7/10

Blood Stone 007 - Test

Blood Stone 007 est un titre qui plaira aux fans de jeux d'action en mal de sensations fortes. Varié mais très classique, l'agent secret le plus connu de la planète nous fera voyager avec plaisir autour du monde,  inévitablement accompagné d'un flingue et d'une Aston Martin.

Bizarre Creations, depuis son départ de chez Microsoft pour Activision, a du mal à trouver son rythme de croisière. En effet, après un The Club plutôt bancal et un Blur tout juste sympathique, on reste loin de la performance d'un Projet Gotham Racing 4 qui fut une claque lors de sa sortie sur Xbox 360 (enfin pour les fans du moins). Aujourd'hui ce développeur s'attaque à du lourd avec James Bond himself, pour un épisode inédit et complètement original (car ne se basant sur aucune histoire existante de la saga) intitulé sobrement Blood Stone 007.
Alors à l'arrivée, rest-ce un retour gagnant ou nouvelle déception pour les fans du studio ?

Blood Stone 007 use d'une recette savamment huilée comme pour tout bon épisode de la saga : des voitures de sport, des scènes d'action, une James Bond Girl et bien Tu vas me le servir ce Martini-Vodka!!
Tu vas me le servir ce Martini-Vodka!!
entendu un 007 au costume toujours nickel, avec le visage de Daniel Craig bien entendu. L'histoire est donc propice aux voyages, entre la Grèce, Monte-Carlo ou encore la Russie. Les cut-scenes font le boulot  pour mettre en images le scénario, malgré un doublage français pas toujours exceptionnel (tout comme la synchro labiale). Mais bon, rien de bien gênant pour un jeu d'action. Car Blood Stone 007 est un pur titre d'action, qui pompe un peu les idées partout, les mixe dans un shaker (sans glaçons) pour essayer de satisfaire le joueur en mal de sensations fortes. Et mine de rien, sans crier au génie, le résultat est plutôt satisfaisant.

Principalement, Blood Stone se joue comme un jeu d'action à la 3ème personne, un peu comme peut l'être le dernier Splinter Cell Conviction. Une vue de dos, des murs que l'on utilise pour se plaquer et se planquer. Malheureusement, il est dommage que notre agent secret soit incapable de s'accroupir quand on veut, et que parfois il ait un balai anglais dans son petit derrière, car entre deux grosses scènes d'action où les balles fuseront, des petites séquences d'infiltration pointeront le bout de leur nez. Planqué derrière un mur, James Bond attendra qu'un ennemi se pointe près de lui pour lui tordre le coup en moins de deux, d'une simple pression sur la touche X. Cette action permet en plus de gagner un « tir ajusté ». Directement repris de Splinter Cell Conviction (on sent que ce titre a été un modèle pour les développeurs) ce petit bonus permet d'effectuer automatiquement un headshot. Pratique et efficace.

Un jeu Bizarre Creations qui ne contient pas de séquences de pilotage, c'est dommage. Avec James Bond et ses belles voitures, il était évident que le mariage se ferait avec quelques moments de vitesse au volant d'une Je m'entraine pour Test Drive Unlimited 2!!!
Je m'entraine pour Test Drive Unlimited 2!!!
Aston Martin qui claque. Courts, efficaces et scriptés à fond comme un bon vieux film, ces passages permettent de varier les plaisirs, et offrent un peu de vitesse dans ce monde de brutes : 007 se retrouvera au volant d'un véhicule à 4 roues (et aussi parfois d'un bateau) à la poursuite d'un vilain garçon, mais en bon James Bond qu'il est, il en sortira indemne, le costume encore nickel. Graphiquement très réussi, autant au niveau des véhicules que des décors, on aimerait juste que ces courses poursuites soient encore plus nombreuses.

Dès que nous retrouvons notre agent secret à pied les fusillades reprennent de plus belles (hélas moins impressionnantes techniquement que les phases de courses,) dans des environnements qui sont quand même agréables à l'œil, variés, avec Toujours la classe ce James!
Toujours la classe ce James!
des effets climatiques réussis. On ne se retrouve pas devant un canon du genre sur la console, certes, mais visuellement cela reste tout à fait convenable. De son côté, l'IA des ennemis n'est pas la meilleure du monde, avec une manière simple de mettre James hors d'état de nuire : on fonce dans le tas en nombre. Ils se cacheront bien parfois derrière une caisse, mais le plus souvent, cela ressemble plus à un mode survie lorsqu'une alerte est lancée. Une fois le principe accepté, on rentre dans l'action, et on en bave parfois. Ce qui n'est pas déplaisant car Blood Stone ne dispose pas d'une durée de vie énormissime : environ 6 heures, comme pas mal de jeux d'action de nos jours. Certains crieront au scandale, mais il faut bien avouer que cela reste un standard de durée de vie.

Le seul petit hic est qu'une fois le solo terminé, et les différents succès débloqués pour les plus sauvages, le mode multi-joueurs proposé ne pourra pas vous tenir éveillé pendant des jours et des nuits. Non qu'il soit mauvais en tout point, c'est surtout qu'il soit classique à mort avec du Deathmatch à 16 où on se tire dessus dans un niveau du jeu. C'est amusant un moment, mais les serveurs ne vont pas rester remplis des mois, les férus d'action préférant jouer sur d'autres titres plus plébiscités. Bref, Blood Stone 007 est un bon titre, classique, efficace, qui ne révolutionnera pas le genre et ne restera pas dans les mémoires du joueur plus que ça, mais qui fait office de jeu sympa à jouer où une fois la manette en main on s'amuse bien. James Bond est cool, alors le contrôler ne peut que l'être non ?

Partager cet article

A propos de l'auteur

Le fanboy Xbox de l'équipe

    0 commentaires

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

    Rubriques