7/10

Dirt Rally - Test PS4

En cette année 2016, Codemasters revient nous proposer un épisode de sa saga de course Dirt avec un épisode résolument plus orienté simulation que le dernier épisode en date, Dirt Showdown.

Cinquième épisode de la saga DiRT, après un DiRT Showdown très arcade, DiRT Rally revient sur les terres de ses ancêtres pour nous proposer une simulation de Rally assez pointue. 


Oooooh elle est belle la voiture ...

DiRT Rally se présente comme un jeu de rally classique : le mode Carrière vous fait enchaîner les spéciales dans divers environnements, allant des petites routes ensoleillées de Grèce à celles enneigées de Suède en passant par l'Allemagne, le Pays de Galle ou encore les USA. Au programme, virages serrés à gauche, demi-tour en épingle à cheveux et surtout, si vous êtes comme nous, gros plans du ravin après un dérapage mal géré. Eh oui, DiRT Rally est une simulation pure et dure et chaque virage, serré ou non, devra être appréhendé de la meilleure façon possible afin de ne pas partir dans les choux. Les amateurs du genre seront comblés, les amateurs de jeu d'arcade passeront leur chemin vite fait ou tenteront de s'accrocher en activant certaines des aides au pilotage disponibles, salutaires quand la simulation de conduite n'est pas le point fort du joueur. Et force est de reconnaître que, malgré l'activation de toutes les aides possibles, il faut toujours s'accrocher car on est bien loin d'un Need for Speed ou d'un Sega Rally. Rally oblige, toute la carrière se joue au chrono donc vous aurez le tracé pour vous seul (et c'est déjà suffisamment difficile) et serez pénalisé à chaque incident de parcours. Le ravin vous a fait de l'oeil ? Plus 30 secondes. Un pneu crevé ? Plus 1 minute 30 ! Oui, c'est punitif et vite frustrant pour l'amateur pas doué mais c'est le prix à payer pour le réalisme. D'ailleurs, le réalisme est aussi présent dans la gestion et la persistance des dégâts subis par votre bolide : le pare-brise se fissure en cas de choc, les pneus peuvent crever voire vous fausser entièrement compagnie et le reste de la course n'en sera que plus difficile. 


... mais quand on n'est pas doué, ça ne dure jamais longtemps !

Une quarantaine de voitures sont à votre disposition, vont des années 60 aux années 2010, et sont assez variées pour influer en profondeur sur le déroulement des courses. Outre le mode carrière, deux autres modes de jeu s'offrent au joueur : le rallycross vous fait affronter 11 pilotes dans un mini-tournoi avec qualifications, demi-finales et finale ; le mode hillclimb, quant à lui, vous place face à un autre pilote et votre objectif sera de réaliser le meilleur temps après deux essais sur un certain circuit. Ces modes de jeu apportent un peu de variété mais sont malheureusement anecdotiques. Pour finir, parlons des graphismes : DiRT Rally est beau mais ne vous attendez pas non plus à un décollage de rétine, on reste dans de l'acceptable.


La vue intérieure est très bien faite et peut porter les stigmates de vos accrochages.

En conclusion, DiRT Rally est une simulation de Rally poussée et proposant suffisamment d'aides pour tenter les joueurs occasionnels, pour peu qu'ils soient motivés. Les joueurs cherchant du fun et de l'éclate immédiate sans prise de tête passeront leur chemin.

A propos de l'auteur

Métalleux confirmé // PlayStation lover // Bouffeur de manga // Cinéphile mais pas zoophile // Codeur professionnel // Lecteur électronique et câlineur de chatons since 1987.

    0 commentaires

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

    Rubriques