A DECOUVRIR
7.5/10

Mad Maestro ! - Test

Il y a des jeux géniaux auxquels les Japonais jouent et qui ne sortiront jamais en France. Heureusement, Eidos et son label Fresh Games sont là pour nous importer certains de ces titres chez nous. Parmi eux, Mad Maestro !. Mad Maestro est un jeu musical comme seuls les Japonais savent les faire : délirants, originaux et novateurs (si on oublie les innombrables épisodes de Dance Dance Revolution).

Première originalité, la musique : ici, point de techno, samba, hip-hop ou quoi que ce soit de connu mais du classique. Attention, que de la grande musique écrite par les meilleurs compositeurs : Beethoven, Brahms, Tchaïkovski, Mozart, Wagner, Schubert... On peut trouver ça ringard mais au bout de dix minutes de jeu, on change complètement d'avis tellement le jeu est prenant. Vous jouez le rôle d'un chef d'orchestre qui rêve de faire un grand concert de classique. Mais pour cela, il lui faut engager des musiciens. Vous allez donc faire jouer à votre orchestre de base toute une série de morceaux célèbres dans un décor qui évolue en fonction de votre réussite. Je m'explique : plus vous êtes bon et plus le décor deviendra joyeux (à la samba de amigo) et les personnages du décor réussiront ce qu'ils font (un mec qui drague, une trapéziste, des mannequins dans un défilés). Les niveaux sont en 3D pas très belle mais l'important n'est pas là. Ils atteignent parfois un niveau de délire jamais vu dans un jeu musical qui est en plus renforcé par la musique de circonstance. Ainsi vous verrez un lion tenter des acrobaties à moto sur du Schubert ou une attaque extra-terrestre sur "la charge des walkyries". Bref, regarder un instant est souvent synonyme d'échec, d'autant plus que le gameplay n'est pas des plus aisés.

En tant que chef d'orchestre, vous devez à la fois contrôler le tempo et la puissance de vos musiciens. Concrètement, à l'écran sont affiché 3 ou 4 cercles dans lesquels passe une étoile. Selon les indications (trop lent, trop rapide), il faut appuyer au bon moment sur X pour réussir la note. De plus - et c'est la grande originalité - chaque cercle possède une couleur qui correspond à un niveau de pression et à la puissance de la note. La manette étant entièrement analogique, il faudra appuyer plus ou moins la couleur (bleu faible, vert moyen, rouge fort). Ajoutez à cela qu'il faut parfois aussi appuyer sur une direction pour faire un accord ou maintenir un bouton pour maintenir une note et vous voilà transformé en vrai petit chef d'orchestre. Votre façon de jouer influe directement sur la musique. C'est à l'oreille que vous comprendrez si vous ne jouez pas assez vite, pas assez fort ou si vous ratez un accord (couac !). De plus, vous avez une jauge qui vous indique votre niveau de réussite. Pour passer un level, vous devez impérativement la conserver dans le jaune. Le but du jeu étant de réussir le concert final composé de trois morceaux en compagnie des extra-terrestres, du lion, de la trapéziste... dans un final délirant.

Outre le mode story que vous pouvez finir en easy ou normal, le jeu comporte quelques mini-jeux qui rallongent une durée de vie assez variable, car elle dépend beaucoup de votre réussite. En effet, si vous êtes vraiment bon, le mode normal ne va pas vous prendre plus de 3 heures. Par contre, il faut le finir plusieurs fois pour obtenir les 34 morceaux. Notons qu'il existe un mode pour les débiles où vous n'avez pas à gérer les niveaux de pression.

Quelques reproches tout de même : la présence de très longues cinématiques sans aucun intérêt (qu'on peut heureusement passer), des graphismes qui font pâle figure face à un Rez ou à un Frequency, l'absence de mode 2 joueurs et de la 9e symphonie de Beethoven ! Mais au final, on obtient un jeu vraiment prenant, très original mais très court.

Partager cet article

A propos de l'auteur

    0 commentaires

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Rubriques