8.5/10

NBA 2k16 - Critique PS4

Comme chaque année, le mois de septembre voit débarquer sur nos écrans les traditionnelles simulations sportives que ce soit de football, basket, hockey, foot US et j’en oublie. La série des NBA 2k est donc de la partie, avec la présence exceptionnelle de Spike Lee derrière la caméra pour la réalisation du mode carrière.

Avant toute chose, je tiens à préciser que je n'ai jamais touché d'épisode de la saga des NBA 2k. Non pas que l'envie m'en manquait, le basket m'attirant sensiblement plus que le foot, mais malgré son excellente réputation, NBA 2k me faisait un peu peur avec son exigence et son gameplay poussés à l'extrême. Point de comparaison avec les précédents opus dans cette critique donc, mais la découverte de ce qui est considéré comme la référence des simulations sportives.

 
Vous aussi, avec Spike Lee, vivez le rêve ... mais un rêve loooooooong

La première chose qui saute aux yeux quand on lance un match, c'est la réalisation soignée : tous les joueurs sont désignés avec une grande finesse et un souci constant de ressemblance avec le modèle. Tous les joueurs de NBA ainsi présents sont facilement identifiables au premier coup d'œil, pour peu que l'on connaisse un peu les joueurs IRL. Outre le design des joueurs, l'ambiance est aussi une des grosses réussites du jeu : les terrains resplendissants et variés sont entourés d'un public vivant (et bruyant) ainsi que de vos coéquipiers et entraîneurs, bien vivants sur les côtés. Ajoutez à cela une mise en scène implacable avec petites animations avant, pendant et après le match avec des intervenants réels modélisés au plus proche de la réalité, et vous obtiendrez une immersion totale et l'impression d'être réellement en train d'assister à un match de NBA … avec un pad en main ! Et c'est là que les choses se compliquent : l'ambiance c'est beau, mais la maniabilité c'es mieux ! Et croyez-moi, la maniabilité de NBA 2k16, c'est quelque chose : les possibilités sont incroyables et permettent un contrôle absolu de la part du joueur persévérant. Car oui, il faudra persévérer afin de maîtriser complètement les possibilités offertes par ce jeu. Cependant, il est quand même possible de s'amuser rapidement en jouant en Rookie et ce avec une connaissance assez approximative des contrôles (courir, passer, tirer et le tour est joué !).

 
Eh ouais, j'ai signé à UCLA, bitch !

Le joueur débutant aura l'occasion de se familiariser un peu avec les contrôles lors des premiers matches du mode carrière. Ce mode carrière, réalisé par Spike Lee, met en scène Freq (prononcer comme Freak pour Radio Frequencies, cherchez pas à comprendre ...) un jeune basketteur des ghettos américains souhaitant se faire un nom dans le monde du basket. Vous le suivrez donc du lycée à la NBA en passant par la fac et le fameux Draft via des cutscenes (réalisées par Spikounet) présentant la vie, la famille et les amis de Freq. À la sortie du lycée, des facultés prestigieuses viendront vous approcher et vous aurez le choix entre signer pour telle ou telle université mais n'y prenez pas trop vite goût : il s'agit de l'un des rares choix que vous ayez dans le mode carrière. Les autres choix vous seront imposés et présentés dans le cutscenes qui pourront vite s'avérer rébarbatives vu leur longueur. Le plus intéressant restera cependant les matches en eux-mêmes dans lesquels vous contrôlerez uniquement Freq durant son temps de jeu et devrez faire tout votre possible pour en faire l'homme du match, au risque de se faire laminer par les critiques en cas de contre-performance. Vos performances auront d'ailleurs un impact fort sur le collège puis l'équipe que vous rejoindrez alors donnez-vous à fond ! Bien évidemment, une simulation ne serait pas complète (parfaite ?) sans une palanquée de modes de jeu divers et variés ou sans un éditeur de personnage digne de ce nom, avec reconnaissance faciale en option.

 
"Partez sans moi les gars, j'en peux plus"

Avec tout ce dithyrambe, on pourrait penser que NBA 2k16 est une tuerie en bonne et due forme sans le moindre défaut ! Le terme de tuerie n'est pas usurpé mais des défauts sont quand même à dénombrer. Premièrement, le point qui a plus gêné le n00b que je suis : l'absence de réel tutorial est on-ne-peut-plus déplorable. Seules quelques vidéos expliquent les contrôles mais vu la technicité requise, un tuto aurait été plus que bienvenu et m'aurait peut-être permis de dépoter un peu plus dans mes matches universitaires. D'autre part, ça fait vraiment plaisir de voir un réalisateur de cinéma renommé prendre part à un jeu vidéo mais sa présence me paraît un peu discutable : les cutscenes sont (trop) nombreuses et (trop) longues et je n'ai pas particulièrement eu l'impression d'être transporté au cinéma en les regardant. Le ratio cutscene/temps de jeu se fait en défaveur de ce dernier et m'a forcé à zapper les premières, purement et simplement. Pour finir, malgré l'effort consenti par 2k pour intégrer des équipes d'autres championnats, les efforts n'ont justement pas été constants et leur absence se ressent concernant le design des joueurs européens, un cran en dessous de leurs copains américains.

 
Chaque match de NBA se termine par un petit talk avec Shaq parmi les invités

Avec une réalisation, une ambiance, des modes de jeu et un contenu global énormes, NBA 2k16 conserve avec brio sont titre de meilleure simulation sportive du moment. Les vétérans ne devraient pas être trop déboussolés et les débutants devront s'accrocher avant d'en exploiter pleinement le potentiel, mais quel potentiel ! Les quelques défauts que j'ai pu relever sont vite oubliés face au plaisir de jeu alors ne faites pas les timides comme moi, et foncez !

A propos de l'auteur

Métalleux confirmé // PlayStation lover // Bouffeur de manga // Cinéphile mais pas zoophile // Codeur professionnel // Lecteur électronique et câlineur de chatons since 1987.

    0 commentaires

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

    Rubriques