6.5/10

Dead or Alive 5 Last Round - Test PS4

Vénérable saga du jeu de baston sur consoles commencée en 1996, Dead or Alive revient sur le devant de la scène et fait son apparition sur consoles new-gen avec Dead or Alive 5 : Last Round. Alors, version ultime ou portage au rabais ?

Après Dead or Alive 5 sorti en 2012, Dead or Alive 5 Plus et Dead or Alive 5 Ultimate sortis en 2013, Dead or Alive 5 : Last Round est donc la troisième et dernière mise à jour d'un jeu sorti il y a déjà près de trois ans. N'ayant touché à aucune des versions précédentes de ce jeu, je vais donc le critiquer de manière « classique » et m'attarder sur le contenu bonus en fin d'article.

 
Les deux nouveaux protagonistes : Raidou et Honoka

 

Dead or Alive 5 est, comme je le disais dans l'intro, le cinquième épisode d'une saga de jeu de baston pour consoleux remontant à 1996. À l'époque, j'étais plus Tekken, avant de passer à Soulcalibur donc je suis passé à côté des précédents épisodes. Et je dois reconnaître que la réputation de Dead or Alive, ou du moins de ses combattantes, ne lui conférait pas une grande légitimité : pourquoi s'intéresser à un jeu de combat dont le principal intérêt semble résider dans la plastique généreuse (qui a dit irréaliste ?) de ses protagonistes féminins ? Eh bien, il semblerait que j'avais tort car j'ai découvert un jeu avec des mesdames certes peu vêtues et fort bien fournies par la nature, mais qui savent surtout bien mettre des coups de tatanes ! Chaque personnage a un style de combat qui lui est propre et qui est surtout très accessible : sans aucune connaissance préalable du jeu, j'ai réussi à me faire plaisir assez rapidement en enchaînant quelques coups sympas. Mais le jeu récompense aussi ceux qui fouillent un peu et recèle des subtilités pour qui les cherchent. Le gameplay repose aussi beaucoup sur le juggle : l'enchaînement des coups pour ne pas laisser une seule seconde de répit à l'adversaire et j'avoue que sortir un combo à 30 coups, ça fait toujours plaisir ! Pour finir, les arènes sont variées (cercle polaire, jungle, gratte-ciel, …) et chacune dispose d'interaction(s) avec le décor et peuvent parfois se jouer sur plusieurs niveaux.

 
Halloween : ce moment magique où la mère noël affronte un catcheur sur la terrasse d'un manoir hanté

 

Mais tout n'est pas rose pour autant dans le monde de Dead or Alive 5 Last Round (sauf peut-être les culottes des combattantes), à commencer par les graphismes : ils seraient honorables pour une sortie old-gen mais manquent un peu d'effet waouh et ne justifient pas vraiment une sortie new-gen. Attention, ils sont loin d'être moches et les persos ainsi que les arènes sont bien détaillés, mais ils ne supportent pas la comparaison avec les jeux 100% new-gen … Ensuite, je chantais précédemment les louanges du juggle quand on est du bon côté de la barrière mais quand on en est la victime, c'est déjà plus frustrant de perdre un combat alors que l'IA enchaîne les coups sans laisser le temps au joueur de respirer. Mais comme dirait l'autre, c'est le jeu ma pauvre Lucette et ça sera l'occasion d'apprendre à maîtriser les blocages (carré plus une direction selon le type de frappe à bloquer) !  Je ne vous ferai pas l'affront d'évoquer le mode histoire doté d'un scénario bidon avec pêle-mêle un clone de Kasumi, un tournoi d'arts martiaux nommé Dead or Alive 5 (ooooooh tout comme le jeu dis-donc, mortel !), des sombres histoires de famille et des rivalités entre les personnages. Vous vous en doutez, ce n'est qu'un prétexte pour permettre au joueur de toucher certains persos en affrontant des CPU de plus en plus fort dans le but de le faire progresser.

 
"Prends ça dans ta face, fallait pas me mettre 8 au dernier devoir de maths !!!"

 

Maintenant qu'en est-il des ajouts de la version Last Round ? D'après ce que l'on me dit dans l'oreillette, les nouveaux personnages sont au nombre de deux : Honoka, une lycéenne de 18 ans avec son propre style de combat et Raidou, le père d'Ayane, qui fait son grand retour dans la série. Les nouvelles arènes sont aussi au nombre de deux : Crimson, une arène de Dead or Alive 2, et Danger Zone, l'arène de Kasumi dans le premier Dead or Alive. Le jeu apporte enfin toute une flopée de costumes à débloquer pour les persos en allant du costume de père noël au maillot de bain super sexy en passant par le costume de lycéenne.

 
Les costumes sont variés et laissent parfois peu de place à l'imagination ...

 

 

Avec un contenu additionnel léger, Dead or Alive 5 : Last Round n'aura donc qu'un intérêt limité pour ceux d'entre vous ayant déjà joué aux précédents opus à moins que vous ne vouliez avoir tous les persos/costumes/arènes possibles et imaginables. Pour les autres, comme moi, c'est une bonne occasion de découvrir un jeu de combat bien fichu et accessible et qui saura vous occuper seul ou à plusieurs pendant de longues heures. Des graphismes vraiment new-gen et un contenu plus intéressant pour les vieux briscards l'auraient aidé à se hisser vers les sommets de la notation mais nous avons déjà un jeu fun, agréable et pas excessivement cher (environ 40 €). N'est-ce pas déjà tout ce qu'on demande à un jeu de baston ?

Promenons-nous dans les bois ...

 

A propos de l'auteur

Métalleux confirmé // PlayStation lover // Bouffeur de manga // Cinéphile mais pas zoophile // Codeur professionnel // Lecteur électronique et câlineur de chatons since 1987.

    0 commentaires

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

    Rubriques