8.5/10

Battlefield Bad Company 2 - Test

Une campagne solo aux niveaux moins ouverts mais plus intenses, un multijoueur toujours aussi divertissant et détonant, et des décors hautement destructibles. Bref, du plaisir, du plaisir, et du plaisir !!!

En suivant le périple de la Bad Company , escouade en marge de l'armée américaine constituée de quatre soldats aux caractères marqués, la série Battlefield a pris un tournant réussi sur consoles next-gen. Un peu moins de deux ans ont passé et DICE remet le couvert avec un second épisode naturellement intitulé Battlefield Bad Company 2.

bc2_08_250
Règles importantes : 1/ Faire attention aux tanks...
Les joyeux lurons reprennent donc du service afin de combattre du russe, fait décidément à la mode ces derniers temps... et devront retrouver par la même occasion une arme à la capacité destructrice effrayante. La campagne réadapte pour ce faire les éléments distinctifs du premier opus afin de proposer une bataille plus scriptée et rythmée, à l'instar d'un certain Call of Duty : Modern Warfare 2.

Les cartes sont ainsi plus diversifiées, plus détaillées, tout en offrant une profondeur de champ supérieure, mais ne proposent dorénavant plus autant de liberté qu'avant. De même les véhicules, bien que très présents et variés, sont finalement moins utilisés que dans le premier opus ; les ennemis ont du mieux cacher les clés cette fois-ci. L'identité de la série n'a cependant pas été sacrifiée sur l'autel du FPS hollywoodien premier degré, et même si l'aventure a perdu de son charme burlesque et déjanté les répliques décalées de nos anti-héros viennent toujours ponctuer l'action d'une touche d'humour fort appréciable. Et il leur en faudra, car les ennemis ont encore parfois une fâcheuse tendance à nous repérer et à nous aligner à plus d'une centaine de mètres...

Heureusement, il est toujours possible d'exploser leurs fortifications, voire même maintenant de détruire complètement leurs bâtiments de retranchement. Car les développeurs ont encore amélioré leur moteur graphique pour bc2_05_250
... 2/ Toujours regarder derrière soi...
nous plonger un peu plus dans l'univers chaotique d'un champ de bataille. Et les explosions réalistes associées aux divers effets pyrotechniques réussis tirent le titre vers le haut là où certaines textures grossières et un aliasing assez présent auraient pu l'emmener vers le bas. La bande son, toujours aussi détonante, fini de confirmer tout le bien que l'on pense au sujet de Bad Company 2.

La campagne solo justifie cependant difficilement à elle seule l'achat du titre, handicapée par une durée de vie réduite à sept heures et une rejouabilité moins exaltante que le précédent opus, la faute à des niveaux plus restreints. Mais cela est quasiment sans importance, car la véritable force de Battlefield reste avant tout son mode multijoueur. Le jeu fait donc honneur à son nom en offrant le champ de bataille le plus intense et jouissif sur console, mais aussi sur PC, plateforme boudée par son aîné. Comme pour le solo, la recette a été modifiée, mais en bien cette fois-ci.
Les classes des soldats ont ainsi été remaniées ; le spé­cia­liste, l'ar­ti­fi­cier et le sou­tien sont dé­sor­mais rem­pla­cés par l'in­fir­mier et l'in­gé­nieur, qui se par­tagent leurs équi­pe­ments avec l'éclai­reur et le sol­dat d'as­saut, tou­jours de la par­tie. Cette re­struc­tu­ra­tion à le mé­rite de mettre en avant les spé­ci­fi­ci­tés de cha­cun, no­tam­ment grâce à des amé­lio­ra­tions et com­pé­tences par­ti­cu­lières, mais offre aussi un choix im­por­tant d'armes com­munes.

bfbc2_ea3_1_250
... 3/ Favoriser le travail d'équipe
Ces restructurations semblent vouloir renforcer la complémentarité des équipes et l'es­prit de co­hé­sion, tout comme les nouveaux modes "escouades" pro­po­sant des af­fron­te­ments entre équipes de quatre joueurs, en plus évi­dem­ment des clas­siques scé­na­rios "Conquête" et "Ruée vers l'or" à douze contre douze. L'esprit d'équipe est donc toujours de mise afin de gagner du terrain sur la dizaine de maps disponibles, toujours aussi vastes, va­riées, et bien équilibrées. Et il n'est pourtant pas toujours facile de s'orienter sur ces dernières, complètement ravagées en fin de partie, la faute, ou plutôt le mérite, au moteur Frostbite qui dans sa version 1.5 offre une destructibilité totale de certains bâ­ti­ments. La qualité des divers effets dynamiques et la réalisation sonore remarquable viennent terminer de nous convaincre, nous faisant bien comprendre que même abrités dans l'un des nombreux véhicules disponibles, nous ne sommes jamais vraiment à l'abri.

La Bad Company perd un peu de son charme dans ce nouvel opus avec une campagne solo moins déjantée et moins libre. Cependant, ce qu'elle perd en liberté, elle le gagne en intensité, et le plaisir de jouer est lui toujours de la partie. Il faudrait d'ailleurs dire «  des parties », car le véritable intérêt se trouve dans le mode multijoueur et les très nombreuses heures qu'il va vous voler. Version optimisée du précédent opus déjà très réussi, Battlefield Bad Company 2 ne fait pas de publicité mensongère et est à ce jour le FPS le plus représentatif de ce que peut être un champ de bataille, parole de soldat virtuel !

A découvrir

Heavy Rain - Test

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques