A DECOUVRIR
8.5/10

Call of Duty : Black Ops 2 - Test PS3

Les Black Ops ont apporté la lumière sur Treyarch il y a deux ans, bloqué en 39-45 et cantonné au rôle de second dans le développement des Call of Duty derrière Infinity Ward et ses Modern Warfare. Il était temps de se rafraichir, de quitter la Seconde Guerre Mondiale, mais sans pour autant faire comme son collègue : un conflit récent mais pas contemporain, la Guerre Froide, et une trame narrative plus originale et moins linéaire, constituée de flashbacks.
Le succès publique et critique était au rendez-vous et la suite devait être sur la même lignée. Les développeurs de Treyarch ont alors gardé le marqueur fort du premier épisode : les missions d'Alex Masson durant les années quatre-vingt ; tout en apportant une nouvelle touche de fraîcheur : celles de son fils David en 2025. Et ce ne sont pas les seules nouveautés…


DR.

Conflit pré-post moderne

Ainsi, l'histoire de Call of Duty : Black Ops 2 se situe dans un futur proche sous haute tension politique, principalement à cause d'un homme : Raul Menendez. Vous incarnez David Masson, chef d'une unité anti-terroriste d'élite et fils d'Alex Masson, ancien agent spécial de la CIA. Sur la piste de Menendez, vous retrouvez Frank Woods, ancien compagnon d'arme de votre père qui vous raconte ses souvenirs et vous fait revivre d'anciennes missions de ce dernier en lien avec le terroriste recherché, toujours durant la Guerre Froide.

Ces différents tableaux à travers le monde, à pied et parfois à cheval, n'occupent cependant pas la majorité de la campagne solo. D'une durée relativement courte (environ sept heures) mais raisonnable pour ce type de jeu, elle est surtout orientée autour de David et ses hommes, luttant contre des factions armées et terroristes en l'an 2025.

Un environnement futuriste idéal pour apporter du neuf dans la jouabilité avec armes et gadgets modernes. Fusils avec diverses améliorations de détection ou projection, grenades de brouillage d'HUD ou encore camouflages optiques rendant invisibles. Les accessoires sont nombreux mais malheureusement utilisables que temporairement durant certaines missions, comme les gants adhésifs d'escalades, un fusil aux balles traversant les murs, ou encore le Wingsuit pour une séance de vol géniale mais trop courte.


DR.

Le changement, c'est maintenant

La diversité est pour ainsi dire la marque de fabrique de Black Ops 2. Les séquences se suivent mais ne se ressemblent pas, entre scènes scriptées blindées d'explosion ou plus calmes, voire même stratégiques au travers des missions intitulées Force d'assaut.
Ces dernières proposent d'apporter un aspect tactique à la franchise en dirigeant plusieurs escouades, drones, et autres engins robotisés. Le joueur peut ainsi donner ses ordres en utilisant une vue aérienne ou en contrôlant directement ses troupes, ce que l'on finit rapidement par faire, contraints pas la simplicité du commandement qui rend les objectifs difficiles à atteindre.

Ces quatre à cinq missions sont elles aussi différentes, entre défense de zone, destruction de bâtiment ennemi, et protection ou assassinat de personnalité. Notons qu'elles sont jouables indépendamment de la campagne mais tout de même liées à l'histoire principale, pouvant même impacter cette dernière suivant le résultat.

En effet, la trame scénaristique est constituée de plusieurs embranchements que le joueur empruntera suivant sa réussite et ses divers choix. Rattraper ou non un individu, tirer ou non sur un autre, ces quelques décisions impacteront le déroulement de la campagne et sa fin, ou plutôt ses diverses fins. Le tout sans trop de cordage dans les ficelles, grâce notamment à un scénario certes du registre du blockbuster américain, mais néanmoins d'une certaine qualité, pas trop manichéen, et avec des liens bien tissés entre passé et présent (enfin… futur).


DR.

Contre les morts...

Désormais devenu une signature du studio Treyarch, le mode Zombies est bien entendu présent dans Call of Duty : Black Ops 2, et quasiment un jeu dans le jeu. En effet, vous pourrez dégommer du mort-vivant seul, en coopération avec trois autres joueurs, ou carrément en deux équipes de quatre contre quatre.
Ce dernier mode intitulé Lutte propose en effet à deux escouades de s'affronter sur un terrain infesté par zombies interposés, l'objectif étant de faire partie du clan des survivants.

Toujours du côté des nouveautés, le Tranzit qui propose de traverser les premiers lieux disponibles à l'aide d'un bus défoncé conduit par un automate dans le même état. Vous pourrez alors en profiter pour vous arrêter dans les dangereuses zones de transition entre deux cartes afin de récupérer des bonus utiles pour la suite.
Le plaisir malsain de décapiter du cadavre ambulant pourra ainsi vous tenir en (mauvaise ?) haleine de nombreuses heures.


DR.

... Ou les vivants

Mais ce n'est rien face au rouleau compresseur connu et reconnu, l'activité chronophage pas excellence : le multijoueur.
Car c'est principalement pour ce mode que la majorité des joueurs achètent un Call of Duty, et généralement ils ne sont pas déçuent. Cet épisode ne déroge évidemment pas à la règle avec un multi ultra complet.
Quatorze cartes variées et une quinzaine de types de jeu tout aussi diversifiés, entre match à mort, capture de zones ou de drapeau, défense de points stratégiques, recherche et destruction, ou encore du plus fun avec des batailles à l'arbalète, à la hache, ou avec un pistolet ne contenant qu'une balle.

Ne vous reste alors qu'à rassembler trois amis chez vous, beaucoup plus dans un (grand) salon pour des LAN endiablées, ou affronter du soldat virtuel mais bien réel sur le réseau, jusqu'à 18 sur une partie.
Car le nombre fait la force, tout comme l'esprit d'équipe. Le score respecte donc cet adage et ne se fait plus seulement en fraggant comme un malade mais aussi en portant assistance à ses coéquipiers (à l'instar d'un certain Battlefield).
Vous prendrez alors du galon et débloquerez de nouvelles armes futuristes bien sympathiques, le tout agrémenté de quelques autres accessoires et drones. Les environnements restant cependant toujours trop restreints pour conduire un véhicule (à l'instar d'un Batt... Ha zut je l'ai déjà dit), mais c'est ce qui fait la différence entre ces deux titres et la touche personnelle de chacun.

La présence des bots, des joueurs dirigés par la console, est aussi un point de divergence avec son concurrent, mais un bon point pour Call of Duty : Black Ops 2. Car il est parfois fort appréciable de s'entraîner seul contre l'IA sur quelques cartes avant de se jeter sur un champs de bataille face à de vrais joueurs futés et affutés.
Fier de votre expérience, vous pourrez alors partager vos statistiques avec le mode Elite, désormais gratuit et donc accessible à tous, voire même participer à des championnats d'eSports bien réels eux, au travers de la COD World League qui débutera courant décembre par exemple.


DR.


Conclusion

 

Call of Duty : Black Ops 2 amène un peu de nouveauté à la franchise tout en utilisant les recettes qui ont fait son succès. Un bon gros conflit international, de l'action pure avec une surenchère d'effets, et de nombreux ennemis (malheureusement encore trop pauvres en neurones). Le tout agrémenté de phases de jeu plus diversifiées qu'à l'accoutumée et d'un scénario évolutif plutôt réussi, gage de rejouabilité. Quelques rares bugs et petits défauts graphiques viennent entâcher l'expérience, mais rien de méchant, surtout face au délirant mode Zombies et au bon gros Multijoueur qui fait le boulot comme à son habitude. Enfin, la fraîcheur apportée par les armes et gadgets futuristes ; qui pourra décevoir certains élitistes ; nous a plutôt convaincu comme ce Call of Duty : Black Ops 2, dans le haut du tableau des derniers épisodes de la série.

 


DR.

Partager cet article

A propos de l'auteur

12 commentaires

  • FredleBelge

    22/11/2012 à 17h34

    Répondre

    Partenariat entre jeuxvideo.com et Krinein?

  • Islara

    22/11/2012 à 18h29

    Répondre

    FredleBelge a dit :
    Partenariat entre jeuxvideo.com et Krinein?

    C'est une question ou une suggestion ?

  • Flob

    22/11/2012 à 18h39

    Répondre

    Je ne sais pas si on va vouloir
    Pourquoi cette question FredleBelge ?

  • FredleBelge

    23/11/2012 à 07h46

    Répondre

    Contraste entre la note de la rédaction et la note des internautes: http://www.jeuxvideo.com/jeux/pc/00043689-call-of-duty-black-ops-ii.htm
    Même chose ici: http://www.metacritic.com/game/playstation-3/call-of-duty-black-ops-ii

    Il semble qu'Activision a dû offrir beaucoup de goodies aux critiques professionels .

  • Guillaume

    23/11/2012 à 08h01

    Répondre

    Perso je n'ai pas vu le jeu, mais je me méfie de l'effet grosse licence : le score metacritic de mass effect 3 est du même tonneau... Tout ça à cause du bad buzz sur la fin du jeu.
    Massivement les joueurs disent que c'est mauvais, mais achètent tout de même, finissent le jeu et jouent même en multi pendant un bout de temps. Tout ce qu'on fait bien evidemment quand un jeu est mauvais

  • Guillaume

    23/11/2012 à 08h04

    Répondre

    Call of sur metacritic, on voit clairement la répartition : peu de vote moyens. Quasi que du bon ou mauvais chez les internautes.
    La moyenne ne rend pas justice aux votes.

  • Flob

    23/11/2012 à 10h49

    Répondre

    Ben en fait je suis à la base plus un joueur de Battlefield et ma préférence allait vers ce jeu à l'origine.

    Pourtant je dois avouer que le mode campagne est bien foutu et sympa, même si toujours trop court. Il a en plus le mérite de varier la jouabilité.
    Tu ajoutes un multi bien foutu (qui je rappelle à la base n'est pas trop ma came car je ne suis pas un pro du frag et préfère l'exp Battlefield). Il y a de nombreux modes dont des bien délires. En plus contrairement à ce que j'ai pu lire sur le net je n'ai pas eu de bug en multi à part quelques rares déconnections dû à l'hôte qui quittait sauvagement la partie.

    Je pense en effet que c'est l'effet "grosse licence". Et qui dit gros titre dit beaucoup de "haters", de mecs qui critiquent pour le plaisir de critiquer, un peu comme les guerres pro fifa/pes.

    On peut penser d'un oeil extérieur que les rédacteurs de critiques JV se sentent obligés de donner de bonnes notes aux grosses licences ou gros éditeurs, mais tout ça n'est que fantasmes. On donne une note en fonction de son ressenti, et je dois admettre qu'il était bon et que j'ai été agréablement surpris.

    Mais une note reste UNE note, donc l'avis d'UNE personne et peut donc aussi ne pas refléter la vérité (même si nous essayons d'avoir un raisonnement objectif aussi qui peut contrebalancer). Maintenant je pense comme Guillaume que si des millions de personnes passent des heures sur le multi, c'est bien que ce jeu mérite largement une note dans la moyenne supérieure...

  • Akashinai

    23/11/2012 à 13h07

    Répondre

    Mais une note reste UNE note, donc l'avis d'UNE personne et peut donc aussi ne pas refléter la vérité (même si nous essayons d'avoir un raisonnement objectif aussi qui peut contrebalancer). Maintenant je pense comme Guillaume que si des millions de personnes passent des heures sur le multi, c'est bien que ce jeu mérite largement une note dans la moyenne supérieure...


    [TROLL ON] Comme les millions de personnes qui regardent le Juste Prix [TROLL OFF]

  • Guillaume

    23/11/2012 à 13h23

    Répondre

    Je ne disais pas ça moi Je disais que c'est marrant que les mêmes personnes qui filent des sales notes passent leur temps à y jouer en multi. Donc la note internautes n'est pas très crédible cette fois.

  • el viking

    23/11/2012 à 13h42

    Répondre

    Perso, j'ai assisté à une scène de ce jeu dans la boutique de jeux vidéo près de chez moi... Un mec pas très doué essayait le mode campagne dans le désert, un passage honteusement copié sur Indiana Jones et Rambo III d'ailleurs. Ce mec arrêtait pas de se tourner vers moi en riant en insultant ses bots alliés de "sale chinetoque" (alors qu'ils n'étaient pas du tout chinois, mais bon, pour lui, ils se ressemblaient tous, surement), et était, d'une façon assez malsaine, mort de rire durant la scène de torture qui s'ensuivait. J'espère que tous les joueurs de Black OPS ne sont pas pareil, ou on est mal barré...

  • Islara

    23/11/2012 à 14h26

    Répondre

    el viking a dit :
    J'espère que tous les joueurs de Black OPS ne sont pas pareil, ou on est mal barré...

    J'imagine totalement la scène que tu décris. Il y a des fortes probabilités que ton gars soit un mec avec un casier long comme le bras. Ils ont une affection particulière pour ce genre de jeux (n.b. : je parle en connaissance de cause), affection qui s'explique par de nombreuses raisons psychologiques qui n'ont pas d'importance ici.

    Cela ne veut pas dire bien sûr que tous les mecs qui jouent à CoD sont des délinquants multi-récidivistes. Les chats sont mortels, je suis mortelle, donc je suis un chat.

    FredleBelge a dit :
    Il semble qu'Activision a dû offrir beaucoup de goodies aux critiques professionels .

    Euh, tu vis sur ta planète toi !? Si tu savais comme on en reçoit peu des goodies et comme le travail de testeur/testeuse "jeux vidéos" est ingrat. Quand tu compares tout le temps qu'on donne et le peu qu'on reçoit, c'est même à se demander pourquoi on continue, bien que la réponse soit bien sûr évidente.

  • Flob

    23/11/2012 à 15h34

    Répondre

    Guillaume a dit :
    Je ne disais pas ça moi Je disais que c'est marrant que les mêmes personnes qui filent des sales notes passent leur temps à y jouer en multi. Donc la note internautes n'est pas très crédible cette fois.


    Oui enfin c'est à peu près ce que je voulais dire aussi...

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Rubriques