7.5/10

Buzz! Quizz World - Test

Le meilleur opus développé à ce jour arrive sur vos consoles. Si vous n'avez pas encore été pris par les sentiments concernant cette franchise, c'est le moment.

Encore une année productive pour notre présentateur à tête blonde préféré. Fier de sa fidélité à Sony Buzz en est à sa deuxième apparition sur la PS3 pour 2009. Buzz! Quizz TV, ou encore Buzz! Le plus malin des français, s'ils n'apportaient pas grand chose de neuf au genre qui les concerne, à savoir le party game ludo-culturel,  restaient relativement classiques et ne proposaient pas grand chose de plus qu'une dynamique bien huilée et des questions sympathiques dans une atmosphère détendue. Qu'en est-il de son successeur ?

On est immédiatement très agréablement surpris lors du premier contact avec cette nouvelle mouture du jeu de quizz le plus efficace du marché videoludique. Et la raison
en est simple. Tout d'abord le style graphique un peu loufoque est introduit dans une petite cinématique qui nous incruste un peu la rétine dans un univers que l'on avait jusque là pas pris le temps de nous mettre en bouche correctement. C'est un Buzz avec la tête énorme et chauve qui rentre dans sa loge pour se faire poser la peruque banano-brosse qu'on lui connait si bien en même temps qu'il enfilera une gaine pour cacher sa bedaine. L'autodérision fonctionne à merveille et ne s'arrêtera pas à ces quelques moments volés dans l'intimité de la star en début de chapitre. Outre cette introduction efficace, l'arrivée sur le plateau nous fait découvrir une refonte bien agréable, un travail de reconstruction assez sympa qui se suit d'une animation clairement améliorée. Le tour est joué on est déjà conquis par autant d'efforts.

S'ensuit une expérience de gameplay beaucoup plus intéressante à vivre sans parler du menu largement plus clair que toutes les expériences précédentes qui y ont mené,
même si on doit avouer avoir eu un faible pour le mode canapé du deuxième opus sur Playstation 3. On découvre donc quelques petits ajustements au milieu desquels l'entartrage nous manque tout de même cruellement. Mais l'ensemble reste beaucoup plus équilibré et fun à jouer donc peu de doléances à ce niveau. Etrange toutefois que le bouton rouge ne serve pas à grand chose au milieu de tous ces moments. Il s'agit pourtant à la fois du plus gros bouton de la manette, du nom du jeu et du principe même des émissions télé dont ce dernier s'inspire. Heureusement personne n'en tiendra rigeur à Sony puisque effectivement le principe en question est tout aussi poussiéreux qu'inutile et que sa fonction est particulièrement ininteressante au final.

Vient alors la vraie révolution de Buzz. Le mode en ligne. Si le précédent traînait la patte pour se connecter et récupérer des questionnaires et proposait d'attendre des
dizaines de minutes pour commencer une partie avec des joueurs d'un autre hémisphère, il faut avouer que l'heure n'est plus à la patience mais bel et bien au jeu sous toutes ses formes. Les parties à huit joueurs online deviennent endiablées, encore plus lorsque vous jouez en équipe dans votre salon face à la planète entière. On se dit qu'au final on pourrait rester longtemps dans ce mode de jeu sans se rendre compte que le monde continue de respirer. Un vrai bonheur. Au tableau des petits plus qui font les grandes rivières de joie, on notera un plus grand nombre de personnages à incarner (avec des animations toujours délirantes et sympas), un présentateur qui vous parle en vous appelant par votre nom (choisi dans une liste) en plus des 5000 nouvelles questions sans parler de tous les questionnaires édités par les internautes qui rendent l'expérience infinie. A noter que les nouveaux questionnaires sont vraiement variés et ne correspondent plus uniquement à des noms de catégories de Trivial Pursuit (Avec tout l'amour que nous attribuons au jeu Québécois). On pense notamment aux questions sur les Thomas qui vont de Magnum à Thomas le petit train. C'est varié et chouette, sans vraie faute de goût et avec une difficulté qui s'équilibre pour une fois. Un équilibre atteint grâce à ces choses plutôt basiques sans lesquelles on commençait à douter du bien fondé de la démarche marketing du blondinet.

On reste peu sur sa faim avec un jeu tel que Buzz! Quizz World car ce dernier sait autant se renouveler dans cet opus qu'il l'a fait sur l'ensemble de ses add-ons et versions depuis 2005 (date de sa première sortie). Il s'agit donc probablement du meilleur épisode sur console et si vous ne disposez pas du materiel, il est probable que l'investissement dans le pack avec buzzers wireless est une excellente idée. Les innovations restent simples et peu nombreuses mais permettent au jeu d'obtenir la plus grande des qualités qu'on pouvait attendre de lui : l'équilibre.    

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques