A DECOUVRIR
8/10

Colonel Chabert (Le)

Balzac (Honoré de), écrivain français (Tours 1799, Paris 1850), auteur de La Comédie Humaine, qui, à partir de 1842, rassembla plusieurs séries et romans formant une véritable fresque de la société française de la Révolution à la fin de la monarchie de juillet. Plus de 2000 personnages composent une société hantée par le pouvoir de l'argent, livrée à des passions dévorantes, et que décrivent 90 romans achevés et classés en Etudes de moeurs, Etudes philosophiques et Etudes analytiques. Les principaux de ces romans sont : Gobseck (1830), La Peau de Chagrin (1831), Le Colonel Chabert (1832), Le Médecin de Campagne, Eugénie Grandet (1833), Le Père Goriot (1834-35), La Recherche de l'Absolu (1834), Le Lys dans la Vallée (1835), César Birotteau (1837), Illusions Perdues (1837-43), Splendeurs et misères des courtisanes (1838-47), La Rabouilleuse (1842), Les Paysans (1844), La Cousine Bette (1846), Le Cousin Pons (1847). On doit également à Balzac des contes (Contes Drolatiques, 1832-37) et des pièces de théâtre (Le Faiseur, 1853) (Petit Larousse Illustré, 1991).

Je suis un enfant d'hôpital, un soldat qui pour patrimoine avait son courage, pour famille tout le monde, pour patrie la France, pour tout protecteur le bon Dieu...
Ainsi se présente le Colonel Chabert, celui qui fut l'un des innombrables compagnons de Napoléon Ier. Un homme dévoué à son Empereur, aussi brave que courageux, tombé face à l'ennemi, puis piétiné par les armées au combat pour être finalement abandonné entre la vie et la mort par les siens en plein milieu du champ de bataille.
- Monsieur, lui dit Derville, à qui ai-je l'honneur de parler ?
- Au colonel Chabert.
- Lequel ?
- Celui qui est mort à Eylau, répondit le vieillard.
En entendant cette singulière phrase, le clerc et l'avoué se jetèrent un regard qui signifiait :
- C'est un fou !
Quand il parvient enfin à revoir les terres de sa douce France, il apprend coup sur coup que son hôtel a été démoli, que sa fortune a été confisquée, et que sa femme, une ancienne prostituée qu'il avait épousée par amour et anoblie par son propre anoblissement, s'est depuis longtemps remariée au comte Ferraud.
Chabert, défiguré par la guerre, doit à présent livrer un nouveau combat malgré lui, pour la reconnaissance que la Restauration lui doit. Pour l'amour qu'il voue inlassablement à sa femme. Et pour sa propre survie.

Il n'est plus la peine de présenter l'illustre auteur du Colonel Chabert, qui signe là une oeuvre qui déborde de réflexions éparses. Il est question d'une oeuvre sur la guerre, la vie militaire et son lot de cruautés et de malheurs. Une oeuvre qui reprend le thème de la lutte sociale, qui peint un portrait pour le moins amer de la ville de Paris et qui prétend dévoiler au grand jour les incohérences, les dysfonctionnements et les préférences injustifiées qu'ils entraînent du système judiciaire français. Le Colonel Chabert est une pure tragédie, plus obscure que bien d'autres, qui traite du combat d'un homme seul contre toute une société qui a perdu son équilibre d'antan. Une tragédie tantôt éblouissante, tantôt sordide, qui prend par moments des allures d'oeuvre fantastique largement en avance sur son temps. Car il s'agit là ni plus ni moins des aventures d'un revenant anéanti par la lueur du jour.

Reste que malgré toutes ses mésaventures, Chabert prend au fil des mots le statut qui lui était dû, celui d'un héros au grand coeur, qui trouve sa vengeance dans sa simple survie. Comme Alida de Savignac disait, un mot autre que celui employé par Balzac serait un acte de vandalisme, un sacrilège. On ne s'attardera donc pas. Reste cette impression que j'ai ressentie et qu'il vous est donné de ressentir, celle qu'avec seulement une plume et un bout de papier, on est capable de dire tellement de choses, de donner autant pour la littérature et pour la race humaine. Car Le Colonel Chabert, au-delà d'être une oeuvre limpide qui déborde de génie créatif et de moments littéraires absolument délicieux, est une réalisation terriblement puissante qui a le mérite d'être claire.

Loin d'être un ouvrage insignifiant au coeur de l'immense champ littéraire français, Le Colonel Chabert vous tend la main.

Partager cet article

A propos de l'auteur

19 commentaires

  • Loic

    28/02/2003 à 00h00

    Répondre

    Je suis tout à fait d'accord avec Figo pour dire que l'on a ici un monument de la literature francaise. Par contre, ce dont je doute est l'utilité de critiquer un tel ouvrage, ayant déja fait couler tant d'encre, surtout pour dire ce que tout le monde sait déja. Pour quand une critique de la Bible ou du Coran?

  • Anonyme

    11/06/2003 à 00h01

    Répondre

    J'ai trouvé cette oeuvre de Balzac trés enrichissante tant au point de vue historique qu'au point de vue littéraire. je recommande ce roman historique aux étudiants qui vont passer le bac de français car la culture générale que nous transmet Balzac est très importante. moi meme ferru d'histoire de l'Empire ai appris une multitude de détails qui fondent l'histoire de notre beau pays.

  • pti rappeur

    12/11/2003 à 00h02

    Répondre

    On voit bien la comment le gouvernement francais remercie les bons et loyaux soldat.Ce livre montre la que la guerre laisse des traces et que pour tout remerciement la france offre a cette homme le numero 164 . Je pense que c'est ce que balzac a egalement voulu montrer ici!
    Malgré tout le colonel chabert est une trajedie a lire! Elle montre la générosité , le courage et l'amour que cette homme a a donné!

  • Christophe_Holst

    01/12/2003 à 00h03

    Répondre

    Il ne faut surtout pas lire le colonel Chabert et je dirais même aucun livre classique. Vous allez vous faire chier grave et perdre du temps pour rien du tout.De plus, on apprend rien d'interressant dans ce livre pitoyable.
    Si quelqu' un veut s'intruire ou se divertir, vous savez à present ce qu'il ne faut absolument pas faire.

  • Anonyme

    04/12/2003 à 00h04

    Répondre

    A travers l'oeuvre de Balzac,nous pouvons ressentir cette grande peine d'être exclu d'une société très injustement!C'est une oeuvre à la fois très intéressant et très émouvant où Paris (et le monde judiciaire) est décrit dans toute sa médiocrité!

  • Euphrosine

    03/01/2004 à 00h05

    Répondre

    j'ai trouvé que le Colonel Chabert était un excellent bouquin il montre bien que la mort sociale est existante et qu'elle est peut être plus dure à accepter et puis il nous plonge bien dans l'époque.

  • Anonyme

    12/09/2004 à 00h06

    Répondre

    J'ai trouvé ce livre trés décevant. Il n'y a que trés peu de personnages et on est vraiment pas dans le balzacien, trés peu de description à part peut-etre au niveau judiciaire. Je ne le recomande vraiment pas aux amateurs de Balzac.

  • DrJAy

    22/10/2007 à 21h55

    Répondre

    2 livres en 1, j'ai trouvé, le côté humain et le côté "démerde-toi dans un monde d'enflures". Bon, c'est lapidaire comme formule, mais c'est quand même un peu ça.


     


    La culture classique chiante, je sais pas j'ai jamais abandonné un Balzac ou un Zola, encore moins un Verne, un Cioran, mais des Houellebecq, Darriossec et Delerm, j'ai jamais tenu...

  • Anonyme

    10/03/2008 à 21h01

    Répondre

    Vraiment bof comme livre mais comme meme on ressen cette sensation d'etre exclu dune sociéter


    autremen on s'emmerde un peu ds ce livre qi est long

  • riffhifi

    10/03/2008 à 21h09

    Répondre

    En tou ka on apran pas a écrir

  • Anonyme

    31/12/2008 à 20h43

    Répondre

    Tous ces histoire je les connaisait avant de le lire ce livre.


    mais il ma quand meme ouvrie mes yeux et mon fait presque pleurer avec le fin tragique.quelle courage cette homme .ABANDONNER sont bien ....


    L homme oublie.....


    et non ce livre n'est pas long je sais moi meme je n'aime pas lire je l'est terminer en 1 matinée , le temps c'est le temps ...chaque chause a son temps...


     

  • Anonyme

    25/01/2009 à 11h30

    Répondre

    livre interressant mais compliqué à lire pour des colégiens...
    Bisoux à tous...

    [la lecture c'est trop bien!!!]

  • Anonyme

    26/01/2009 à 17h56

    Répondre

    je suis en 2nde et j'ai du lire ce roman dans le cadre de l'école.


    moi qui ne suis pas vraiment un amateur de la littérature j'ai quand meme trouvé ce livre interressant avec du suspens, de bonnes descriptions sur les personnages les lieus et les moeurs.


    je le recommande donc a tous meme si il est parfois un peu compliqué

  • Anonyme

    30/01/2009 à 20h20

    Répondre

    J'ai un dossier outil à faire sur cette oeuvre pour l'école.Donc si vous avez des lien interessants Merci.

  • Anonyme

    21/02/2009 à 15h51

    Répondre

    ben moi mon prof de francais nous a demandé de faire un fiche de lecture sur ce livre  !


    je n'est lue que le début  (rien compris et tres peu intéréssant )!!!


    bref , finalement j'ai regardé sur le net et on lisant le resumé ainsi que la fin , je le trouvait ce roman tres intéressant pour notre culture génerale (nous les jeunes


    A mon avis , si les prof nous font lire se livre se n'est surement pas pour nous embété !


    Voila je trouve se livre intéressant  ( quand  on  apronfondit  sur se que Honoré de Balzac a voulut interprété )  


    Bien sure pour les eleves qui ne sont pas du tous intéresé par le lecture , ne le lissé pas ( sa risquerais de vous faire endormire jusqu'a la fin du siecle ) je rigole !!


     


     

  • Anonyme

    21/02/2009 à 16h07

    Répondre

    salut !


    Moi aussi mon prof ma donné une fiche de lecture  a faire !


    Je n'est meme pas lue le livre  parske deja la couverture ne donne pas envie de lire ce roman et pour la deuxieme raison

    je ne pert pas mon temps a lire ces romans alors qu'il existe deja des films ! Je vous conseil de regardé le films !

  • Anonyme

    26/02/2009 à 15h40

    Répondre

    Je suis actuellement en classe de 2nde.


    J'ai lu ce livre quand j'étais en classe de 3è.


    Ma foi, j'ai beaucoup aimé. Il est, certes, quelque peu difficile à lire mais, plus on avance dans l'histoire et plus on a du plaisir à lire et ce, jusqu'à la fin...


    Je dois dire que la lecture n'est pas vraiment pour moi ( ' n'était ' pour préciser) ou du moins quand j'ai vu ce livre... la première page de couverture,


    **** premières impressions : ****


    ==> Waouuh mais .. qu'est ce que ce livre ?


    ==> * je feuillete le livre pour voir les pages ... * ( arf c'est long! )


     Mais non, parce que, ce que j'ai pu penser était purement ' visuel '


    Ce fut une agréable lecture.


    Il faut lire pour découvrir !  [ et pour juger tant qu'on y est ! ]


     


     Quand on voit qu'à la fin, après maintes démarches, Chabert reprend sa place  dans l'hospice de la vieillesse ... il reprend la place de l'enfant qu'il était auparavant...ça forme un cercle... je ne sais plus comment cela s'appelle exactement en littérature. D'où il est sorti, enfant trouvé... il gagne ses galons de colonel puis il revient dans la misère.. ( l'hospice de vieillesse. )


    Je recommande donc ce livre à toutes personnes, que ce soit pour le plaisir de lire ou par devoir à l'école! 


     

  • Anonyme

    05/11/2009 à 20h48

    Répondre

    Je suis en seconde et comme tous les autres, j'ai dû lire ce livre pour le cours de français. Etant une piètre lectrice, je dois avouer que le début, passé une certaine heure, m'a complètement endormi mais malgré mon inintéressement pour l'époque napoléonienne, je me suis vite laissée guider par l'histoire et j'ai bien aimé. Je dois avouer être très déçue du dénouement, moi qui croyais tellement en Chabert et en sa réussite mais la tirade finale de Derville reste remarquable d'une part par sa richesse de langue et d'autre part par le sentiment qu'il laisse aux lecteurs.

  • Anonyme

    21/10/2014 à 16h49

    Répondre

    Je suis actuellement en seconde et je dois faire une fiche de lecture sur ce livre que j'ai trouvé au début insupportable mais que j'ai apprécié progressivement ! L'histoire est très intéressante 

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Rubriques