7.5/10

Burnout - Test

Très à la mode dans de nombreux jeux genre Project Gotham ou Grand Theft Auto mais aussi au cinema avec Fast & Furious, les courses de bagnoles en pleine ville attirent de plus en plus de monde. Qui n'a jamais rêvé, en plein embouteillage, de passer la première et de rouler comme un dingue à contre-sens. Burnout est tellement jouissif qu'il permet d'éviter le passage à l'acte. Le concept est très simple : une suite de courses en environnement urbain au beau milieu d'un trafic routier plus ou moins dense.

Au menu, une quinzaine de circuits avec leurs lots de tunnels, ponts, rond-points... et une dizaine de voitures, chacune d'un type bien spécial : petite 5 portes, berline, pick-up, roadster, GT... Evidemment, le comportement de chacune diffère et dompter le roadster ne sera pas une mince affaire. A l'inverse, gagner avec le pick-up relève de l'exploit. Outre les 3 adversaires gérés par l'ordi, le temps jouera contre vous et vous devrez passez des checkpoint dans un temps imparti.

Chaque course est une épreuve et un grand moment de bonheur. On fonce à toute allure, zigzague entre les voitures.... L'impression de vitesse est très bien rendue, surtout en vue interne. Détail important, plus vous conduisez dangereusement c'est à dire à contre-sens ou en frôlant les voitures, plus votre barre de turbo se remplit. Quand elle est à fond, vous pouvez le déclencher et prier tellement ça va vite. On ne comprend même plus comment on arrive à ne pas se planter à une telle vitesse. Chaque accident vous fera perdre du temps. Néanmoins, à la fin de la course, vous pourrez revoir tous vos accidents selon différents angles de caméra, les passer au ralenti et les sauver. Les déformations des voitures étant très réalistes et les lois physiques respectées, les crashs sont souvent de grands moments. Pour les plus dingues d'entre vous, il existe un mode survie où vous perdez au moindre accident. Seuls les experts arriveront à finir le jeu dans ce mode.

Niveau réalistion, le jeu est assez beau sans etre top : les voitures sont bien modélisées mais les textures sont assez pauvres. Par contre, la distance d'affichage et le nombre de voitures sont énormes et ce, même quand vous allez super vite. Les effets sonores ne sont pas mauvais avec des bons bruits de moteurs et de carrosserie (lors des crash) ce qui contrebalance une musique vraiment pourrie.

Les circuits sont assez nombreux et surtout immenses. Chaque tour semblera durer des heures, ce qui donne au jeu une bonne durée de vie s'il n'était pas aussi lassant à la longue. En effet, au bout de 5-6 courses, on en a vite marre et on passe à autre chose. Burnout fait partie de ces jeux auquels on revient de temps en temps pour y jouer avec ses potes ou pour se refaire une petite course car il comporte des passages d'anthologie comme le fait de foncer à contre-sens sur les quais de la Seine, sentir par les vibrations de la manette le souffle des camions que l'on double, appréhender le fait que passer en mode turbo à l'approche d'un carrefour est souvent fatal, être fier d'avoir fait une dizaine de tonneaux après avoir percuté un bus...

A propos de l'auteur

    0 commentaires

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

    Rubriques