8/10

Football Manager 2014 - Petit poucet deviendra grand

La sortie d'un nouveau Football Manager, c'est toujours quelque chose pour les footeux en herbe. Honnêtement, on peut se demander l'intérêt de faire un test sur un jeu de ce type. Le public visé est accroc et achète le jeu aveuglément. Les autres, ils s'en tamponnent le coquillard en disant que jouer sur des tableaux Excel c'est débile. Bref, je vais vous écrire un truc décalé : le comment je suis devenu le héros d'un club de football, en partant de rien.

Et oui, loin des habitués du genre qui aiment "gagner pour gagner" moi, j'aime les défis. Lancer une partie avec le Paris FC en National, avec un budget de loosers, des joueurs qu'on peut appeler "machin" ou "tartempion", et un statut amateur ou semi-pro comme le disait si bien un ancien rédacteur en chef de notre rubrique, qui pue des pieds (le statut enfin je crois) bref, on est là pour en chier. Au début, c'est simple : on fait une revue d'effectif. On a envie de tout jeter aux orties mais il faut faire gaffe, notre budget transfert est réduit à peau de chagrin, donc virer un joueur, ça coûte un bras, même si ce footeux est mauvais comme un pou. Donc on surveille les fins de contrat, les joueurs à prêter ou à transférer. On garde le mieux, ou le moins pire. On essaye de réduire l'effectif, et puis on complète avec quelques joueurs libres. Des coups on appelle ça. Oui, car honnêtement, quand on débute une nouvelle partie dans un Football Manager, on ne peut pas vraiment savoir à l'avance quels joueurs ont un potentiel intéressant. Alors, une fois qu'on a fini de galérer dans la liste des joueurs libres, on va regarder dans les clubs de CFA, puis dans les équipes de jeunes de l'élite pour tenter un prêt. L'idéal est de se trouver un bon défenseur central dans le genre vieux briscard en fin de vie, qui mettra de l'assurance derrière. Ca marche aussi pour le poste de gardien. Puis de prendre un ou deux bons joueurs offensifs, souvent des petits jeunes qui en veulent. Il faut partir du principe que ces nouveaux venus ne vont rester qu'une saison. D'ailleurs c'est plus prudent, comme ça, s'ils sont mauvais, hop, l'année d'après on en parle plus et on tente un autre coup. Et puis, si ça marche, cela veut dire qu'on a peut-être réussi à grimper dans la division du dessus, et là, il va falloir changer l'effectif en profondeur, enfin au mieux en tout cas.  

Alors j'ai réussi. Avec beaucoup de réussite (et d'expérience de jeu avec les FM tout de même) j'ai accroché la montée. Je n'ai pas réussi à gagner le trophée de National, mais on s'en fout, c'est du bonus. L'arrivée en Ligue 2 implique un gros changement : devenir un club pro. Nos joueurs vont devoir avoir un contrat à temps plein. Il va falloir renégocier pour ceux qu'on veut garder au club. On va avoir un peu plus de sous aussi, mais il va falloir être sérieux tout de même, on ne pourra pas parler en millions d'euro ! La Ligue 2 c'est l'apprentissage pour passer dans l'élite. Il est dur de se faire une place au soleil car il y a déjà toujours des équipes déchues de la Ligue 1 qui veulent remonter de suite. Souvent, si on s'y prend mal, on fait l'ascenseur avec le National. Et c'est la cata, on repart de zéro, le moral dans les chaussettes, et puis en général on se fait virer comme un malpropre. Non, moi je vais y arriver. Je me donne deux ou trois saisons max pour aller en Ligue 1. Avec mon effectif, je sais que je vais galérer mais avec de bons achats, de bons prêts, et en virant mes mauvais, ça devrait le faire. Et vu que j'avais déjà anticipé deux joueurs en fin de contrat que j'avais repéré en National et qui étaient plutôt bons contre moi, je suis confiant. Et j'ai eu raison de l'être : 6ème la première année en L2 puis champion l'année d'après. A moi la statue dans le stade Charléty à ce rythme là !  

La Ligue 1... La joie de se faire éclater la gueule par le Qatar Saint Germain et ses stars. En plus c'est le club concurrent c'est super. Bon, on s'en fout, mon objectif c'est de devenir champion dans les 3 saisons. C'est raisonnable, ceux qui jouent tous les ans depuis deux décennies à la série de SI Games le savent très bien. Il faut s'accrocher mais c'est jouable. Et pourquoi pas la Ligue des Champions dans la foulée ? Au moins, vu que mon club améliore ses résultats financiers tous les ans avec des joueurs qui poussent, des ventes de maillots qui explosent et des nouveaux contrats publicitaires, je suis pénard pour le fair play financier. C'est  d'ailleurs la grosse nouveauté de Football Manager 2014 (le reste c'est surtout des ajustements et des améliorations ergonomiques). Pour coller à la réalité, c'est top. Actuellement, je tiens le bon bout en Ligue 1, je suis dans le ventre mou et j'ai bon espoir en l'avenir. Mais il va me falloir encore des dizaines d'heures de jeux et des litres de café pour être champion de France. Lorsque je serai sacré avec mon club, je sortirai une banderole Krinein en haut de la Tour Eiffel !


Pas besoin de mettre plus d'écran du jeu, il n'y a rien à voir de spécial à part des stats et autres tactiques

 

A propos de l'auteur

Le fanboy Xbox de l'équipe

    0 commentaires

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

    Rubriques