7.5/10

Dark Void - Test

Dark Void possède le charme exotique des films d'aventure à l'ancienne, en nous faisant découvrir un monde perdu. Le mélange de combat au sol, vertical et aérien rend l'expérience variée et grisante. 

Airtight Games est un nouveau studio dont certains membres avaient participé à l'élaboration du jeu de combats en avion intitulé Crimson Skies: High Road to Revenge. On ne s'étonnera donc pas qu'il nous propose cette fois d'être propulsés par un jet-pack. On pensera bien sûr à Rocketeer, le Character Design de notre héros Will étant très ressemblant. Dark Void est un jeu de tir objectif mélant combats terrestres et aériens dans un univers uchronique alternatif.

Où sont les freins ?
Où sont les freins ?
Le premier contact avec le « Void » s'avère rugueux, presque rebutant. Propulsés directement dans les airs avec deux roquettes vissées dans le dos, on peine à trouver ses marques dans un premier dogfight. Après un détour par les options, on arrivera à calibrer la bête pour la rendre maniable. Une fois cette rude introduction passée, l'histoire commence. Pris dans une tempête, un avion de livraison se crashe dans un autre monde. Will et sa collègue Ava commencent leur exploration. La séquence d'intro est courte et on se rendra vite compte que l'accent a été mis sur le gameplay et non sur les cinématiques ou le scénario. On découvre alors un monde perdu et une peuplade humaine primitive vénérant des créatures synthétiques: les Veilleurs. On rejoindra rapidement la résistance locale composée de « Survivants » luttant pour empêcher ces aliens d'atteindre notre monde. Nikola, t'es là ?
Nikola, t'es là ?
Au fil des missions, on en apprendra plus sur le « Void » et ses occupants, notamment grâce à des documents qui traînent par terre dans la tradition des jeux d'aventure de Capcom. On regrettera que cet univers soit sous exploité, car il foisonne de concepts séduisants comme la présence de Nikola Tesla qui justifie le coté Steam-Punk de l'aventure. - a l'image du film Le Prestige  - ou l'incarnation magique faite par David Bowie. Les cinématiques seront lieux de coups de théâtre souvent prétextes à une modification du gameplay.

Grand Theft UFO
Grand Theft UFO
Le concept principal est donc le déplacement en jet-pack qui nécessite un temps d'adaptation et se révèle laborieux par les demi-tours réguliers à effectuer. Les arènes, malgré leur grande taille,  restent trop confinées pour pouvoir aligner correctement ses cibles tout en étant propulsé à grande vitesse. Le manque d'un système de « lock » rend ces phases plus difficiles encore. Heureusement, les alternatives sont nombreuses. On pourra prendre le contrôle de tourelles ou d'avions alliés mais aussi aborder les navettes des Veilleurs. Un système de Quick Time Event plutôt joli et rendant bien l'impression d'acrobaties aériennes permettra d'annexer leurs soucoupes volantes. La touche « E » sera ainsi souvent employée, pour achever des monstres de plus en plus grands ou simplement attaquer au corps à corps. Cette action utilisée lors des phases terrestres possède des animations différentes et est souvent plus efficace que le tir avec une arme de base. Peur du vide ?
Peur du vide ?
Des orbes "Points de Tech" à ramasser permettront de faire évoluer les 6 armes différentes et le jet-pack sur 3 niveaux, du déjà vu dans les autres productions Capcom, mais le système a fait ses preuves. On regrettera quand même le peu de choix et le fait que l'aventure se finisse en ayant amélioré seulement 2 ou 3 armes. La variété des architectures et les combats verticaux seront les véritables sources de renouvellement du gameplay. Les phases de descente ou d'ascension de décors gigantesques sont grisantes et rappelleront les Rail Shooter du genre de Time Crisis, il faudra ainsi avancer de couvert en couvert avec la touche « C » et tirer sur des ennemis relativement statiques de différentes couleurs. Très fun mais parfois déroutant et vertigineux.

Finish Him !
Finish Him !
Dark Void est ainsi un jeu de tir relativement classique, n'ayant qu'une poignée d'ennemis différents, mais les environnements très vastes et la progression vers des challenges plus conséquents offrent une expérience intense. On se retrouvera ainsi face au stress quand on devra protéger des vaisseaux alliés contre des ennemis de plus en plus nombreux ou imposants. La réalisation à l'ancienne lui donne un coté kitsch qui colle à l'ambiance, mais certains décors trop carrés et des textures grossières auraient pu être évitées. Étonnamment intense, on se laissera happer par l'ambiance rétro et les challenges renouvelés. Dark Void tiens ainsi ses promesses par sa combinaison de combats terrestres et aériens prenants, mais la réalisation soutient difficilement la comparaison avec les autres productions actuelles.

Vers l'infini et l'au-delà !
Vers l'infini et l'au-delà !

A découvrir

Brütal Legend - Test

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques