6.5/10

Cities XL 2012 - Test

A l'image des jeux de sport contemporains, Cities XL a décidé d'adopter une sorte de parution annuelle lui permettant de mettre régulièrement sur le marché des améliorations de son concept, moyennant l'achat d'un nouveau jeu. Si la version 2011 avait été un mal nécessaire pour enterrer le semi-échec du premier volet, cette mouture 2012 semble ne pas apporter grand-chose à la franchise. Voyons voir.


DR.
On retrouve donc le fonctionnement planétaire du jeu, qui nous permet de choisir un terrain pour y construire sa ville selon ses propres motivations, puis de la relier à l'extérieur pour échanger avec d'autres villes de sa création également. Si l'on va au bout du concept, vous pourrez donc créer une soixantaine de villes interagissant entre elles, en admettant que vous ayez un budget temps pour le loisir qui dépasse l'entendement. Car créer ne serait qu'une ville potable est un investissement assez conséquent, étant donné le nombre de fonctionnalités mis à votre disposition. On parle de type de population, de densité, de différentes tailles de bâtiments publics et de locaux de travail, pour arriver – selon la jaquette – à un total de mille bâtiments et évolutions. C'est loin d'être anecdotique, surtout que selon votre emplacement sur la planète certains bâtiments spéciaux pourront être débloqués et être utilisés. Les villes ne se ressemblent donc pas, mis à part qu'elles misent toutes sur le gigantisme et le développement à grande échelle. On retrouve également les améliorations apportées par la version 2011, notamment les transports en commun permettant de fluidifier le trafic routier. Ce point fait partie des nombreuses subtilités de la série Cities XL, qui va essayer de tout vous expliquer en un tutorial assez didactique.


DR.
Le souci dans tout ça, c'est que Cities XL est un city builder pur jus, sans sucre ajouté. Il n'y a pas d'objectif particulier à réaliser, juste faire vivre sa ville comme on l'entend. La satisfaction du travail bien fait et un certain sens de la gestion constituent un minimum à avoir pour se mettre à ce type de software, qui est avant tout un bac à sable. Le jeu a suffisamment de fonctionnalités pour y passer un certain moment et autorise de nombreuses facéties architecturales, mais le manque de défis et l'absence d'évènements indépendants de notre volonté peut favoriser un rapide décrochage. Par bonheur, l'interface de jeu est assez claire malgré un nombre très important de menus et sous-menus, et si les premières dizaines de minutes seront pénibles (ne pas oublier de valider la construction en cours, ne pas oublier de valider la construction en cours) on trouve rapidement sa vitesse de croisière. Il me paraît évident, au vu des améliorations apportées par l'édition 2012, que les personnes possédant déjà la 2011 ne devraient pas être trop tentées (même si la mise à jour à partir de 2011 coûte 15 €), les différences étant suffisamment infimes pour ne pas se retrouver en situation de manque.

Quant à ceux qui voudraient se lancer dans la construction, la vraie, celle qui fait plusieurs étages, eh bien Cities XL est une adresse recommandable par sa remarquable richesse de jeu, à défaut de proposer un véritable challenge pour joueurs avertis. A vous de voir ce que votre imagination pourra créer avec tout ce sable…

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques