9/10

Assassin's Creed - Test

Une tuerie ... et nous ne parlons pas ici que d'assassinats. Ce jeu est assez complet pour nous faire mourir de plaisir malgré ses quelques petits bugs et faiblesses.

Voilà une sortie attendue. Le monde se tourne vers ce potentiel croisement entre Hitman et Prince of Persia avec une petite touche d'Oblivion pour la liberté de mouvement totale. Nous avons tous été prévenus des nombreux points forts de cette nouvelle génération de jeux. Nous savons aussi qu'il a des points faibles comme celui de pouvoir faire du cheval alors qu'on s'est quand même habitués depuis une décennie à chevaucher le Chokobo - malgré quelques légères infidélités pour Zelda mais bon c'est pas un cheval c'est Epona, et une autre pour Shadow of the Colossus mais la plaine était vraiment trop grande pour être parcourue à pieds. La seule question qui existe est la suivante : est-ce que nous l'avons trop attendu ? A cette question il est difficile de répondre objectivement mais comme on dit dans ma famille depuis des siècles : Que trépasse si je faiblis.

Le premier constat est pourtant assez effrayant. Pendant les 30 premières minutes on a très mal aux yeux car une grosse nébuleuse blanche nous attaque le nerf oculaire et nous détruit la rétine. Je vous rassure on s'y habitue et ca ne dure pas non plus jusqu'à la fin du jeu, seulement le didacticiel. Même avec le demi-œil restant on remarque déjà la finesse des personnages ... et des textures quand il y en a. Le didacticiel est d'ailleurs d'une nécessité absolue car les actions sont multiples. Une fois de plus la xbox 360 nous démontre la très bonne ergonomie de sa manette et son adaptation à tout gameplay. Les associations de boutons sont instinctives et se gravent assez facilement en mémoire.

Au fur et à mesure du didacticiel nous découvrons notre personnage et son passé et plus précisément le fait que ce jeu possède un scénario qui n'à pourtant pas été vanté jusqu'à ce jour parmi les points forts du titre. Pourtant ce scénario est très bien fait et offre une histoire intéressante mais n'en dévoilons pas une miette, vous découvrirez par vous-même les subtilités de la langue des assassins.

Votre mission, si vous l'acceptez sera de parcourir plusieurs villes en mode infiltration pour assassiner des cibles bien spécifiques. Pour ce faire il vous faudra, sauter, voler et préparer votre plan d'attaque furtive et votre fuite en douce dans un dédale de rues labyrinthiques ou engorgées, sous un soleil de plomb ou les ennemis sont partout et les alliés restent à persuader.Vous decouvrirez la forte identité de ce titre aux multiples facettes sous les traits du meilleur assassin du royaume déchu par ses pairs pour péché d'arrogance et voué à regagner ses ailes lors d'une longue pénitence qui deviendra votre expérience.

La prouesse technique est sublime et envoûtante dès la prise en main pseudo-finale des compétences de base de l'aventure. Lors de la première sortie dans l'environnement naturel on comprend notre douleur. Nos yeux sont toujours baignés d'une lueur blanche persistante et incongrue mais il s'agit plutôt du rayon divin qui nous touche en plein front pour nous rendre la vue. Tel un miracle, nous étions aveugles depuis 30 minutes et nous pouvons enfin voir et nous délecter des incroyables subtilités d'Assassin's Creed. Il est certain que ce titre restera dans nos mémoires pour la beauté qu'il dégage et le goût du respect du travail bien fait qui vous remplira d'une émotion profonde et agrémentera votre manette de ce qui manque aux plus beaux poèmes : quelques larmes séchées, preuves d'un amour fusionnel (ce qui sera du plus bel effet si vous avec les manettes élites de la xbox 360 ou encore une Playstation 3).

Deux choses toutefois m'empêchent de retoucher ma manette trop souvent. La première est assez facile à contourner. Ce jeu est trop proche du divin pour que l'on puisse supposer être à sa hauteur. On a donc l'impression de jouer avec une plus grande instance que la sphère virtuelle de nos fantasmes. La seule solution est donc de rester sur terre ce qui ne sera pas non plus insurmontable d'autant plus que le jeu n'est pas non plus parfait et comporte certains petits défauts qui le glissent juste en dessous de ce niveau ; je pense notamment aux quelques bugs existants (désolé de vous décevoir il y en a quelques uns).

La deuxième est surmontable également pour des raisons d'équilibre sur terre. Le jeu, malgré un nombre incalculable de retranchements techniques, un environnement fabuleux à maitriser dans les trois villes mises à disposition, et des quêtes secondaires innombrables pour garantir son succès telle que la préparation de sa fuite en parallèle de l'assassinat, le jeu, donc, est assez linaire dans son propos. Il faut assassiner et malgré tous les intérêts cités qui sont autant de joies et de difficultés dans un univers magnifique de réalisme et de fluidité, il n'en reste pas moins un peu similaire de cible en cible. Mais de la même manière que beaucoup de joueurs ne faisaient que rouler en voiture dans les rues de Liberty et Vice city pour la beauté du monde et ses plus belles couleurs, vous attraperez ce virus avec Assasin's creed une fois vos actions accomplies. Et après une journée de travaill dans la foule, vous sauterez joyeusement d'un clocher jusque dans une meule de foin. Car ce jeu est grand et y vivre est un plaisir. Il s'agit définitivement de la première œuvre majeure sur les consoles nouvelle génération... dans son registre bien évidemment.

A découvrir

Turok - Test

Partager cet article

A propos de l'auteur

20 commentaires

  • Fen-X

    24/09/2007 à 16h13

    Répondre

    Clairement. Ca m'emmerde beaucoup car je comptais me le prendre sur PC. En général je préfère prendre mes jeux sur PC quand je le peux, ça reste ma plate-forme de prédilection. J'aurai beaucoup de mal à attendre pour celui-là, donc je risque de craquer pour ma 360. Tant pis.


    Déjà que j'ai beaucoup de mal à résister à l'achat de GoW sur 360, en attendant la version PC. 

  • Anonyme

    18/10/2007 à 17h32

    Répondre

    Aaaaaaaaaaarg j'le voulais sur pc xD. La chance les consoleux !! ^^


    *attends*


    Vivement sa sortie a ce jeu en éspérant qu'on soit pas déçus. 

  • Anonyme

    22/10/2007 à 19h43

    Répondre

    pinaise moi aussi je le voulais sur pc .....


    Bon pour postiver on va dire qu'il en sera d'autant plus mieux...      C'est injuste je vais devoir m'acheté la 360 rien que parceque je vais pas pouvoir attendre^^

  • Guillaume

    12/11/2007 à 10h04

    Répondre

    Perso j'attends le jeu avec impatience. J'envisage même de l'acheter dès sa sortie, c'est dire...


    Suis-je le seul ?

  • Fen-X

    12/11/2007 à 10h15

    Répondre

    J'aimerais bien prendre un collector, mais ça attendra sûrement le mois prochain, vu mon planning vidéoludique déjà bien chargé. Mais je l'attends de pied ferme.

  • Dat'

    12/11/2007 à 13h14

    Répondre

     


    nop, moi aussi je l'attends drolement... Mais le probleme, c'est que Mario Galaxy se glisse aussi dans les sorties cette semaine.


     

  • Veterini

    12/11/2007 à 16h29

    Répondre

    Moi je trouve que ça ressemble à du sous-thief tout pourri. Beurk !


     

  • Anonyme

    24/11/2007 à 17h07

    Répondre

      Je crois que je suis pas le seul qui le veut sur son pc ^^ ! bon ben va falloir attendre , j'ai hâte !

  • Fen-X

    25/11/2007 à 20h13

    Répondre

    Mass Effect a été annoncé comme porté un jour sur PC. Mais un jour, parce que pour l'instant, priorité est donnée au développement de toute la trilogie sur 360.

  • Perroguevara

    25/11/2007 à 22h44

    Répondre

    j'ai vu des extraits du jeux, il a l'air trop bien mais, moi aussi je l'attend sur PC, dommage, au niveau cadeau de noël c'est un peu foiré ^.^

  • kou4k

    25/11/2007 à 23h32

    Répondre

    Si ca peut nous éviter de nous manger tous les bugs foireux d'une version à moitié finalisée sur console, je veux bien attendre encore un peu ^^.


    Parce que c'est à la mode on dirait, les jeux pas finis... Sauf que sur consoles y'a pas de patchs...

  • Fen-X

    26/11/2007 à 04h17

    Répondre

    Ah pardon, mais y'a des patchs sur console aujourd'hui (à part sur la Wii, bien entendu). Merci les disques durs. ^^

  • Koub

    14/02/2008 à 08h52

    Répondre

    Hop, avis perso, déjà publié dans le forum :


    Assassin's Creed est enfin là.
    Après les somptueux mais ultra-classiques Gears of War, Lost Planet, Ghost Recon et autres Call of Duty 4, on attendait de pied ferme cet Assassin
    qui se présentait comme l'un des premiers véritables jeux next-gen. Car
    le constat est là : la Xbox 360 est sortie il y a deux ans déjà, et ce
    n'est qu'aujourd'hui qu'arrive Assassin, avec
    sa splendeur visuelle forcément «next-genesque» mais aussi, et surtout, ses promesses de gameplay nouvelle génération.


    Quel
    gameplay? Celui d'un assassin au temps des Croisades qui doit se
    renseigner sur sa future victime, puis l'approcher pour s'en
    débarrasser en toute sérénité. Rien de bien révolutionnaire bien sûr,
    mais il fallait bien une machine comme la 360 ou la PS3 pour afficher un monde
    aussi gigantesque et faire vivre cette foule dans laquelle on peut se
    fondre ou trébucher lors d'une course poursuite effrénée.


    Le
    joueur dirige Altaïr, assassin déchu pour son arrogance, et qui doit
    faire neuf nouvelles victimes pour réintégrer son ordre. Neuf victimes,
    pour neuf variations épuisantes car ultra répétitives d'un concept
    finalement assez pauvre : escalader les points culminants des villes
    pour faire ses repérages, réaliser quelques missions de renseignements,
    fondre sur sa proie puis s'enfuir à toutes jambes.


    Oui, Assassin's Creed
    est atrocement répétitif. Il est tellement lourd qu'il est
    difficilement concevable d'y jouer dix heures d'affilée – mais pourquoi
    pas huit ? Plaisanterie mise à part, si l'on y joue de manière
    suffisamment morcelée, Assassin's Creed
    est d'une saveur sacrément relevée. Arpenter les ruelles de Jérusalem,
    visiter les souks, escalader la grande Cathédrale de Saint Jean d'Acre,
    voler un document, espionner quelqu'un ou supprimer ses victimes sont
    autant d'actions extrêmement plaisantes.


    Et puis, Assassin's Creed
    est tellement beau qu'on n’en revient toujours pas. Il faut le voir
    pour le croire. Si certaines animations sont encore un peu raides –
    notamment au niveau des vêtements –, le monde affiché par la console
    est d'une beauté sans nom. Les textures sont d'une finesse incroyable,
    la modélisation des personnages est nanométrique et la profondeur de
    champ, moyennant quelques ajustements, est véritablement colossale.
    Comment ne pas parler de l'architecture, d'une précision maniaque,
    recréant ces villes gigantesques pierre par pierre et poutre par poutre?


    Voir Altaïr gravir une cathédrale tout en souplesse, s'accrochant au moindre petit rebord, virevoltant en
    contrejour, est sûrement l'une des plus belles choses qu'un jeu vidéo nous ait jamais offert.


    Annoncée
    comme révolutionnaire, la gestion de la foule est bien là. Très
    artificielle, mais le système fonctionne. En mode passif, Altaïr se
    fond doucement au milieu des gens, qu'il peut écarter délicatement sans
    éveiller l'attention. En mode actif, il court comme un dératé, bouscule
    tout le monde, fait tomber les gens à la renverse ou s'effondre
    lui-même si l'on ne fait pas attention et que l'on percute un passant
    de plein fouet. Tout ce remue-ménage ne manquera pas d'éveiller les
    soupçons des soldats qui sont à votre recherche. Même en faisant très
    attention, on a vite fait de faire tomber l'amphore d'un passant. Plus
    sournois : les ruelles sont pleines de malades mentaux ou de mendiants
    qui vous prendront à partie inlassablement. Ne perdez pas votre
    calme... Nombre de missions furtives capoteront à la dernière seconde
    parce qu'un fou vous aura fait repérer. Le système est globalement
    satisfaisant, même si l'on se lasse très vite des réactions des
    villageois qui répètent incessamment les mêmes phrases. Il est amusant
    au début de susciter des réactions en escaladant un monument, mais la
    bande-son tourne vite en rond. Quant à la gestion des soldats, Assassin's Creed
    est aussi basique et artificiel que ses prédécesseurs. Si vous vous
    faites repérer, vous devrez fuir, vous soustraire à la vue de vos
    poursuivants, puis opter pour l'une des quatre techniques de
    dissimulation. C'est très peu et c'est surtout pas du tout crédible les
    ¾ du temps.


    Le combat est parfois inévitable. Là, Assassin's
    fait très fort. Avec son système de contre redoutable, Altaïr se change
    en surhomme et peut foutre la branlée à une vingtaine de gardes à lui
    tout seul sans sourciller. C'est violent, plaisant à jouer et
    extrêmement bien mis en scène, pour un résultat cinématographique
    absolument somptueux.


    Mais
    Altaïr est surtout un acrobate hors du commun. Il court vite, saute
    haut et formidablement loin. Il se raccroche à tout et n'importe quoi,
    se hisse avec élégance, et repart à toute vitesse. Et c'est tellement
    simple que c'en est bluffant. Un seul bouton suffit pour bondir de
    toits en toits, en équilibre sur un tas de vieilles poutres, se hisser
    ou se balancer. Le résultat est une course complètement folle, à la
    limite de l'impesanteur, d'une grâce sans égale. Le boulot effectué sur
    cette partie du jeu est en tous points remarquable même si, avec un
    seul bouton et sa réactivité dopée, Altaïr a vite fait de faire un truc
    de fou qu'on ne lui avait pas demandé. C'est toujours impressionnant
    mais hyper blasant si l'on en vient à se faire griller alors que l'on
    n'avait rien demandé...


    Quant
    au scénario, il parvient dès les trente premières secondes à foutre
    n'importe qui sur le cul, tellement persuadé que l'on était de
    contrôler un assassin pendant la troisième Croisade. Parce qu'en fait,
    ça n'a rien à voir. Plus précisément : on ne pouvait pas être plus à
    côté de la plaque...


    Au final, Assassin's
    est un jeu d'une répétitivité mortelle, à jouer par épisodes si l'on ne
    veut pas matraquer sa console parce que le jeu vous demande pour la
    vingtième fois d'aller faire les poches de machin ou d'espionner
    bidule. Si Assassin's
    veut devenir cet immense jeu historique qu'il prétend être, on veut
    bien fermer les yeux pour cette fois et savourer comme il se doit cette
    formidable expérience acrobatique, mais la suite se doit d'être
    autrement plus variée. Sinon...


     

  • Fen-X

    14/02/2008 à 09h45

    Répondre

    Whaou 9, carrément. Pourtant je le trouve bien loin de la perfection.

    - Très répétitif.

    - IA à la ramasse.

    - Beaucoup trop facile.

    - Buggé.

    Une excellente base de jeu, grâce à son univers et sa maniabilité, mais il manque beaucoup d'éléments pour en faire un jeu véritablement culte. Cependant, la licence a tout pour devenir incontournable, si la suite est capable de corriger ces très gros défauts.

    Difficile de jouer longtemps à Assassin's Creed, tellement le jeu se montre répétitif et lassant et que rien ne peut stopper notre progression.

  • knackimax

    14/02/2008 à 10h08

    Répondre

    Désolé les gars, je comprends ce que vous dites et je suis plutot d'accord dans les grandes lignes, mais je l'ai plutot vu comme un super univers magnifique ou j'aime bien me balader une fois mes yeux habitués à toute cette lumière. Je me suis peut etre pas assez mis la pression d'assassin, mais franchement c'est une super jeu de parkour sans les saltos vrillés. 

  • Fen-X

    14/02/2008 à 10h19

    Répondre

    Pour moi, un "super univers magnifique" n'en fait pas un jeu du même acabit. Si le gameplay est plombé, ce qui est le cas ici, ça réduit la qualité du jeu. Il n'en est pas moins un très bon jeu, même si pour ma part, passé l'aspect "prends ça dans la rétine" des premiers pas, je ne l'ai pas trouvé exceptionnel.

  • Fen-X

    14/02/2008 à 10h21

    Répondre

    Quand je parle de la rétine, je parle de la beauté du jeu. Je n'ai pas trouvé le jeu incroyablement lumineux, pourtant je joue dans le noir, et sur vidéoprojecteur.

  • knackimax

    14/02/2008 à 10h35

    Répondre

    Ah oui mais bon si tu joue sur rétroprojecteur c'est que tu n'as peur de rien déjà.


    Mes genes vamipiques doivent me jouer un tour je pense.

  • Wax

    14/02/2008 à 12h19

    Répondre

    Même si je ne serai pas aussi dithyrambique que le knacki, Assassin's Creed est un excellent jeu: c'est bô, le scénar est très malin et justifie beaucoup de libertés prises avec la narration, c'est un vrai plaisir à jouer... Mais c'est vrai qu'une fois passées les premières heures d'émerveillement (le mot n'est pas trop fort, j'étais littéralement scotché à mon écran), quelques signes de lassitude commencent à poindre: les missions suivent toujours le même schéma répétitif et c'est beaucoup trop facile. Mais ça reste un excellent titre qui laisse augurer le meilleur pour les inévitables suites.

  • Mr November

    16/02/2008 à 00h29

    Répondre

    Un peu repetitif à mon gout, mais magnifique quand même. ^^

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques