5/10

Chase : Cold Case Investigations ~Distant Memories~ - Test

Lorsqu'on voit la jaquette de Chase, si on a connu l'ère DS, on pense immédiatement, rien qu'avec les traits des personnages et au style graphique, à Hotel Dusk : Room 215 et Last Window : Le secret de Cape West. Ces deux jeux d'une série produite par feu le studio CING il y a 10 et 7 ans étaient du genre enquête, ancrés dans un scénario bien monté, mais aux énigmes faciles et à la conduite hyper dirigiste. Avec leur style original unique, la vie qu'ils donnaient aux personnages et l'exploitation particulièrement poussée du double écran de la DS et du stylet, ils avaient marqué les esprits. Probablement parce qu'il s'agissait plus de livres animés interactifs que de jeux, la série n'était pas allée plus loin.

Penser à ces jeux quand on démarre Chase est plus approprié qu'on ne l'imagine car le créateur est le même, il s'agit de Taisuke Kanasaki. Qui l'eût cru ?

On retrouve ainsi avec plaisir les mêmes particularités et modes de fonctionnement très efficaces : polar bien mené, choix du noir et blanc, effets d'ombre et de lumière, collant parfaitement à l'ambiance polar, jeux de zoom lors de l'arrivée de nouveaux personnages, représentation particulièrement vivante des gens. C'est moins impressionnant aujourd'hui que sur l'ancienne DS (l'exploit était d'ailleurs assez énorme sur DS vu ses faibles capacités), mais ça marche bien niveau immersion.


La même patte graphique et scénaristique qu'Hotel Dusk et Last Window.

Côté moyens, en revanche, c'est quand même limité : si de temps à autre, les images se déroulent sur les deux écrans (comprenez que la suite de l'image du haut se finit en bas), exit la présentation façon livre, exit les énigmes, exit la vue à 360°, exit le cahier de notes. Finalement, le jeu consiste uniquement à suivre les dialogues, explorer une ou deux pièces, interroger les suspects et témoins, et établir des déductions/récapitulatifs via des choix à sélectionner ; si l'on sélectionne le mauvais choix, une jauge de vie diminue et peut aller jusqu'au game over (ça n'arrive pas en pratique). Voilà qui est un peu limité mais l'intérêt de jeu se maintient grâce au bon rythme des révélations et à la rapidité des scènes qui ne traînent pas en longueur.

En outre, les deux personnages principaux s'avèrent au départ particulièrement caricaturaux, le premier très antipathique dans son dédain permanent de tout et des autres, la seconde dans son manque de confiance aigu et une soumission d'un autre temps. Si cela finit par évoluer, comment dire... une très désagréable surprise nous attend.

En effet, alors que l'histoire a commencé à nous captiver, qu'on s'est pris au jeu d'interroger des témoins, d'explorer des pièces, de sélectionner régulièrement par réflexion, instinct ou mémoire des choix proposés, alors qu'un beau coup théâtre ponctue la fin de l'enquête, qu'on croit avoir fini un chapitre et qu'on est très impatient de découvrir la suite, ô surprise, on voit défiler le générique !!! Après un moment de doute, on se dit qu'il y a un générique parce qu'on est comme sur certains jeux à épisodes. Mais non, c'est fini, ça a duré 2H et c'est fini. Rien de plus dans le menu ! Pourtant l'histoire est à des années lumières d'être terminée, c'est parfaitement clair vu tout ce qui est resté en suspens. Je n'ai jamais vu ça !

Que conclure alors ? Les éditeurs n'ont livré aucune information sur la sortie d'une suite, et ce malgré des demandes et questions explicites. On ne sait donc pas si une suite est prévue et si oui, on ne sait pas quand. On ne peut faire que des hypothèses : peut-être l'éditeur attend-il de voir si le jeu marche avant de poursuivre. En termes de communication, c'est quand même assez foireux.

Conclusion

Bref, tant qu'une suite n'est pas prévue, je déconseille fortement Chase : Cold Case Investigations. Qui a envie de commencer une aventure qui ne s'achèvera peut-être jamais ? De plus, pour 2H de jeu, payer 6 € c'est un peu l'arnaque. Enfin, si une suite est prévue, il sera de bon ton d'augmenter notoirement le niveau difficulté, qui était d'ailleurs le gros point faible d'Hotel Dusk et Last Window, de travailler nettement le système d'exploration, d'ajouter une caméra et pourquoi pas des énigmes, et évidemment de prévoir un prix groupé plus modéré. 

NB : jeu en anglais uniquement, comme beaucoup de séries désormais.


Moyens d'exploration limités.

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques