4/10

Elder Scrolls III(The): Morrowind - Test

Houlà... ça faisait bien longtemps que l'on attendait ce troisième opus des Elder Scrolls. Le premier, Arena avait, on peut le dire, révolutionné le genre du jeu de rôle sur micro par sa technique et sa surface de jeu qui permettait une liberté immense. Le deuxième, Daggerfall poursuivait dans la même veine. Et maintenant, le troisième : Morrowind, arrive après une longue, longue... très longue attente. Ouvrons la boîte et jetons-nous tête baissée dans le soft.

On passe sur l'installation, sachez seulement qu'il faut avoir quelques centaines de mégaoctets de libres sur votre disque dur. On passe aussi sur la puissance de la machine à posséder, un Pentium III 600, 280 mégas de ram et une Radeon 64 Mo DDR font tourner le soft en 1024x780 avec seulement quelques ralentissements (en baissant un peu le clipping). A mon avis, il faut un Pentium au giga-hertz pour obtenir une fluidité complète - mais c'est à vérifier. Parlons plutôt du jeu en lui-même.

Je me réveille dans la cale d'un bateau, un gars me demande mon nom. Je lui réponds. Ensuite, après avoir suivi un garde, je me retrouve devant une sorte de douanier. Je lui indique mon métier (qui détermine les talents majeurs et mineurs) et le signe sous lequel je suis né (bonus et malus innés). Puis après une petite discussion avec un gradé de l'empire, qui me confie ma première mission, je me retrouve enfin libre d'aller et venir. A moi l'aventure !

Premier constat, qui risque de n'engager que moi, le graphisme est mauvais. En effet, techniquement c'est parfait pour de la trois dimensions, mais artistiquement on a déjà vu mieux. Les personnages sont, à quelques exceptions près, complètement ridicules plastiquement, tout comme certains monstres et même certains lieux. Imaginez la brochette de bébêtes que vous allez rencontrez : des squelettes tout à fait corrects (même chose pour les rats), mais aussi de minables vers dotés d'un oeil unique, ou encore des personnages reptiliens ou fauves... Arf ! Et encore, je ne vous parle pas d'une partie des elfes noirs qui ont une crête iroquoise sur la tête... Donc grosse déception sur cette facette du jeu, qui pourra cependant plaire à d'autres - "tous les goûts sont dans la nature", comme on dit.

Seconde constatation, le monde est grand. Immense. Gigantesque. Les villes se comptent par dizaines, les personnages par centaines, les routes en milliers de kilomètres. On ressent vraiment une impression de liberté de mouvement, de pouvoir faire tout ce que l'on souhaite. Pendant quelques dizaines d'heures de jeu, c'est cette sensation grisante qui comble le joueur. On essaie tout ce qui est possible : une petite sortie dans la campagne afin de trouver des adversaires et user de ses talents de bretteurs, une courte incursion chez un marchand ou un notable pour le soulager de quelques piécettes ou objets de valeurs. Mais surtout, on discute beaucoup. Les dialogues sont à l'image du monde : il y en a une profusion - en apparence au moins - et se modifient selon l'appréciation que l'autochtone a de nous (quand on tue systématiquement tous les gardes des villes que l'on traverse, on finit par avoir une réputation si lamentable que plus personne ne souhaite converser avec nous. Dès lors on se sent obligé de liquider tous ces villageois grognons. La spirale est en place : la violence entraîne la violence, CQFD.

Mais le malaise intervient après quelques quêtes réussies et plusieurs heures. On se trouve alors perdu face à un jeu parfaitement dénué d'intérêt, et ceci pour plusieurs raisons. Tout d'abord, on ne progresse pas assez rapidement... Ou plutôt les moyens de gagner de l'expérience sont mal équilibrés. Le plus simple et efficace est souvent le moins acceptable moralement : il faut se battre, lancer des sorts et forcer des portes le plus souvent possible. C'est trop répétitif pour être satisfaisant.

Ensuite, l'univers est bien trop grand. Visiter quelques villes c'est sympathique, mais des centaines... c'est harassant, d'autant plus qu'il faut mémoriser à chaque fois de nouvelles configurations. Cette même immensité provoque aussi un ennui terrible pour les voyageurs sans le sou qui, ne pouvant s'offrir une balade à dos de bête ou une téléportation, prennent la route pour poursuivre leur périple. On avance lentement, et les rencontres intéressantes sur les chemins sont rares.

Un autre défaut de la grandeur du jeu se reflète sur les quêtes. Il est commun de se voir attribuer une mission que l'on est forcé de reporter à plus tard par manque de puissance de son personnage. Alors quand on a 500 missions dans son journal de bord (ce journal est généré automatiquement) on a du mal à différencier ce qui est déjà fait de ce qui ne l'est pas. D'autant plus qu'au lieu de supprimer les missions du carnet lorsqu'elles sont terminées, les développeurs ont préféré qu'un nouveau message s'ajoute afin de servir de conclusion à l'aventure. Les messages deviennent vite obsolètes et le journal est alors un véritable fouillis.

Puis, si on se penche un peu sur les dialogues, on constate que bien qu'ils soient en volume conséquent, ils ont tendance à se répéter. On interroge deux persos sur, par exemple, les lieux à visiter dans une ville, et la réponse est la même, mots pour mots, pour les deux. C'est compréhensible techniquement, mais c'est frustrant. La répétition est vraiment omniprésente. Quant à l'indice de popularité, il suffit d'être riche pour le faire augmenter par des donations généreuses. Un peu trop facile !

Ma conclusion est sans appel. The Elder Scrolls III : Morrowind, bien que techniquement correct, voire davantage, est une déception incroyable pour le joueur. On nous a promis une durée de vie extrêmement longue, mais c'est un leurre. Pour y jouer vraiment longtemps, il ne faut plus être simple joueur, il faut n'avoir rien d'autre à faire et être étonnamment persévérant ! Pour ceux qui entrent dans cette catégorie, ne vous inquiétez pas si vous trouvez le jeu trop étroit : Morrowind est livré avec un kit de construction d'univers.

A découvrir

Burnout - Test

Partager cet article

A propos de l'auteur

Guillaume est le fondateur et le rédacteur en chef de Krinein. Curieux et passionné par la culture au sens large, il poursuit sa route sur les chemins tumulteux de la critique culturelle.

17 commentaires

  • Val Lazare

    04/02/2003 à 00h00

    Répondre

    Alors et d'une il faut avoir une bête de course pour faire tourner ce jeu. De deux, on commence à jouer et on se dit 'Mince enfin un jeu de rôle sur pc qui n'est pas linéaire...et puis après une poignée d'heures de jeu, on va dire poliment qu'on se fait vachement suer. Soporifique.

    Trois, ne jouez pas à ce jeu.

    Quatre, ne jouez pas à ce jeu.

  • Anonyme

    04/07/2003 à 00h01

    Répondre

    1, il n'y a pas de centaines de villes, 2, le monde de morrowind est plus petit que celui de daggerfall, 3, la quête principale est intéressante quand on a un minimum de volonté, et 4, les graphismes sont pas mal, à part les persos mais il y a des patchs qui changent tout.
    En conclusion c'est, je pense, l'un des meilleurs jeux de role off-line. Il faut juste avoir la motivation necessaire .
    CaribouFou

  • Anonyme

    05/07/2003 à 00h02

    Répondre

    Dans ce jeu, on ne compte pas que les petits huttes comme des villes. On peut choisir la race et le sexe de son personnage , ce qui est interessant.Les graphismes sont superbes, a part la gueule des personnages, ce qui est modifié par des patchs.
    On se plaint souvent de la durée des jeux qui est trop courte, mais quand on en trouve un avec une durée de vie incroyable, vous vous plaignez parce que cette fois c'est trop long. Faudrait arreter les caprices.
    Aujourd'hui, pour jouer a n'importe quel jeu de récent il faut impérativement posseder une bete de course.
    Il y a un nombre tres important d'armes et d'armures.

    Ce jeu est trop long, mais au moins c'est pas une arnaque !!!!



    Alloc 51

  • Anonyme

    25/07/2003 à 00h03

    Répondre

    Et bien, après avoir lu la critique de morrowind, je suis plutôt carrément d'accord. J'ai été vraiment déçu par ce jeu très répétitif. La remarque sur le journal est vraiment très bonne.
    Et puis, c'est vraiment pénible de marcher pendant des heures sur une carte en ne rencontrant que de rares personnes.
    En un mot : mauvais.
    cohen

  • Anonyme

    15/04/2004 à 00h04

    Répondre

    Ce jeu est incroyable, c'est infiniment mieux que n'importe quel Zelda ou Final Fantasy. Essayez le!!! il est infinissable... Mais vous avez plutôt intérêt à être au chômage (perso moi j'étais au chômage et mon coloc aussi, ce qui nous a permis de finir la quête principale et quelques autres en "à peine" 3 semaines, en nous relayant!). Il nécessite cependant une solide motivation pour s'immerger totalement...

  • herbert

    21/06/2005 à 09h42

    Répondre

    Je suis mais alors pas d'accord du tout avec ce test.
    1°) ce jeux est pas plus gourmand qu'un autre
    2°) si le graphisme ne plait pas des dizaines de sites avec des mods permettent de le changer et je peux vous dire que vous avez des personnages aussi beau que ce qui sort actuellement.
    3°) trop grand trop long, voilà une critique bien cavalière pour un jdr
    4°) le journal.

    D'autant plus qu'au lieu de supprimer les missions du carnet lorsqu'elles sont terminées, les développeurs ont préféré qu'un nouveau message s'ajoute afin de servir de conclusion à l'aventure. Les messages deviennent vite obsolètes et le journal est alors un véritable fouillis.
    Alors ca c'est pur mensonge, les quetes résolus restent certes dans le journal, mais il y a une liste des quetes non résolues. c'est pas bien de mentir.
    5°) Quant à l'indice de popularité, il suffit d'être riche pour le faire augmenter par des donations généreuses. Un peu trop facile ! remensonge, la corruption permet d'augmenter sa popularité sur l'instant mais la baisse sur le long terme, tout comme l'intimidation.
    6°) On nous a promis une durée de vie extrêmement longue, mais c'est un leurre
    quoi? vous venez de dire qu'il était infinissable

  • Anonyme

    31/07/2005 à 16h43

    Répondre

    je trouve ça très dur de mettre 4 sur 10 à morrowind

    quelques farcissures comme disait montaigne que j'ai relevé dans le test:

    _"des centaines de villes":euh...c'est bizarre doit pas y en avoir plus de 30 extensions comprises

    _"dur de faire développer son perso":en 20 heures de jeu on est imbattable.faut il encore comprendre le fonctionnement de la montée de niveau

    _"on se retrouve souvent sur une mission impossible à faire pour l'instant":
    euh c'est tout le principe du jeu c'est clair qu'on va pas commencer par les quètes de l'oracle.néanmoins en faisant la quète principale c'est bon.ce jeu est le rpg qui comporte le moins de level up au monde(comprenez s'entrainez à mort pour passer une quète)

    _"les dialogues sont souvent les mèmes":là c'est de l'acharnement thérapeutique,quasiment aucun rpg n'a des dialogues aussi variés que morrowind !

    _"le graphisme est moche"n s'en est aperçu ceci dit si on s'arrète à ça pour dire qu'un jeu est mauvais

    _"ce jeu est trop long":comble du comble pour un fan de rpg c'est la meilleureans les défauts,ce jeu est trop long.qui plus est de la part du testeur qui est censé avoir tout son temps et avoir un minimum d'expérience

    _la gourmandise en ressources:ça ne tient plus.

    _"il suffit d'etre riche":si etre riche est si facile que ça alors monter de niveau aussi grace aux entraineurs.ça se contredit

    _"on nous avait promis un jeu infinissable mais c'est un leurre":juste avant c'est dit qu'il est trop long

    bref le test est bidon on se demande si c'est pas un poisson d'avril.d'ailleurs la note du public est de 3 points au dessus.sur 10 ça fait beaucoup
    voilà sans rancune juste pour remettre les choses à leur place

  • dymE

    01/08/2005 à 11h22

    Répondre

    D'autant plus que maintenant il existe des patchs pour corriger les nombreux bugs, du genre "retour sous windows alors qu'on était en pleine quête", quelque chose de très rageant dans ce genre de jeu.

    atlantéen a dit :

    _la gourmandise en ressources:ça ne tient plus.

    _"il suffit d'etre riche":si etre riche est si facile que ça alors monter de niveau aussi grace aux entraineurs.ça se contredit


    En fait, il faut toujours avoir un PC très puissant. La première fois que j'y ait joué il y'a environ un an, j'avais la moitié de ce que j'ait maintenant en ram et carte vidéo, et maintenant ... Les temps de chargements sont encore longs, et les coupures dans Vivec sont un peu désagréables ...
    Et puis, oui, il suffit d'avoir de l'argent pour monter des niveaux, ça me semble un peu facile ... On peut toujours le faire en tapant des monstres, mais ça devient lourd à force.

  • Anonyme

    01/08/2005 à 12h13

    Répondre

    oui mais c'est comme ça dans tous les rpg !les temps de chargements sont très chiants c'est vrai mais bon en se faisant pas trop tuer on ne charge pas le jeu trop souvent

  • dymE

    02/08/2005 à 13h09

    Répondre

    atlantéen a dit :
    oui mais c'est comme ça dans tous les rpg !les temps de chargements sont très chiants c'est vrai mais bon en se faisant pas trop tuer on ne charge pas le jeu trop souvent


    Y'a pas besoin de se faire tuer pour des temps de chargement longs !
    Faut juste traverser une ville, et hop! chargement de l'extérieur/intérieur...

  • Anonyme

    02/08/2005 à 13h14

    Répondre

    et alors c'est comme ça pour tous les rpg en plus avec un bon pc les temps de chargements sont réduits

  • kenji

    02/08/2005 à 13h45

    Répondre

    c'est clair qu'au début je comprenais pas du tout le but du jeu, il est vachement austère et les dialogues sont immenses (en + j'avais la version anglaise) mais quand on s'y investit un minimum apres quelques heures de jeu, il est vraiment génail et procure une immersion et une liberté d'action incroyable qui efface les maigres défaults (trop facile à la fin, temps de chargement long et maniabilité trop rigide)

  • Anonyme

    02/08/2005 à 17h59

    Répondre

    je suis du mème avis

  • "L"

    22/06/2006 à 11h35

    Répondre

    Ceux qui n'ont pas aimé Morrowind ne se sont pas donnés la peine de voir plus loin que le bout de leur nez . J'ai dépassé depuis longtemps la centaine d'heures et je ne suis toujours pas démotivée .
    Il y a toujours un truc à faire , que se soit avec les quêtes des guildes ou simplement celles proposées par les rencontres faites dans le jeu .
    Et puis l'on peut faire de notre personnage se que l'on veut , il peut être un vaillant chevalier dans une armure étincelante , un puissant mâge avec sa robe de prêtre ou bien un voleur meurtrié .
    J'ai recommancé le jeu une bonne dixaine de fois et aucune partie ni aucuns personnages ne se ressemblent .
    Rien qu'avec l'île glacée de Solstheim il y a dequoi s'occuper pendant de longues heures , malgrès sa petite supperficie .

  • Anonyme

    07/10/2009 à 15h31

    Répondre

    Un test a la limite de la débilité, ou le rédacteur se contredit toutes les 3 lignes et ou on ne peut s'empecher de penser que le le testeur n'a pas réellement fait son boulot ( il est quand meme surpris de trouvear des argoniens et des khajitts alors qu'ils font intégralement partis de l'univers de TES!!)!Dommage, en esperant que les gens ne s'arreteront pas a cette critique stupide...

  • Anonyme

    10/10/2009 à 16h19

    Répondre

    les inconvénients de ce jeux c'est qu'il n'y a pas assé de ville et de PNJ, on peut marcher pendant des heure sans voir un perso, et les créature son plutot rare quand on se promène dans la brousse ^^. Il y a aussi le journal de bord qui selon moi devrait effacer les missions réussi, sinn a par sa la durée est très bonne.

  • Anonyme

    21/03/2010 à 08h34

    Répondre

    Fatigué mais ne trouvant pas le
    sommeil, ce qui est déjà un comble, je tombe par hasard
    sur un site ou jamais Morrowind ne se sera autant fait descendre
    (sauf fansite de Gothic/Two Worlds/j'en passe)

    ... du jamais vu
    en somme .... pire qu'un comble ...



    Exaspéré
    mais néanmoins curieux je me lance dans l'article.

    A la
    fin de ma lecture trois mots me viennent à l'esprit :

    _
    Calomnieux

    _ Incomplet

    _ Désintéréssé



    Plus
    tard, au sommet de mon étonnement je découvre :


    _
    Silent Hill Shattered memories : 9/10


    _ Bayonetta : 9.5/10 (Devil
    1 : 8.5/10 | Devil 4 : 8/10)

    _ et bien d'autres

    Il ne manque
    ici que le "...???..."



    Puis je réalise ...
    nannnnnnnnnnn !!!!! :

    C'est un site qui se veut général
    dans les domaines qu'il aborde, il lui est donc impossible d'être
    toujours juste, exhaustif, voir parfois de ne pas punir aveuglément
    des  chefs d'oeuvres. Et quand bien même plusieurs
    personnes se partagent les rôles, non sans mal je pardonne
    ...



    Satisfait mais attristé, je comprend enfin pourquoi
    cet endroit est méconnu et pourquoi il le restera. Malgré
    de bonnes idées et parfois de très bonnes critiques un
    pot-pourri n'est rien d'autre que ce qu'il est, utile sans avoir une
    identité propre, odorant sans qu'on sache vraiment ce qu'il y
    a dedans.



    C'est sur ces belles paroles que je vous quitte,
    avec un merci, car grâce à vous j'ai des chances de trouver le sommeil.



    Bibes

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques