Deus Ex - Human Revolution : Preview hands-off

De l'anticipation mature, inspirée et couillue. Voilà ce qui semble de plus en plus être au programme de Deus Ex - Human Revolution. De là à oser prétendre que nous sommes face à un futur chef-d'œuvre du genre, il n'y a qu'un pas qu'à Krinein nous avons décidé de franchir allègrement !

C'est à l'occasion d'une présentation à l'espace rencontre de la FNAC forum des Halles que nous avons pu avoir un aperçu du prochain gros titre développé par Eidos Montréal, j'ai nommé Deus Ex - Human Revolution. Si nous n'avons pas encore eu la chance de pouvoir poser nos petits doigts boudinés sur une version jouable, nous avons pu voir à l'œuvre Jonathan Jacques-Belletête, directeur artistique du jeu.

Après nous avoir montré une version director's cut du trailer présenté au dernier E3 (totalement "classe à Vegas" et visible à la fin de cette preview), une pub live de leur campagne de promo virale (également dispo plus bas) et un power point nous expliquant pourquoi leur jeu va tout déchirer, notre hôte est passé au gros morceau de cette présentation : une démonstration de gameplay manette en main d'une vingtaine de minutes sur la version Playstation 3 du jeu.


Jonathan / Adam. Comme un petit air de famille...
Bref rappel de l'histoire : l'action se déroule en 2027, soit quelques dizaines d'années avant les événements du premier Deus Ex, et vous êtes Adam Jensen, consultant en sécurité pour la firme Sarif Industries, leader sur le marché de l'augmentation par prothèses bioniques. Nous n'entrerons pas dans les détails (une des raisons étant que nous n'avons pas assisté au début du jeu) mais sachez qu'au bout d'environ une heure de jeu et après une intervention musclée d'un groupe paramilitaire au sein des locaux de Sarif, notre brave Adam se retrouvera séparé de sa dulcinée et "augmenté" malgré lui.

La mission qui nous a été présentée prenait place très tôt dans le jeu. Au retour de six mois de convalescence et avec ses toutes nouvelles prothèses, Jensen est appelé pour intervenir dans une des manufactures de Sarif.inc, prise pour cible par des extrémistes d'un groupe anti-augmentations nommé "Purity First". Les bâtiments grouillent d'hommes armés et les scientifiques sont retenus en otage. La mission est simple : accéder aux sous-sols et sécuriser un prototype top secret.


La démonstration en elle-même commençait devant le bâtiment et déjà les premiers éléments visuels flatteurs affluaient pour le plus grand bonheur de nos rétines : modèles de personnages détaillés, drapeaux en tissus flottant au vent, policiers éternuant sous la pluie, gyrophares, flammes et hélicoptère patrouillant en arrière plan ; c'est beau et vivant, le tout enrobé d'une teinte or du plus bel effet.


Juste la classe !
La première chose que nous avons découverte a été le menu des améliorations physiques. En tant qu'être humain "augmenté", Adam pourra évoluer de différentes manières en fonction de votre style de jeu et il y en aura pour tous les goûts : cerveau, yeux, bras, jambes, torse, vous pourrez distribuer vos points d'amélioration (récupérés en gagnant du level grâce à l'XP - car Deus Ex, malgré la vue en FPS, c'est avant tout du RPG - ou trouvés dans des éléments de décors) comme bon vous semble.


Comme vous le savez - sans doute ou peut-être - l'un des fondements de la saga Deus Ex est de proposer plusieurs approches pour une situation donnée. Jonathan a préféré opter pour une approche furtive et c'est donc armé d'un fusil de sniper à fléchettes tranquillisantes qu'il décide de pénétrer dans les locaux sous contrôle ennemi. Mais avant ça, petit détour par le chef de l'escouade du SWAT sécurisant l'entrée, ce qui a été l'occasion de nous faire découvrir rapidement le système d'interaction sociale. Adam pourra ainsi récolter moult informations par un système de dialogue à choix multiples, comme par exemple "quelle est la situation, que veulent les terroristes, qui est leur chef" etc... Jonathan Jacques-Belletête nous promet que ce genre de situation pourra, si on le désire, nous offrir des dizaines de minutes de dialogue. Mais trêve de bavardages et place à l'action.


Un univers mature
L'accès à l'objectif étant évidement bien gardé, plusieurs possibilités s'offrent alors au joueur pour entrer. Passer par la porte principale en tirant à tout va ne collant pas avec l'optique de furtivité, le directeur artistique de Deus Ex - Human Revolution a préféré utiliser ses yeux améliorés pour repérer les gardes en patrouille au travers des murs et s'en approcher discrètement pour les mettre hors d'état de nuire grâce à des takedown silencieux, sans oublier de cacher les corps après coup pour ne pas alarmer leurs petits copains. Après un rapide état des lieux nous montrant les différents moyens d'atteindre un endroit donné, tels que des portes dérobées ou des conduits d'aération, c'est finalement par les toits que Jonathan Jacques-Belletête décida de s'infiltrer dans les labos pris d'assaut. Progressant prudemment de couverture en couverture (notez que lorsque on se met à couvert la caméra passe de la vue FPS à une vue à la TPS, à la 3ème personne ; un peu déroutant au début mais plutôt bien réalisé), surprenant des conversations ennemies, lesquelles pourront révéler des informations plus ou moins importantes, comme des mots de passe ou des codes secrets. Adam Jensen arriva plus loin devant une porte verrouillée électroniquement, ce qui nous a permis de découvrir un mini jeu de hacking plutôt sympathique consistant à passer de relais en relais, tout en prenant soin d'éviter les logiciels de sécurité.

Arrivé dans une salle fortement gardée nous avons pu voir Adam se servir de son camouflage pour passer les sentinelles sans être vu (bien qu'un des soldats ayant entendu le bruit de ses pas ait décidé de modifier sa ronde, ce qui a donné lieu à un petit moment de tension). Un nouvel exemple de choix d'approche nous a ensuite été montré au détour d'un couloir gardé par une tourelle automatique : attaque frontale, contournement, furtivité, piratage... ce sera à vous de voir comment régler le problème.


Easy, easy...
Une fois son objectif atteint, Jonathan a alors décidé de charger une partie où le personnage d'Adam était bien plus lourdement, et létalement équipé (comprenez qu'une arme automatique, le machine-pistol, a remplacé le lance-fléchettes), afin d'aborder la salle précédente de manière bien plus musclée. Les fusillades se jouent de manière assez classique avec cover-system, tir à l'aveugle, headshots et lancer de grenades - les bourrins apprécieront sûrement.

C'est là-dessus que s'est conclue cette présentation de Deus Ex - Human Revolution, présentation qui nous a permis de nous rassurer quant au fait que les p'tits gars d'Eidos Montréal ne se sont vraiment pas tourné les pouces pendant les quatre années de développement de ce qui s'annonce définitivement comme un des titres majeurs de cette année.

Quelques infos supplémentaires nous ont ensuite été révélées grâce à la petite séance de questions-réponses qui a suivi. On nous promet une durée de vie d'environ 25 heures en ligne droite, durée à laquelle on pourra facilement rajouter 10 heures supplémentaires si l'on décide de tout explorer et de réaliser toutes les quêtes annexes. Les choix que vous ferez auront des répercutions sur le court, le moyen et le long terme ; pour exemple, dans la mission qui nous a été présentée vous pourrez choisir de sauver les scientifiques avant de réaliser votre objectif principal, ou le faire après, voire pas le faire du tout. Et quel que soit votre choix, il devrait influer sur certains éléments de l'histoire bien plus tard au cours de l'histoire (sans compter que, Deus Ex oblige, le jeu a plusieurs endings).


La révolution aura lieu le 26 août prochain !
Si la démo montrée ici n'était pas exempte de ralentissements et de bugs (mais comme l'a précisé Jonathan Jacques-Belletête, le jeu est actuellement en phase de debug et de fignolage avant de bientôt passer gold pour sa sortie en août), les réactions de nos collègues présents indiquaient bien l'attente suscitée par ce titre, à entendre leurs conversations : "Moi je la ferai façon ninja, 100% discrétion" ou "Oh bah nan, un bon gros bourrin/pirate informatique, ce sera bien mieux..."
Et chez Krinein aussi on a plus que hâte de pouvoir à notre tour incarner Adam Jensen, et vérifier si toutes les promesses ont été tenues (et aussi pour pouvoir rivaliser avec l'homme qui valait trois milliards - un vieux rêve de gosse !)

Tel quel, Deus Ex - Human Revolution s'annonce en tout cas comme une date, une de celles où l'on espère pouvoir dire après coup : j'y étais !

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

A propos de l'auteur

6 commentaires

  • Guillaume

    13/07/2011 à 14h54

    Répondre

    Je dois avouer que graphiquement je ne trouve pas que ce soit une claque http://jeux-video.krinein.com/deus- ... 16635.html

  • gyzmo

    13/07/2011 à 21h35

    Répondre

    Il est même carrément moche par rapport à la concurrence^^ Pis tout ces dégradés de jaune pisseux, c'est pas de tout repos pour les yeux. Heureusement, question gameplay et ambiance, il s'annonce excellent (autant que le premier en son temps j'espère).

  • gyzmo

    03/08/2011 à 22h46

    Répondre

    Ça s'annonce pas mal du tout cette volonté de retourner un peu plus aux sources de Deus Ex. J'espère que l'on pourra toujours désactiver la surbrillance des objets interactifs, ce gadget pourri et récurrent made in console HD pour gros cheater avec un poil d'un kilomètre dans le creux de la main...
    http://jeux-video.krinein.com/deus- ... 16799.html

  • Mandark

    04/08/2011 à 00h38

    Répondre

    Yes, les développeurs ont déjà annoncé que la surbrillance serait optionnelle.

  • Plax

    27/08/2011 à 13h14

    Répondre

    Lol, il est trop beau gosse sur la vignette !http://www.krinein.com/jeux-video/deus- ... 16952.html

  • gyzmo

    27/08/2011 à 14h08

    Répondre

    Clair, d'autant qu'il a l'air d'avoir la tête un peu écrasée sur la vidéo^^

    Bonne interview, en tout cas. Ça donne encore plus envie de se lancer dans l'aventure. Les premiers retours sur le soft sont très encourageants sur la plupart des aspects, et notamment par rapport au retour aux sources du premier opus (bonne durée de vie, approches multiples sur chaque mission, belle ambiance, éléments rpg nombreux, infiltration à l'honneur, immense espace de jeux...) !

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques