6/10

DiRT Showdown - Test PS3

Cinq années que Colin McRae s'est transformé en DiRT, et cinq années que la série dérive gentillement vers une conduite plus arcade comme beaucoup de ses concurrents. Le paroxysme de cette orientation se retrouve dans le dernier opus, DiRT Showdown, spin-off plutôt que véritable suite et jeu pour bourrin plutôt que pour amateur de conduite fine.


DR.

Et ça te froisse ?

En effet, il s'agit principalement de froisser un maximum de tôle pour engranger des points, du boost, et bien entendu finir premier. DIRT Showdown s'articule alors autour de quatre modes d'intérêts inégaux : la carrière du Showdown Tour, le bac à sable du Joyride, le Multijoueur, et les Défis pour affronter ses amis.

Soyons clair, le mode Défis est plutôt anecdotique, tout comme le Joyride proposant de rouler librement sur deux terrains pour récupérer des paquets cachés et réaliser des missions sans grand intérêt. Le coeur du titre est donc dans ses modes carrière et multijoueur.


DR.

Chaud ton tour ?

Le premier est divisé en quatre niveaux de difficultés : Pro, Allstar, Champion, et Legend, déblocables au fur et à mesure comme les épreuves les composant. Pas de scénario, DiRT Showdown va droit au but. Pour résumer, on sélectionne la première course disponible, puis un véhicule et une peinture personnalisée, on affronte des pilotes finis au whisky, on gagne, on débloque une deuxième épreuve (généralement d'un catégorie différente), et ainsi de suite une dizaine de fois jusqu'à la course finale qui nous permettra d'accéder au niveau supérieur.

Ainsi, pour rester dans l'esprit fun et arcade, DiRT Showdown propose dix disciplines assez diversifiées que l'on peut classer dans trois catégories : course, démolition, et exhibitions de rallye (Hoonigan), le tout sur une vingtaine d'arènes et circuits. On passera alors d'une course sur circuit classique (Race-off) à une sur piste en forme de huit avec croisement et risque important d'accrochage (8 Ball), ou encore de figures imposées à réaliser en duel WRC (Head 2 Head) à des affrontements bestiaux pour mettre en pièces les véhicules de ses adversaires (Rampage). Au passage, l'IA tient la route, reste agressive, mais manque du charme que vous pourrez retrouver dans le mode multijoueur.


DR.

Pas de prise de casque

Car ce qui sauve le manque d'originalité du jeu et l'aspect dépareillé du solo, c'est bien son mode multijoueur, seul ou en équipe, à deux en écran splitté chez soi ou à huit en ligne. On retrouve alors la grande majorité des épreuves du Showdown Tour, plus trois disciplines amusantes inspirées de l'univers online et regroupées sous la dénomination Party. Elles consistent à attraper un drapeau et le rapporter dans une zone (Transporter), à capturer un butin et le garder le plus longtemps (Smash and Grab), et enfin à rejoindre le plus rapidement toutes les balises dispersées sur la carte (Speed Skirmish). De quoi passer de bon moments, prolongeables un tantinet avec les quelques épreuves RaceNet de la communauté.

Le multijoueur est en résumé une vitrine intéressante pour un jeu comme DiRT Showdown, soit un titre fait avant tout pour ne pas se prendre la tête et se laisser rouler, voire glisser, sur la piste. La difficulté est aussi dérisoire que son côté simulation. La conduite très arcade ne laisse aucun doute, et pousse le vice à ne pas (ou très peu) modifier le comportement du véhicule après dégâts ou suivant le type de terrain. Vous roulerez ainsi aussi facilement sur route goudronnée que sur neige, c'est pour dire...
Une permissivité qui vous permettra éventuellement de sauver votre carrosserie, et tant mieux car elle est, comme les effets de lumière, plutôt agréable à regarder. Dommage que la qualité de la réalisation graphique, bien que bonne, soit parfois inégale et souffre d'aliasing.


DR.

Conclusion

DiRT Showdown est le gros délire arcade de la franchise, hommage aux jeux de bagnoles bourrins d'il y a quelques années. Cependant, ce n'est pas parce que l'on fait du jeu à l'ambiance "sans prise de tête" qu'il ne faut pas se la prendre. Les épreuves du mode carrière s'enchaînent alors sans transition ni conviction, le tout avec une conduite relevant quasiment du casual gaming. Un jeu sympathique pour passer un peu de temps seul ou avec des amis, mais pas de quoi donner l'envie d'affoler les chronos.


DR.

A propos de l'auteur

2 commentaires

  • Maverick

    08/06/2012 à 13h21

    Répondre

    Ca fait un peu cher l'addon de Dirt 3 mais ca reste un petit jeu sympa pour l'été ! Mais bon ils se sont pas foulés, c'est clairhttp://jeux-video.krinein.com/-25167/di ... 19125.html

  • Flob

    08/06/2012 à 23h40

    Répondre

    Oui, ça détend 20 minutes

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques