A DECOUVRIR
7.5/10

Lovage - Music to Make Love to your Old Lady by

Dan Nakamura alias Dan The Automator s'est taillé une sacré réputation outre-atlantique en tant que producteur hip-hop de la côte Ouest. Première particularité, Dan the Automator se démarque depuis une dizaine d'années de toute la vague gangsta rap pour produire un hip-hop feutré, très loin des caricatures que l'on peut subir sur diverses radio dites "djeuns".
Le gars Dan passe de la production à la composition en 1996, accompagné par son compère Kool Keith pour nous livrer un album qui fait mouche, "A Much Better Tomorrow". S'enchaînent par la suite divers projets et concept-albums (Deltron 3030, Handsome Buy Modelling School) qui rapprocheront Dan des sentiers de la pop pour produire l'album de Gorillaz en 2001. Quelques mois plus tard, un album malicieusement intitulé "Lovage - Music To Make Love To Your Old Lady By" fait son apparition, pochette kitsch à souhait, Dan The Automator, attifé en gentleman dans un complet classieux, prend la pose, cigarette se consumant, un bouquet de rose et un flingue à portée de main.

Ce qui devait être à l'origine un hommage à Serge Gainsbourg, prend des airs de grosse blague. Dan the Automator, dissimulé sous le pseudo volontairement pompeux de Nathaniel Merriweathear, a choisi de s'entourer comme à son habitude d'une pléiade d'amis (Mike Patton de Mr Bungle et Tomahawk, Damon Albarn de Blur, Maseo de De La Soul) pour enregistrer un album improbable.

A l'écoute, on comprend très vite ou Dan et toute sa clique ont voulu en venir. Lovage pourrait être qualifié d'album coquin. Sur une rythmique hip-hop, la voix absolument chaude et féline de Jennifer Charles vient tourmenter un Mike Patton qui a rangé ses rugissements gutturaux dans l'idée de rendre charme pour charme à la voluptueuse mademoiselle Charles. Le tout est accompagné par les samples de Kid Koala... avec pour résultat un son trip-hop délicatement embrumé de passages tantôt soul, tantôt easylistening.

Restent les lyrics qui viennent compléter une musique déjà envoûtante. Entre préliminaires, sexe, sensualité, câlins et coquineries, Dan The Automator joue avec humour sur l'amour, nous prodiguant entre deux chansons ses conseils d'homme viril et avisé ou comment Elle acceptera de rester prendre un verre chez vous, comment votre femme n'en saura rien etc.

Non sans rappeler certains albums de Mr Scruff ou d'Antipopular Consortium, Lovage est donc un album trip-hop sensuellement original qui s'écoute très facilement et qui vous donnera des envies de whisky, de cigare et de femme fatale... à consommer sans modération.

Partager cet article

A propos de l'auteur

3 commentaires

  • Anonyme

    31/03/2004 à 00h00

    Répondre

    j'ai, c'est bien, j'aime, je recommande, la description de la critique le decrit bien.
    perso je ne savait pas ce que c'etait, j'ai flashé sur cette etrange pochette kitsch... je ne le regrette pas

  • Anonyme

    05/09/2004 à 00h01

    Répondre

    Un concentré de sensualité, de virilité. Mike patton au top, avec des intonations qui lui correspond. Jennifer Charles prend du plaisir dans le rôle de la femme fatale (istérique ?). A déguster comme un mélodie nelson, ou un fun loving criminal au mieux de sa forme.

  • Anonyme

    21/03/2008 à 10h57

    Répondre

    La pochette est une réplique exacte de l'album "n° 2" de Gainsbourg (1957 je crois).


    Il y a pas mal de lignes mélodiques qui citent Gainsbourg (ou parfois Deep Purple époque David Coverdale).


    Un très bon disque, à écouter au second degré parfois.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Rubriques