8/10

Fire Emblem : Three Houses - Test

SPOILER ALERT : ce jeu est génial !

Je suis retombé dans la drogue, j'ai replongé. J'ai vu le coup venir et je n'ai rien fait pour l'empêcher car cette drogue ce nomme Fire Emblem : Three Houses. Je suis fan de Fire Emblem même si je dois avouer ne pas avoir jouer à tous les épisodes. Cela dit, les derniers, je ne les ai pas manqué et j'ai eu que du bonheur à y jouer. Autant dire qu'un nouvel épisode et un épisode sur la Switch, ça le fait saliver. Vous allez me dire que je suis parti pris et que je vais kiffer le jeu ? C'est une possibilité mais il y a aussi l'autre côté de la pièce du fan : je peux être hyper sévère et me dire que c'était mieux avant… Comment vais-je accueillir ce Fire Emblem : Three Houses !


C'est toujours mieux d'attendrir les ennemis à distance ! 

 

L'histoire commence comme souvent par une intro un peu sibylline et je dois dire qu'ici, c'est assez violent pour une intro. Bref, vous n'avez rien compris et ce n'est pas grave car vous enchaînez en découvrant Byleth, c'est-à-dire vous (vous pouvez changer son nom ou son sexe mais pas son apparence de base), jeune mercenaire qui après avoir sauvé les fesses de quelques jeunes nobles, ce retrouve professeur dans l'école qui les forme ! A partir de là, vous aurez du mystère avec la voix dans votre tête et une menace mystérieuse qui pèse sur l'école. En tant que prof, vous allez choisir l'une des trois maisons et vous embarquez dans la formation et les combats. Le scénario est sympa à suivre et j'ai retrouvé toute la saveur de Fire Emblem avec des personnages charismatiques à tour de bras avec des dialogues marrants, émouvants et des tonnes de contenus. Si vous voulez tout découvrir, il vous faudra refaire le jeu avec chacune des maisons et c'est un plaisir tant le jeu est une drogue.


Puis il est bon de les finir de près ! 

 

En effet, votre vie de prof s'articule autour de différents moments clés : l'exploration de l'école où vous êtes dans l'ambiance Harry Potter avec les uniformes, les maisons, les décors et tout. Vous aurez des quêtes comme aider les élèves, les autres professeurs ou encore vous formez vous-même. Ensuite, vous avez la gestion de votre classe avec le système de tutorat ou vous aider vos élèves à se développer. Cela sous-entend développer les compétences liées au combat de vos élèves. A vous de voir si vous voulez suivre leurs prédispositions ou définir ce qui est « bon » pour eux. Certains élèves ont des talents innés, d'autres sont meilleurs en magie ou à l'épée… Quand ils auront pris assez d'expérience, ils passeront leur examen afin d'avoir une classe particulière. Ces dernières correspondent à ce que l'on connaît de la série avec ses chevaliers, ses mages, etc.


"Ouais, là bas ! " 

 

Enfin, vous avez les combats. Toujours au tour par tour, vous n'avez plus le système de trinité d'arme. Les combats sont plus modulables puisque cela dépendra des capacités de vos élèves (et donc des choix faits avant). De même, les armes s'usent mais pourront se réparer. Le jeu est assez généreux pour ne pas trop nous prendre au dépourvu sur les armes et la magie. Le système d'assistance disparaît pour une système de guide où un élève vous suivra pour apprendre mais il ne sera pas une option pour planquer ses blessés comme dans les derniers épisodes. Le côté champ de bataille est également restitué via les mercenaires que vous pourrez invoquer pour lancer des techniques sans risquer vos fesses. Le nombre est limité mais utiliser à bonne escient, cela peut sérieusement sauver la donne. A cela s'ajoute plein de petits trucs comme les capacités, les tactiques spécifiques, les terrains, etc. Cet épisode joue la carte d'une apparente simplicité mais il n'est pas pour autant facile en tant que tel. Certes, les habitués de la série vont très vite trouver leurs marques mais ce n'est pas pour cela que les batailles seront gagner d'avance.


Ouais, je suis trop de griffondor ! 

 

Le jeu donne cette impression de facilité grâce à un autre point : ses graphismes. Visuellement, le jeu est clair et offre un rendu agréable à l'œil. Il n'est pas le plus beau du monde, ce n'est pas ce que je veux dire et je reconnais que les décors ne sont pas hyper fous et variés. Mais avec les musiques ou les dialogues, cela passe bien. Fire Emblem : Three Houses est un plaisir coupable qui sera très consommateur de temps. Avec ces différentes phases, il est facile de perdre du temps car il y a plein de mini trucs à faire partout ou de nouvelles interactions à voir ou débloquer. Ce nouvel épisode parvient donc à remplir sa mission : une histoire prenante, un jeu addictif et des combats stratégiques.


On ne montre pas du doigt ! 

 

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques