7.5/10

BOX BOY! - Test 3DS

Lentement mais sûrement, Box Boy convainc, lentement mais sûrement il envoûte, lentement mais sûrement il se corse. Ajoutez-y ses nombreuses musiques douces et apaisantes, son histoire poétique, et vous avez un grand petit jeu de réflexion... pour 5 €.

Tout commence avec deux mondes qui font office de tutorial. Un petit carré avec des yeux et deux jambes, appelé Qbby, doit surmonter des obstacles pour arriver à une porte, en créant des petits carrés qui lui serviront à fabriquer des passages. Le nombre de cubes à disposition est limité et on ne peut pas les décoller. Très facile, dépourvu de la moindre introduction, sans parler des graphismes très pauvres et en noir et blanc, Box Boy laisse penser que l'on va avoir affaire à un pauvre petit jeu, une bonne idée, pas vraiment poussée au bout du concept, et développée avec trop peu de moyens. Puis, oh surprise, une introduction assez poétique ponctue l'entrée dans le troisième monde. Les obstacles se diversifient ainsi que les outils proposés par les cubes. Alors qu'on enchaînait facilement les niveaux, on commence doucement à bloquer, puis à partir du niveau 10, tous les outils et tous les obstacles commencent à se mélanger. Nos neurones s'emmêlent alors et, très sérieusement, on se retrouve dans l'impasse.  Rarement je n'ai vu une progressivité dans la difficulté aussi bien construite et aussi subtilement dosée. Mécanisme jamais vu dans le genre, les développeurs ont aussi pensé à permettre de reprendre à chaque série d'obstacle sans être obligé de refaire tout le niveau. Ce fut plus d'une fois particulièrement utile, afin d'éviter toute lassitude et tout agacement.


Les mécanismes s'ajoutent au fur et à mesure.

Une touche de dextérité ajoute un peu de piquant à la réflexion, sans pour autant la polluer. Seul le monde 16 et les mondes bonus nécessitent trop de jouer avec le timing, mais c'est infime, vu qu'il y a 17 mondes principaux et 5 modes bonus.

On enchaîne ainsi les niveaux et mondes de Box Boy, on se prend doucement à essayer de comprendre ce qu'il se passe, quelle est la quête de cet étrange bonhomme et de ses ami-e-s cubiques. On se laisse envoûter par ses musiques douces, apaisantes, aux sonorités claires, on les réécoute dans le menu (si on prend la peine de les échanger contre des médailles). Puis, on découvre la fin, colorée, de ce petite conte intergalactique avec candeur et une légère émotion.

Pour les afficionados d'un peu plus d'action, un mode chrono et un mode "course au score" optionnels sont débloqués et disponibles au fur et à mesure de la progression. Le mode chrono n'apporte strictement rien : il est trop difficile dès le départ, nécessite de mémoriser comment s'y prendre et de refaire le niveau 4-5 fois. Il entraîne donc immédiatement un réel sentiment de lassitude. On a toujours dit que ce type de mode était profondément inadapté dans le genre réflexion, on maintient. Un mode éditeur aurait été bien plus approprié, comme l'ont compris Rooms et Portal. Cependant, le mode "course au score", bizarrement, est bien plus plaisant. Moins difficile, plus amusant par les chemins qu'il nous oblige à prendre, étonnant par les autres façons de procéder qu'il implique, il nous prend rapidement au jeu, alors qu'il est lui aussi chronométré.  


L'amusante course au score en bonus.

Notez également qu'un système d'indice est mis en place avec les pièces Nintendo de la console (1pièce pour 1 indice). Ces indices sont en réalité la solution pour un obstacle, donc prenez votre temps avant de regarder sinon vous vous ferez spoiler le plaisir de trouver par vous-même. Néanmoins, on s'aperçoit, si on les consulte après coup par pure curiosité, qu'il proposent souvent une solution différente de la nôtre. Comme il arrive parfois dans le genre, il y a plusieurs méthodes pour parvenir à la sortie, c'est la magie des énigmes.

Ce jeu sera ainsi des plus adaptés pour les jeunes et figurerait aisément dans notre top liste des meilleurs jeux pour les enfants sur 3DS. Mais il plaira forcément aux adultes amateurs ou fans de réflexion. Box Boy, qui n'est pas sans nous rappeler Shifting World par son univers graphique, Tetris par ses différentes formes à utiliser, ou Q.U.B.E. par l'utilisation des cubes, pourrait presque constituer une référence, s'il avait un peu plus d'originalité. Pour 5 €, avec une durée de vie avoisinant les 15 heures si l'on fait tout, Box Boy est donc incontournable.

Crédits : informations complémentaires

- 17 mondes principaux, entre 6 et 8 niveaux par monde.

- 1 à 2 couronnes à collecter de manière optionnelle dans chaque niveau.

- 7 médailles gagnées par niveau + 3 si toutes les couronnes sont collectées.

- 10 costumes à débloquer (le dernier coûte 140 médailles), le 7ème donne un carré de plus, le 8ème plus de rapidité (utile pour les modes chrono et course au score), le dernier une meilleure puissance de saut.

- 8 niveaux chrono et course au score.

- 8 recueils récapitulant les différentes techniques d'utilisation des cubes : très utiles et peu onéreux en médailles.

- 15 musiques du jeu peuvent être achetées pour les réécouter ; petit coup de chapeau pour la 13ème, "Fin du voyage".

 


Des petites médailles à échanger pour obtenir les bonus débloqués.

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques