Blue Dragon - Premières impressions

Quelques jours avant sa sortie, nous avons pu nous lancer dans l'aventure du très médiatisé Blue Dragon. Premières impressions...

Pour conquérir le marché japonais, la Xbox 360 devait tenter le créneau du RPG japonais « pur souche ». C'est maintenant chose faite avec Blue Dragon, qui réunit pour l'occasion quelques uns des grands du genre. Hironobu Sakaguchi, créateur des Final Fantasy, s'allie avec le character designer Akira Toriyama, déjà à l'oeuvre dans la série Dragon Quest, et le compositeur Nobuo Uematsu, venant lui aussi de l'univers Final Fantasy.

Shu, le héros
Shu, le héros
L'aventure commence de façon assez classique pour les jeux du genre. Un paisible village se retrouve en proie aux agissements d'un grand méchant, mais il va se retrouver confronté à un petit garçon intrépide et à ses amis. Bien sûr, on devine que ce jeune héros qui semble impuissant face à l'armée du mal finira par sauver le monde. Et pour l'aider, il fait la découverte d'un pouvoir assez original : son ombre peut se matérialiser sous la forme d'une créature bleue, ainsi que celle de ses amis. Shu, le héros, hérite du dragon, tandis que ses amis Kluke et Jiro héritent du phénix et du minotaure.

Malgré ce scénario peu engageant, le jeu réserve une grande place à la mise en scène pour tenir le joueur en haleine. On comprend très vite pourquoi le jeu occupe 3 DVD. Les cinématiques se succèdent, toutes très jolies et entraînantes, et vraiment très nombreuses. Elles sont d'autant plus agréables qu'on aura cette fois le choix des voix : anglais, français, mais surtout japonais. Et entre les deux, parfois, quelques phases de gameplay. Dans la veine des RPG japonais classiques, les combats se déroulent en tour par tour, utilisant un système assez proche de Final Fantasy X permettant de voir à l'avance l'emplacement de chacun dans la file.

L'ombre de Shu
L'ombre de Shu
Les monstres sont directement visibles sur la carte, ce qui n'est plus très original aujourd'hui, vu que de plus en plus de RPG disent adieu au système de rencontres aléatoires. Cependant, Blue Dragon apporte une innovation assez sympathique : la possibilité de combiner les rencontres. En se promenant sur la carte, on peut à tout moment faire apparaître un large cercle autour du personnage. Tous les monstres se trouvant à l'intérieur peuvent être combinés pour faire un seul et même combat. On pourra cependant choisir d'exclure ou non quelques uns de ces groupes. L'intérêt de ce système ? Les différentes races de monstres ne s'apprécient pas forcément, et il est donc possible qu'ils se retournent les uns contre les autres, facilitant le combat.

Assez proche du système des jobs de Final Fantasy, Blue Dragon possède aussi son système de classes à assigner aux différents personnages. Il en va de même pour les capacités, qui devront ainsi être judicieusement choisies pour former l'équipe la plus efficace qui soit.

Ce nouveau RPG, sur lequel Microsoft semble beaucoup compter, s'est montré bien sympathique lors de ce premier contact. Que ce soir au niveau des graphismes, des effets sonores, des musiques ou du système de jeu, la réalisation de Blue Dragon devrait convaincre les amateurs du genre, un peu en manque sur Xbox 360.

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques