Si l'on considère l'aspect console et next gen, la question ne se pose même pas, il est le jeu à posséder quand on veut du hack and slash ou tout simplement un bon jeu sur console. 


Je vais lui montrer pourquoi on m'appelle le fléau ! 

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques