8/10

Blazblue : Central Fiction - Critique PS4

Après un Guilty Gear Xrd Revelator sorti plus tôt dans l'année, Arc System Works nous offre un autre jeu de baston pour finir l'année en beauté : le dernier épisode de leur série Blazblue.

Lancée en 2008, à l'heure où Arc System Works était adulé dans le monde entier pour Guilty Gear, Blazblue a su se faire une place à part entière dans le coeur des amateurs de jeux de baston en 2D. Central Fiction est annoncé comme le dernier épisode officiel de la série, comptant déjà moult déclinaisons en spin-off, visual novel et même série d'animation , ce n'est peut-être donc pas la dernière fois que vous entendez parler de Blazblue. Ayant suivi la série de loin, sans jamais tâter le bestiau, je vous propose de découvrir cet épisode à travers le regard d'un néophyte néanmoins habitué à certains épisodes de Guilty Gear.



Les personnages jouables sont nombreux et très variés.

Premier constat, le menu du jeu regorge d'options allant de l'inévitable Tutorial, extrêmement bien construit et  très accessible aussi bien aux noobs qu'aux vieux briscards souhaitant réviser, aux modes multijoueurs (local ou online) variés en passant par les classiques modes Arcade et Challenge. Un mode Histoire présentant les événements de ce nouvel épisode sous forme de visual novel est également de la partie et proposera aux nouveaux venus un résumé des épisodes précédents d'une petite demi-heure. L'histoire présentée étant complexe, on ne tentera pas de la résumer mais sachez qu'elle met un terme à l'arc narratif de Ragna The Bloodedge et qu'il vous faudra quelques heures pour le finir, en alternant avec la narration en visual novel et quelques combats pour vous réveiller entre deux séquences de lecture intensive. Du point de vue graphique d'ailleurs, je tire mon chapeau à la qualité des arènes toutes superbes et originales, mais aussi aux animations très variées et en tout point réussies. Malheureusement, on regrettera des graphismes moins fin que ceux de Guilty Gear Xrd Revelator sorti il y a quelques mois et le character-design qui, bien que varié, me semble un peu quelconque et me fait penser à un shônen basique, dommage. Les 35 personnages disponibles dans cet épisode sont effectivement variés et chacun est identifiable au premier coup d'oeil pour une grande variété au niveau des combats. 

Les effets lors des coups spéciaux sont très réussis et tout en finesse.

 

Les combats justement, le coeur du jeu, se révèlent aussi accessibles que dans un Guilty Gear, notamment grâce aux deux modes de jeu proposés : Technical ou Stylish. Le mode Technical correspond à la plupart des jeux de combat avec des quarts de cercle à gauche suivis d'un gauche-droite plus triangle pour sortir un gros combo qui tâche et le mode Stylish permet de sortir ces mêmes combos en deux coups de cuillère à pot pour un plaisir plus immédiat. Vous pourrez ainsi vous faire éclater par votre petit(e) ami(e) même s'il(elle) n'a jamais approché un jeu de ce genre auparavant (oui, c'est du vécu). Pour ce qui est des contrôles en eux-mêmes, on est sur du classique pour un jeu du genre : trois boutons pour taper à différents degrés d'intensité (faible, moyen ou fort) et un bouton de drive, déclenchant des attaques propres à chaque personnage. En ce qui concerne les nouveautés, les Exceed Accel qui permettent de faire de gros dégâts ou encore l'Active Flow qui permet de sortir des combos bien douloureux. La principale différence avec Guilty Gear concerne le tempo des attaques : là où son illustre ancêtre permet d'enchaîner les combos en jugglant comme un fou sans laisser le temps à son adversaire de respirer, Blazblue propose de temporiser un peu plus.



Le bouclier se matérialise par un cercle bleu mais attention, il n'est pas illimité ...

Avec ses graphismes 2D d'une finesse rarement dépassée, des personnages nombreux et variés, des modes de jeu à gogo et une véritable histoire qui vous accrochera si vous entrez dedans, Blazblue : Central Fiction est très certainement le jeu de combat en 2D de cette fin d'année. Les amateurs y perdront des heures pour tout maîtriser et les noobs trouveront un jeu accessible proposant du fun immédiatement.

A propos de l'auteur

Métalleux confirmé // PlayStation lover // Bouffeur de manga // Cinéphile mais pas zoophile // Codeur professionnel // Lecteur électronique et câlineur de chatons since 1987.

    0 commentaires

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

    Rubriques