A DECOUVRIR
7/10

Elric - Tome 1 - Elric des Dragons

Elric des Dragons est le premier tome du Cycle d'Elric, écrit par Michael Moorcock, qui compte 9 volumes. En plus d'être en tête de la série, ce livre est sans aucun doute le meilleur du cycle. Tout incite le lecteur à se plonger dans l'univers sombre et onirique de l'auteur.
En premier lieu, le héros, doté d'une forte personnalité, nous captive pas ses paradoxes et sa filiation. Etre l'empereur d'une civilisation en déclin n'est pas de tout repos ! En effet, Elric, le souverain de Melniboné, l'île aux dragons, ne souhaite pas perpétuer les traditions antiques de ses ancêtres : la terreur, la domination, la cruauté... qui lui sont pourtant si familières.
Mais au-delà de son mental, c'est son aspect physique qui est étrange. Elric est un albinos qui ne reste en vie que par la grâce de quelques breuvages et potions revigorantes. Autant dire que c'est un être faible tout en puissance et en subtilité...
Ensuite, le cadre dans lequel se déroule l'aventure est fascinant. Melniboné est une île gardée par des Dragons, et protégée de l'extérieur par un labyrinthe. Le peuple qui l'habite est versé dans les arts du combat et compte les plus grands sorciers de l'univers. Mais il est intéressant de constater qu'un peuple si grand, qui autrefois domina le monde, sombre maintenant dans la décadence la plus outrancière. Ainsi L'histoire commence par une présentation des protagonistes : Elric, Yyrkoon (le cousin et rival d'Elric dans la course au trône), Cymoril (la promise d'Elric), Dyvim Tvar (le Seigneur des cavernes des Dragons) et quelques autres, mais sans grande importance. Puis le récit commence réellement.
L'île des Dragons est attaquée par une flotte de pirates. Rapidement repoussés, l'Empereur décide de les pourchasser afin que nul n'échappe au feu de Melniboné. Pendant l'assaut qui suit, Yyrkoon profite de la situation : il jette Elric, rendu faible par manque de potions, à l'eau et rentre dans son pays afin de devenir Empereur. Mais Elric, aidé par les élémentaux de la mer échappe à la noyade. Et, de retour chez lui, il reprend son titre de suzerain et conclut un pacte avec Arioch, le plus puissant des Seigneurs du Chaos. Dès lors il part à la recherche de son cousin qui s'est enfuit en enlevant Cymoril. Après les avoir ramenés tous deux (suite à un mythique combat entre les deux épées jumelles : Mournblade et Stormbringer), il décide d'aller visiter les Jeunes Royaumes, en laissant le pouvoir à son rival.
Je vous conseille vivement la lecture d'Elric des Dragons, vous y trouverez tous les ingrédients qui font un bon roman de fantasy.

Partager cet article

A propos de l'auteur

Guillaume est le fondateur et le rédacteur en chef de Krinein. Curieux et passionné par la culture au sens large, il poursuit sa route sur les chemins tumulteux de la critique culturelle.

11 commentaires

  • Alim

    30/09/2004 à 00h00

    Répondre

    J'ai lu et j'ai franchement pas aimé.

    L'histoire est bateau, completement téléphonée.Les personnages sont creux, Moorcook ne fait que balancer en vrac les stéréotypes habituels de la fantasy sans essayer d'aller plus loin ce qui fait qu'on frise souvent la parodie.

    Mais tout cela passerait quand même si l'histoire etait bien racontée mais il n'en est rien, bien au contraire ! la narration est morne et dépourvue de charme, et Moorcook tente en vain d'insuffler un souffle épique à son histoire. IL en ressort un monde auquel on ne s'attache pas, un monde dépourvu de cette magie que l'on apprécie tant dans les livres de fantasy.

    Ce livre ne fait que légitimer les pires clichés de la fantasy et ne mérite en rien sa notoriété.

  • sambre

    13/10/2006 à 14h11

    Répondre

    Pour répondre à la critique précédente, c'est vrai, une oeuvre qu'on l'aime ou pas c'est un droit. Cependant, la naiveté et le manque de culture de son auteur sont tout bonnement navrants et m'ont donner envie de lui répondre.
    D'abord, en se renseignant un peu, il aurait pu découvrir que Mickael Moorcock, au même titre que Tolkien, fait parti des auteurs phare et surtout fondateurs du genre héroic fantastique. Ainsi, Moorcock ne "balance pas en vrac les stéréoptyes habituels de la fantasy", il en est l'un des createurs, et au contraire, bien des oeuvres sont calquées sur cette oeuvre majeur.
    Enfin, les cycles de Moorcock et particulièrement Elric, ne se cantonnent pas au classique, du héro/héroïque et des méchants très méchants. La subtilité tient plus au caractère tout en opposition des personnages et au caractère unique des héros maudits.
    Pour finir je dirais que bien évidemment, pour les fans d'oeuvres "on ne peut plus majeurs" que Men in black, la subtilité de Elric est inaccessible...

  • Wax

    13/10/2006 à 14h37

    Répondre

    Bien que je reconnaisse de nombreuses qualités à Elric, la subtilité n'en fait clairement pas partie!

  • cybermanus

    16/10/2006 à 10h09

    Répondre

    Personnellement, je ne garde pas un souvenir impérissable d'Elric, ou plus globalement, des livres de Moorcock. Même si, de tous les bouquins que j'ai lu de lui, le cycle d'Elric n'est pas celui que j'ai le moins apprécié. Mais je gagnerais sûrement à les relire, j'étais peut être un peu jeune à l'époque ?
    De plus, la traduction française ne rend peut être pas honneur à son auteur (plus je lis de bouquins, plus je me dis qu'une bonne traduction, ça y fait quand même .. Il n'y a qu'à regarder le massacre fait sur la Roue du Temps de R. Jordan).
    Mais surtout, il faut resituer à son époque aussi : les premiers bouquins de Moorcock datent de 1968-69. A cette époque, sorti de Tolkien et de 2-3 autres auteurs ...

    Mais parler des stéréotypes habituels de la fantasy ... Dans mes souvenirs, c'est quand même plus "noir" que ce qu'on peut lire habituellement, on n'a pas notre gentil héro un peu niais auquel vient se greffer le vieux mage tout puissant et ironique, la godiche amoureuse, le bon copain comique de service, le ténébreux combattant au grand coeur, etc etc ...
    Et puis, le cycle d'Elric s'apprécie dans l'ensemble des cycles de Moorcock je trouve, les Multivers, les livres qui se recoupent entre Erekosë, Corum, Hawkmoon ... Bien que j'ai un doute en l'écrivant là : Je ne me souviens plus si Elric se recoupe avec les autres

    En tout état de cause ... On peut ne pas aimer, personnellement, je ne suis pas fan absolu, mais de là à tout dénigrer, il y a quand même un pas. C'est tout de même autre chose que le volume je ne sais pas combien des Royaumes oubliés.

  • Anonyme

    22/10/2006 à 00h15

    Répondre

    Je m'en viens pour défendre un de mes auteurs préférés de fantasy.
    Perso,j'ai adoré Elric.
    Au départ j'était un peu bloquée,parce que j'étais jeune et que je n'étais pas habituée à une telle noirceur,un tel cynisme.
    Et au bout de quelques chapitres,j'ai pigé l'élément moteur,c'est à dire: Elric est maudit,et quoi qu'il fasse il n'y aura jamais la moindre lueur d'espoir pour lui à l'horizon,il en bavera tout au long de l'histoire,pleurera sur les cadavres de ceux qu'il aime et finira seul,trahi et mal aimé.

    C'est seulement après avoir compris ça que j'ai apprécié la saga d'Elric.
    J'ai notamment beaucoup aimé le concept du Champion Eternel....
    Haaa Destin,quand tu nous tiens!

    Personnellement,mon personnage favori est Jhary A Conel (enfin,plus précisément le duo Jhary/Moustache).On le voit un peu dans Elric,mais bien plus dans Corum.(Car oui,Cybermanus,la saga d'Elric fait partie du cycle du multivers);

    J'ajoute pour ceux qui ne le savent pas qu'au départ,Moorcock écrivait pour un journal(dont j'ai oublié le nom).On lui a alors demandé de faire un pastiche de Conan...et Elric est né.

    Pour te répondre,Sambre:ce n'est pas parce qu'une oeuvre est dite "fondatrice" d'un genre qu'on est forcément obligé de se prosterner devant.On a parfaitement le droit de dire qu'on aime pas Moorcock ou Tolkien sans se faire vomir dessus.
    Je ne vois nullement en quoi "Men In Black" est une oeuvre moins légitimement appréciable que Tolkien.....
    Et avant de critiquer aussi vertement les goûts(présumés)d'Alim,tu aurais peut être pu avoir la présence d'esprit de te renseigner un peu sur le personnage.....

  • Prospero

    22/10/2006 à 10h05

    Répondre

    Je vous conseille vivement la lecture d'Elric des Dragons, vous y trouverez tous les ingrédients qui font un bon roman de fantasy.


    Eh bien justement. Il y a tout, des despotes, des chevaliers, des rois albinos et ambigus, des grands coups de latte dans tous les sens, des potions magiques à ridiculiser Panoramix le druide, une jolie jeune fille un peu niaise, des épées jumelles qui s'entrechoquent sous la lune, des dragons d'appartement, des vilains sorciers pas beaux, et pour couronner le tout quelques batailles. Tout, sauf de l'originalité.

    Pour moi, il s'agit plus ou moins d'un catalogue des poncifs de l'héroic fantasy, plus ou moins bien traités, mais qui restent assez convenus. C'est bien écrit, mais ça ne retient pas l'attention outre mesure.

  • Anonyme

    22/10/2006 à 15h43

    Répondre

    Effectivement de nos jours,le guerrier maudit et l'épée qui boit les âmes,ça lasse un peu parce qu'on en voit de tous les côtés.....

    Mais imagine,si tu avais lu Elric au moment où il est paru pour la première fois,tu aurais été sur le cul tellement tu aurais trouvé ça original.

    Parce que en son temps,Moorcock fut un précurseur(forcément que ses romans donnent une impression de déjà vu,puisque plein d'auteurs de fantasy ont repompé dessus...)

    Ce qui ne veut pas dire qu'on est obligé d'aimer....

  • Prospero

    22/10/2006 à 16h38

    Répondre

    Je suis peut-être un peu partiale, il est vrai. Ce genre de thèmes, qu'ils soient inventés de toutes pièces ou repompés sur une myriade d'autres romans, ne me passionnent pas vraiment. Désolée

  • Anonyme

    27/10/2006 à 04h12

    Répondre

    Pourquoi "désolée"?
    Ya pas à l'être!

  • Anonyme

    06/04/2009 à 22h57

    Répondre

    Au départ, j'ai commencé à lire le cycle d'Elric pour m'aider à masteriser le jeu de rôle "Elric" pour mieux comprendre l'univers... et puis finalement j'ai laissé tombé le jeu et me suis pationné pour les histoires de Melnibonnéens.


    Pour moi, Elric est complètement à part dans le monde de l'heroic fantasy. Son personnage est complexe (plus que certains tentent de faire croire) et puis il faut lire les autres cycles pour mieux comprendre certains aspects du monde d'Elric, du Multivers.


    Après Elric, j'ai lu les autres cycles (Hawkmoon, Corum et Erekosé notamment), mais pour moi le meilleur c'est Elric. C'est vraiment le personnage le plus complet, le plus élaboré.


    Bref, amis lecteurs d'heroic fantasy, si vous ne connaissez pas encore Elric.... mais bon sang il faut aller l'acheter ^^

  • Anonyme

    25/04/2009 à 14h57

    Répondre

    Le début d'une grande saga !

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Rubriques