4.5/10

Bakugan Battle Brawlers - Test

Un petit jeu pas vraiment captivant cherchant à capitaliser sur le succès de Pokemon et Yu-Gi-Oh!. Pour jeunes fans seulement.

Bakugan Battle Brawlers est un dessin animé qui fait fureur outre-Atlantique. Il a inspiré un trading card game qui commence à se tailler une réputation sous les préaux de nos écoles, et maintenant un jeu vidéo dispo sur les étalages de nos revendeurs.

Surfant sur le succès de Yu-Gi-Oh! (Je remercie au passage Islara pour ses critiques expertes sur le sujet) et bien sûr, de Pokemon, BBB (vous ne m'en voudrez pas si je fais court, tout ces titres à rallonge c'est l'enfer à taper !) se situe exactement à la croisée des deux hits précités. Mais est-il forcément intéressant pour autant ?

Toi aussi, deviens dresseur de Bakugans!
Ouais! Toi aussi deviens dresseur de Bakugans!
Pour commencer, je vais expliquer ce qu'est un Bakugan. Bakugan est un nom qui vient des termes japonais « baku », exploser, et « gan », boules (je remercie au passage le Dr Lakav pour ces explications), et dans le dessin animé sus cité ce sont des monstres venus d'une autre dimension qui ont traversé l'espace et le temps (je remercie au passage Régis Robert pour cette réplique) et dont certains se sont écrasé sur notre belle planète bleue, avec une fâcheuse propension à atterrir dans les cours de récré du monde entier. Du coup ils ont été récupérés par des gamins qui n'ont rien trouvé de mieux que d'inventer un jeu de cartes pour les utiliser.

Les règles sont simples. On a un deck composé de deux types de cartes, les cartes portail et les cartes de capacités. Pour commencer une partie chaque participant  choisi trois Bakugans et lance sur le terrain de jeu une carte portail dotée de certains attributs spécifiques chiffrés (les G power). Ensuite c'est au plus jeune de commencer. Soit il relance une carte portail (qui viendra se positionner de sorte à jouxter l'une des deux premières et ainsi étendre la zone de jeu), soit il jette un Bakugan sous forme de boule. En face, l'adversaire lance à son tour  une carte ou un Bakugan. Si l'un des joueurs arrive à placer deux de ses Bakugans sur une carte, il gagne celle-ci. Si deux Bakugans ennemis se retrouvent sur une carte, ils révèlent leur apparence monstroide et il y a affrontement. Chaque Bakugan est placé sous le signe d'un élément ; feu, terre, vent, eau, lumière, ténèbres, et possède un certain nombre de points représentant sa force. Au moment d'engager le combat les points de force de chaque créature sont augmentés avec les points spécifiques de la carte portail sur laquelle ils se trouvent, et on peut encore les booster suivant leur nature élémentaire avec les cartes de capacité de son deck. Le Bakugan remportant la manche est tout simplement celui qui a le plus de points à l'arrivé, le but du jeu etant de gagner les fameuses cartes portail. C'est tout. Le vainqueur gagne aussi des crédits (je Horreur, un Bakugan en slip!
Horreur, un Bakugan en slip!
remercie au passage Gaea pour cette expression) permettant d'acheter de quoi étoffer son deck à la boutique du coin. Pas de gros challenges, ni de gros défis stratégiques à relever, même pas lors des variantes exclusifs aux versions jeu vidéo de la licence, à savoir au choix secouer sa manette dans tous les sens, pointer le plus rapidement possible la couleur de l'élément principal de sa créature combattante ou s'adonner à un petit jeu de rythme ultra simpliste, le tout sur une période de moins de 10 secondes et dans l'optique de grapiller quelques points de force supplémentaires. Ah j'oubliais, on peut aussi tenter de canarder la boule de l'adversaire comme un fou après qu'il l'ait envoyé, ce qui en définitive ne sert jamais à grand-chose. Mais au moins on n'a pas l'impression de se tourner les pouces

BBB (Ahhhhh) propose aussi un mode multi joueurs jusqu'à quatre, mais celui-ci montre également très vite ses limites du fait qu'on ne peut ni utiliser le perso qu'on a créé pour le mode aventure (qui consiste en une succession de duels vite répétitifs sur fond de rivalité inter-écoles) ni composer son deck avec les cartes gagnées lors du même mode; on est donc obligé d'utiliser celui fourni par le programme, sans pouvoir changer quoi que ce soit. Ca pourrait passer si on pouvait au moins s'essayer à la compète en online, mais c'est con, y'a pas de mode online !

Bon, je suis un peu méchant, le jeu est quand même très agréable à l'œil, et il fera la joie des jeunes dresseurs de Bakugan qui, à coup sûr, ne regretteront pas de posséder une console top niveau.

A propos de l'auteur

4 commentaires

  • Anonyme

    12/11/2009 à 00h40

    Répondre

    Encore une ineptie de nos"amis" nippons,pour s'enrichir sur notre dos!

  • Anonyme

    12/11/2009 à 11h50

    Répondre

    Ne jamais oublier qu'ils sont nippon ni mauvais!

  • Anonyme

    12/11/2009 à 19h17

    Répondre

    Ce sont les occidentaux qui rient jaune!

  • Anonyme

    05/12/2009 à 16h17

    Répondre

    ou il vende le  jeux de bakugan

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques