A DECOUVRIR
9/10

Alchimiste (L')

Les mots me font défaut. Ceux que j'ai en tête ne me suffisent plus du tout. J'en ai maintenant pris l'habitude. L'Alchimiste ne semble m'évoquer aucune affirmation concrète, seulement bon nombre d'interrogations éparses. A l'image de son mystérieux auteur, Paulo Coelho, né à Rio de Janeiro en 1947. Etudiant en droit, il est tour à tour compositeur de musiques populaires et journaliste spécialisé dans la musique de son pays. Il rêve d'autres horizons et d'un nouveau départ. Il prend quelques vacances et entreprend une marche de 830 kilomètres sur un ancien itinéraire qu'empruntèrent jadis bon nombre de pèlerins en marche vers Saint Jacques de Compostelle. Son premier ouvrage, intitulé le Pèlerin de Compostelle, dans lequel il fait part de sa formidable expérience de pénitence, date de 1987.

Parce qu'il rêve de plus en plus souvent d'un trésor enfoui aux pieds des grandes pyramides, Santiago, un jeune berger andalou, part pour l'Égypte. Sur sa route, il rencontre plusieurs personnes qui vont tour à tour l'aider à réaliser sa Légende Personnelle, ce qu'il a toujours souhaité faire mais qu'il n'a jamais eu le courage d'accomplir seul. Initié par un mystérieux alchimiste, il apprendra pour cela à écouter son coeur et à déchiffrer les signes du destin.

Au-delà de cette simple aventure, l'Alchimiste est un recueil relativement impressionnant de réflexions éparses particulièrement élémentaires. Mais c'est à partir de cette invraisemblable simplicité, que l'on retrouve au passage aussi bien sur le fond que sur la forme, que l'oeuvre de Paulo Coelho prend toute son ampleur. Sous ses faux airs de parabole biblique, de conte pour enfants, l'Alchimiste est le merveilleux récit d'un voyage initiatique, d'une quête absolument extraordinaire parsemée d'instants magiques, qui invite chacun d'entre nous à suivre la voie que nos rêves ne cessent de nous suggérer : notre Légende Personnelle, qui, selon l'auteur, est la seule et unique obligation des Hommes.

Tout cet optimisme dont fait preuve Paulo Coelho a de quoi paraître désuet et totalement hors de propos lorsqu'on s'intéresse de près ou même de loin à l'actualité, régulièrement dramatique, de notre monde. Replacer, avec autant d'enthousiasme et de bonne volonté, l'Homme au centre de l'attention générale témoigne d'une certaine volonté, assez surprenante, de renverser pour un temps les habitudes. L'oeuvre est terriblement sincère, engagée et bénéfique. La parcourir est un pur bonheur, un moment d'allégresse à savourer loin de toute préoccupation. Il est tout bonnement question de nous-mêmes et de l'existence que nous nous construisons jour après jour. Les enseignements de l'Alchimiste constituent quelques croustillantes révélations sur l'utilité véritable, absolument fondamentale, de chacun d'entre nous, sur le Destin et le langage des signes, sur le principe favorable, la chance incertaine, la peur d'échouer, le coeur des Hommes et l'attention que ce coeur est en droit d'attendre. Enfin, sur la maîtrise constante que chacun doit garder de sa propre vie. Quoi qu'elle fasse, toute personne sur terre joue toujours le rôle principal de l'Histoire du monde. Et normalement elle n'en sait rien.

Quand nous voulons une chose, tout l'Univers conspire à nous permettre de réaliser notre rêve.

Partager cet article

A propos de l'auteur

32 commentaires

  • Kei

    29/01/2007 à 21h11

    Répondre

    Je viens tout juste de terminer ce livre, et je ne suis pas convaincu. Certes c'est joli. Certes le message est naïf et plein d'espoir. Certes c'est étonnant et vivifiant, comme un conte pour enfant particulièrement bien construit.

    Mais bon sang, qu'est ce que c'est niais !

    Il n'y a rien qui m'ai frappé à la lecture du livre. Je ne l'ai acheté que parce qu'il s'est très bien vendu et que voulais voir de quoi il s'agissait. Et puis rien. Un flop total. Je m'attendais à quelque chose qui me remue les tripes, une grande claque, quelque chose qui me retourne les neurones. Un chef d'oeuvre. Et puis non. c'est juste simple et mignon. Rien d'autre.

    Après avoir lu Tereza Batista de Jorge Amado (critique bientôt sur krinein ) je suis sans doute un peu blasé, mais il me parait très clair que les deux romans ne jouent pas dans la même catégorie.

  • Veterini

    30/01/2007 à 18h41

    Répondre

    Moi il m'a beacoup fait rire ce livre.
    Il suffit de remplacer "Légende Personnel" par "la Force" et on à une très amusante variation sur Star Wars.

    (On peut aussi remplacer l'Alchimiste par Obi-wan Kenobi et le désert par Tatoine mais c'est pour les plus fourbes.)

  • S.K

    06/02/2007 à 20h08

    Répondre

    moi j'ai aimé ce roman, la fin est vraiment surprenante, quelle surprise, et quelle leçon !! le roman est BON, simplement.

  • Anonyme

    19/02/2007 à 06h35

    Répondre

    Comme je suis d'accord avec toi,Kei!
    C'est vrai,moi aussi je m'attendais à autre chose,vu le succés de l'auteur...
    Et j'ai été surprise.
    C'est une sorte de conte pour adultes.
    Je n'ai rien contre ça,notez.La lecture est rapide(trop?),sympathique(simpliste?),agréable...
    Mais tout est survolé.Les personnages,surtout:ils n'ont aucun relief.L'auteur les décrit à peine et ils n'ont que très peu de "caractère".Difficile de s'y attacher...

    Je trouve aussi que le ton général du roman est fatiguant.Je parle de ce ton en permanence prophétique:les majuscules à répétition(l'Ame du Monde,la Légende Personnelle,...),les dialogues bibliques,l'emploi de l'infinitif et du futur("tu iras à tel endroit","tu feras telle chose"....c'est lourd à force.
    Moins de grandiloquence aurait été apprécié...

  • Protos

    26/02/2007 à 19h13

    Répondre

    J'ai lu La Cinquième Montagne, de Coelho, par curiosité. Et c'est aussi la même impression : c'est religieux, dans le ton et dans l'écriture. On en ressent comme une sorte de précautionnisme et de conformisme inhérent au genre. Du genre "surtout pas de grossièreté, un bonzaï ne chie pas".
    'fin bref, ça casse pas trois briques, mais bon. Le succès de Coelho... je ne suis pas certain, peut-être qu'on confond avec Eco, ou c'est dû à sa facilité de lecture.

  • Kei

    15/03/2007 à 19h49

    Répondre

    Dans le "blasé" de mon premier post, il ne fallait pas voir une attitude vis-à-vis de tous les livres. Venant de lire un véritable chef d'oeuvre, aussi bien dans son fond que dans sa forme, j'ai eu du mal avec L'alchimiste. Trop superficiel, trop simple.

    Mais j'ai lu ensuite "le manuel du guerrier de la lumière", un tout petit livre qui reprend plusieurs des préceptes qui dictent la conduite des guerriers de la lumière. Il s'agit ni plus du moins que de l'essence de l'alchimiste, ce message d'espoir, ce "connait toi toi même" comme vous le dite. Le tout en de petits chapitres très symboliques.

    Et comme pour l'alchimiste, j'ai trouvé ça creux.

    Je trouve le message philosophique trop simple, ou plutôt trop simpliste. Je n'y vois que du bon sens naïf, et non pas une réflexion profonde.

    Je ne pense pas pouvoir revendiquer une quelconque légitimité sur le plan de la spiritualité, mais je trouve que ce qu'il dit dans ses romans est beaucoup trop proches de réflexion d'adolescent troublé et amoureux. J'ai tendance à penser que la spiritualité, tout comme le monde et les relations entre personne est un terrain complexe, difficile à appréhender, et encore plus difficile à résumer. Je trouve que ces réflexions sont un racourci grossier, qui ne reflète en rien la complexité de l'être humain. C'est une image d'épinal, pas une réflexion.

    Ce post peut sans doute sembler agressif, surtout vis à vis d'un premier post sur le forum, mais j'ai vraiment été déçu par le livre, et je voulais préciser ma pensée.

  • Danorah

    15/03/2007 à 19h57

    Répondre

    Moi j'ai jamais lu L'Alchimiste, mais je la ramène quand même ^^

    Je crois avoir entendu dire que ce bouquin faisait appel à de nombreux symboles qui ne seraient peut-être pas décelables au premier abord par des "non initiés", ce qui lui confèrerait un sens "caché". Je ne me rappelle plus du tout où j'ai entendu ça, peut-être que j'ai tout inventé, ou mal compris...

    Quelqu'un est au courant de quelque chose qui irait dans ce sens-là ?

  • Danorah

    15/03/2007 à 22h50

    Répondre

    faelie a dit :
    Danorah, tu devrais lire ce livre, il se lit en une après-midi... et franchement, il vaut le coup... et au pire, c'est juste une après-midi de perdue... Ca ou un débat télévisé... Bon, c'est vrai, moi j'ai du temps à perdre mais après, tu pourras toujours le citer dans les cocktails... Ca fait cultivé... Non pas que tu ne le sois pas... bon, j'arrête, là, je m'embrouille avec mon QI de 50 ... Lis le, c'est tout !


    C'est prévu, il m'attend sagement sur mes étagères depuis un bout de temps, mais il y a tellement d'autres livres qui m'intéressent que finalement je n'ai jamais pris le temps de lire celui-ci... Mais je le lirai un jour, promis.

    Pour ce qui est de la sensibilité aux divers ouvrages littéraires, c'est pas une question de QI, c'est une question d'appréciation personnelle, il n'y a pas lieu d'établir une hiérarchisation particulière entre Coelho et Kant, c'est tout simplement pas la même chose.

  • Kei

    16/03/2007 à 08h49

    Répondre



    Je ne voulais surtout pas que tu prenne ça comme une insulte ou l'expression d'un complexe de supériorité. Et je ne remet pas du tout en cause ton intelligence ou quoi que ce soit. Et personnellement Kant me donne mal au crane, et je n'ai jamais lu Hegel.

    Mais ça ne m'empêche pas de trouver le livre un peu creux. Ca ne veut pas dire qu'il l'est pour tout le monde, heureusement.

  • S.K

    24/03/2007 à 23h00

    Répondre

    faelie a dit :

    Je trouve le message philosophique trop simple, ou plutôt trop simpliste. Je n'y vois que du bon sens naïf, et non pas une réflexion profonde.



    Chacun de nous est différent et ressent les choses différemment... Bon, voilà encore de la philosphie de bas étage. Sans aucun doute, certaines personnes ne trouveront rien dans ce livre, personnellement, ce fut une révélation. Ce livre traduit tout simplement ce que je ressentais sans pouvoir poser des mots sur cette sensation. Et puis, la vérité est peut-être dans les choses simples... il y en a qui préfèrent Hegel ou Kant... moi, je préfère quand on comprend tout facilement... J'ai peut-être un QI plus adapté à Coelho qu'à Kant... j'ai une âme japonaise et j'aime les cerisiers en fleurs... beaucoup d'entre nous s'en lasseraient bien vite pourtant.
    Danorah, tu devrais lire ce livre, il se lit en une après-midi... et franchement, il vaut le coup... et au pire, c'est juste une après-midi de perdue... Ca ou un débat télévisé... Bon, c'est vrai, moi j'ai du temps à perdre mais après, tu pourras toujours le citer dans les cocktails... Ca fait cultivé... Non pas que tu ne le sois pas... bon, j'arrête, là, je m'embrouille avec mon QI de 50 ... Lis le, c'est tout !

    je suis bien d'accord avec toi faeli !!

    j'ai trouvé l'histoire de L'Alchimiste pleine de sens ! des livres comme ça sont toujours plus rafraichissant à lire que les daubes à la Amélie Nothomb (ça n'est que mon opinion), et si c'est de ce genre de livre justement que l'on parle dans les cocktails, alors je suis bien content de ne pas y fourrer les pieds moi..

  • KalistoR

    25/03/2007 à 12h13

    Répondre

    Alors là, je n'abonde pas du tout dans ton sens, SK.
    Qu'importe le livre évoqué durant les soirées de cocktail, le plus important étant de se gaver de petits fours et de champagne, le reste, on s'en fout !

  • Otis

    25/03/2007 à 13h33

    Répondre

    Kei a dit :
    Je ne l'ai acheté que parce qu'il s'est très bien vendu et que voulais voir de quoi il s'agissait. Et personnellement Kant me donne mal au crane, et je n'ai jamais lu Hegel.

    et


    faeli a dit :

    Kant n'est pas accessible à tous... quant à Hegel, je n'ai jamais réussi à finir le superbe livre que j'avais dû lire en terminale (dans une autre vie... ) 'de l'éthique et de l'estétique'... mais on m'a quand même féliciter d'en avoir lu 100 pages..


    Kei, je me méfie toujours des succès littéraires et je suis sûr que toi aussi : je n'ai jamais lu du Harry Potter, jamais lu Da Vinci Code, pas que je déploie un élitisme arrogant ; mais je suis méfiant des succès littéraires. Je ne veux pas dire que parce qu'un livre se vend bien, forcément, il est nul. Je me méfie simplement du goût des autres. Quantité ne fait pas qualité. Maintenant, le coca est très bon

    Faeli, Kant comme Hegel sont des philosophes. Ils n'avaient pas vocation à faire des romans comme L'alchimiste. De même qu'il est très discutable de dire que "Candide" est un conte philosophique... Il est très difficile de romancer des Idées. Combiner l'ars (artifice) et philosophie (recherche la vérité, soit l'opposé de l'"ars"...) est un... art délicat.

  • Danorah

    25/03/2007 à 13h48

    Répondre

    Otis a dit :
    Kei, je me méfie toujours des succès littéraires et je suis sûr que toi aussi : je n'ai jamais lu du Harry Potter, jamais lu Da Vinci Code, pas que je déploie un élitisme arrogant ; mais je suis méfiant des succès littéraires. Je ne veux pas dire que parce qu'un livre se vend bien, forcément, il est nul. Je me méfie simplement du goût des autres. Quantité ne fait pas qualité. Maintenant, le coca est très bon


    Otis, j'aimerais bien que tu me fasses l'honneur de quelques éclaircissements. Déjà j'aimerais bien savoir d'où tu tiens la certitude que Kei se "méfie des succès littéraires" autant que toi. Ensuite j'aimerais aussi savoir pourquoi tu t'en méfies, parce qu'à part l'avoir illustré et formulé de 3 façons différentes, tu n'as pas donné le moindre argument. Cependant, tu concèdes qu'un livre qui se vend bien n'est pas forcément nul (encore heureux !). Mais comme tu te "méfies des succès littéraires", tu ne le liras pas. Donc tu acceptes de passer à côté de livres potentiellement bons pour la seule et unique raison qu'ils ont du succès ? Et pourquoi trouves-tu anormal que, un livre ayant eu du succès, on puisse avoir envie de le lire soi-même pour s'en faire sa propre idée, au lieu d'asséner une sentence lapidaire du style "non mais moi les succès littéraires, je m'en méfie" ?

    J'avoue que là, je ne te suis pas du tout, et malgré le fait que tu t'en défends (la preuve que tu t'en es rendu compte toi-même), je te trouve pour le coup sacrément méprisant.

  • hiddenplace

    25/03/2007 à 13h52

    Répondre

    Otis a dit :

    Kei, je me méfie toujours des succès littéraires et je suis sûr que toi aussi : je n'ai jamais lu du Harry Potter, jamais lu Da Vinci Code, pas que je déploie un élitisme arrogant ; mais je suis méfiant des succès littéraires. Je ne veux pas dire que parce qu'un livre se vend bien, forcément, il est nul. Je me méfie simplement du goût des autres. Quantité ne fait pas qualité. Maintenant, le coca est très bon


    Heureusement que tu as conclu ceci par "le coca est très bon" (un échappatoire à la torture qui t'attendait?)
    Je te conseille quand même de lire les livres que tu évoques pour en tirer des conclusions, au lieu de te méfier des goûts des autres^^ (ce qui fait de ton propos, malgré ce que tu as dit autour, un propos élitiste) Ce n'est pas toi qui as fait plusieurs critiques de romans de Stephen King?

    edit: doublée par Danorah!!!

  • Otis

    25/03/2007 à 14h00

    Répondre

    Danorah, je t'assure que je ne voulais pas être méprisant. Je vais répondre à toutes tes questions :

    [i]Déjà j'aimerais bien savoir d'où tu tiens la certitude que Kei se "méfie des succès littéraires" autant que toi.
    Intuition que j'ai en lisant ses quelques critiques (je peux me tromper)

    Ensuite j'aimerais aussi savoir pourquoi tu t'en méfies, parce qu'à part l'avoir illustré et formulé de 3 façons différentes, tu n'as pas donné le moindre argument.
    Disons que c'est plus une perte de temps ; je suis un bon vieux classique qui aime actuellement se replier sur les oeuvres du 19e en particulier ; bref, j'ai mes préférences comme tout le monde. Question de style. (y avait de belles merdes au 19e aussi hein).

    Donc tu acceptes de passer à côté de livres potentiellement bons pour la seule et unique raison qu'ils ont du succès ?[/i]
    Pas du tout, mais je n'achète pas tout de suite. J'achète longtemps après, je laisse mûrir mon doute. Se méfier ne signifie pas "ne pas lire". En témoigne, et hiddenplace le rappelle, mes lectures kingiennes qui comptent bien parmi les "Meilleures ventes". Maintenant, le style de King commence à m'agacer, mais c'est une autre histoire.

  • Danorah

    25/03/2007 à 14h21

    Répondre

    En fait non, tu n'as pas répondu à toutes mes questions

    Et je trouve que déclamer "je me méfie des succès littéraires" pour ensuite se rétracter sur un simple "c'est une question de style" c'est un peu... comment dire... diluer son propos ?

    Cela dit je veux bien croire qu'il n'était pas dans ton intention d'être méprisant, c'est juste l'impression qui est ressortie de ton premier post ^^

  • Kei

    25/03/2007 à 14h39

    Répondre

    Sans vouloir prendre la défense d'Otis, je dois pourtant dire qu'il a presque tapé dans le mille. En tout cas à propos du fait que je me méfie des succès commerciaux. Mais en fait, je ne m'en méfie pas. Généralement, je me jette dessus, et j'en ressort très souvent déçu. Souvent parce que ce que je recherche dans un livre, c'est d'être surpris par ce que je lis, et que les best sellers n'ont pas toujours cette qualité. J'ai lu Da Vinci Code, j'ai détesté. J'ai lu Harry Potter, ça m'a amusé, mais je suis loin de considérer ça comme une grande série. J'ai lu L'alchimiste, j'ai détesté. (au passage : "Onze minutes de coelho est beaucoup moins détestable - critique bientôt sur krinein".

    Par contre, je me fait parfois peut en pensant ce genre de choses. J'ai l'impression d'avoir un coté Bobo que je n'assume pas du tout. Je n'aime généralement pas grand chose de ce que mes amis aiment, que ce soit en musique, en livre, en série ou autre, et je passe pour un vieux aigri. Et ça me chagrine. Bon j'ai aussi des amis qui ont les mêmes gouts que moi, mais ils sont loin d'être l'écrasante majorité.

  • Otis

    25/03/2007 à 14h41

    Répondre

    C'est pas diluer le propos, c'est le préciser. Je vais faire plus précis encore : les campagnes de médiatisation qui touchent un livre, je déteste. Les produits dérivés et tout le tralala autour, je déteste. La surenchère, c'est ça que je déplore. Car le lecteur devient un client. Quand vous voyez Coelho qui dit "j'espère que je vais dépasser Houellebecq en France en nombre de ventes" chez Ardisson, bah je suis désolé, j'ai pas envie d'acheter ses livres tout de suite.
    EDIT : Kei, je veux donc rejoindre le club des aigris !
    Ce que j'essaie de dire depuis le début en réalité, c'est que lorsque la vente ORIENTE le choix du lecteur dans un but essentiellement consumériste, cette méthode me dégoûte.

  • hiddenplace

    25/03/2007 à 15h05

    Répondre

    Peut-être que c'est une question de sensibilité (et une méconnaissance du reste du genre, que j'assume d'ailleurs sans honte^^), mais je continue de penser que [i]Harry Potter est une très bonne série, selon moi. Ce qui n'exclue pas le fait qu'il en existe d'autres très bonnes aussi, bien sûr.

    En fait, Kei, ce qui fait que tu es déçu de ce genre de lecture, ce n'est pas plutôt juste parceque tu en attendais trop par rapport à ce que c'est? Je ne dis pas qu'il faut dévaluer ce genre de lecture pour finalement l'apprécier, mais c'est une réaction tout à fait normale d'être parfois un peu déçu de quelquechose quand quelqu'un nous en a vanté l'incommensurable mérite auparavant. Ca vaut pour tous les domaines: le ciné, la musique, une expo ou n'importe quoi, il m'est arrivé que quelqu'un me conseille d'expérimenter qqch qui finalement me déçoit. Même les critiques de Kri poussent parfois ma curiosité à aller voir des choses qui finalement ne me parlent pas plus que ça.

    Personnellement pour HP, je suis entrée dedans sans apriori spécialement positif, à part le battage médiatique mais il n'a pas été l'élément déclencheur, c'était plus une petite curiosité à assouvir. Et finalement, j'ai été très agréablement surprise.
    De même, j'ai bien aimé Titanic à sa sortie, et ai continué d'en apprécier les qualités quand ils nous ont bourré le mou pdt les mois qui ont suivi... et même si je me tapais parfois des réflexions hyper déplaisantes à ce sujet parfois. Idem pour Amélie Poulain[/i].

    Donc, selon les sensibilités on entre ou pas dans un univers, mais je trouve ça un peu léger de mettre ça sur le compte du "goût des autres"... et surtout de la majorité... comme si la majorité avait systématiquement des goûts tout nuls. Tu ne dois certainement pas être le seul à avoir des goûts différents de ton entourage, quand même Mais ce qui est bien, c'est que toi au moins tu fais quand même l'expérience des choses avant de te prononcer sur leur qualité ou médiocrité.

  • Otis

    25/03/2007 à 15h14

    Répondre

    hiddenplace a dit :
    Tu ne dois certainement pas être le seul à avoir des goûts différents de ton entourage, quand même

    Juste un truc : faut différencier le goût de l'ensemble qui ressort des médias, des critiques, et le goût de ceux que tu côtoies physiquement, dont tu connais les goûts, la sensibilité. En gros, ça signifie que se faire conseiller par quelqu'un qui nous dit "c'est pour toi, tu peux le prendre les yeux fermés", car on partagerait le même "univers", y a de grandes chances qu'on apprécie l'oeuvre - en tout cas plus que "Harry Potter c'est génial" (ça peut être un autre slogan publicitaire) qu'on nous crie à tout va pour qui veut bien entendre.

  • Kei

    25/03/2007 à 15h20

    Répondre

    Sauf pour des choses contre lesquelles j'ai vraiment des arguments pour dire "c'est nul" (comme le Da Vinci code par exemple, ou dans le cas présent L'Alchimiste), je me contente de dire "je n'aime pas" ou "ce n'est pas ce que j'attend d'un livre/cd/artiste". Non pas que ce soit une solution de facilité pour éviter qu'on me tombe dessus à bras racourcis, mais c'est la seule attitude logique a adopté pour moi : quand quelque chose ne me parle pas, mais que je ne sais pas dire pourquoi, je ne me met pas à crier que c'est nul. Dans le cas contraire, par contre, je me fait plaisir

  • Wax

    25/03/2007 à 15h22

    Répondre

    Otis a dit :
    en tout cas plus que "Harry Potter c'est génial" (ça peut être un autre slogan publicitaire) qu'on nous crie à tout va pour qui veut bien entendre


    Un grand garçon intelligent et féru de lecture comme tu sembles l'être a certainement les capacités intellectuelles et le discernement nécéssaires pour se faire un avis sans l'influence du batage médiatique.
    Il est assez stupide d'acheter un livre les yeux fermés après avoir lu un slogan publicitaire, mais il est tout aussi stupide de rejeter le même livre pour la même raison.

  • Otis

    25/03/2007 à 15h29

    Répondre

    Encore une fois, je m'en méfie, je n'ai pas dit que j'en refusais la lecture... (c.f King)

  • S.K

    25/03/2007 à 15h57

    Répondre

    comment choisi-t-on un livre ? on se ballade dans une librairie, on regarde, on lit le quatrieme de couverture, et si le résumé nous plait on l'achete, non ? c'est comme ça que moi je fais... ensuite, on m'a souvent conseillé de lire des oeuvres dites "non commerciale", ce que j'ai fait, et pardonnez moi, mais ce sont elles qui m'ont le plus emmerdé, et royalement !! alors tu as raison Otis, moi aussi maintenant je me mefie du gout des autres, surtout lorsqu'ils me disent de me mefier des succes littéraire... mais je n'ai lu ni Harry Potter, ni DaVinci Code, parce qu'on nous gave avec ces romans, et que malgré le fait qu'ils m'attirent, pour le moment je n'ai pas envie de les lire ! en fait, je lis ce que je veux, je choisi mes livres, qu'ils soient commerciales ou non, et s'ils me plaisent, (ou pas) ça ne regarde que moi...

  • Kei

    25/03/2007 à 16h02

    Répondre

    Quand je vais dans une librairie, c'est toujours avec un nom de livre en tête. Je demande autour de moi, je lit des avis, des critiques, je recherche par auteur, par thème, et j'en arrive à choisir deux trois noms de livres. Mais une fois dans la librairie... Je tombe sur un livre dont le nom me dit vaguement quelque chose, je l'achete, je discute avec les vendeurs/vendeuses, je prend un autre bouquin, etc etc...

    Et c'est la raison pour laquelle j'ai une pile de livres à livre sur mon bureau assez monstrueuse.

  • Otis

    25/03/2007 à 16h06

    Répondre

    S.K a dit :
    alors tu as raison Otis, moi aussi maintenant je me mefie du gout des autres, surtout lorsqu'ils me disent de me mefier des succes littéraire...


    Je suis d'accord avec toi S.K, mais jamais je n'ai dit "méfiez-vous des succès littéraires !" relis mes lignes, c'était un jugement perso, rien de plus.

  • gyzmo

    25/03/2007 à 16h53

    Répondre

    Tous les grands classiques que j'ai lu étaient des succès littéraires : Est-ce grave docteur ? Et surtout, faut-il s'en méfier ?



  • KalistoR

    25/03/2007 à 18h21

    Répondre

    Non, ce n'est pas grave mais avec un s à la fin de "lu", c'eût été parfait !

  • popcorn3227

    29/05/2007 à 18h05

    Répondre

    J'ai lu trois livres de Coelho , dont l'Alchimiste, et je porte un avis plutôt négatif sur cet auteur. L'Alchimiste est bien écrit, c'est mignon, horriblement moralisateur mais bon, ça devient vite trés agaçant et je trouve pas vraiment que ce livre donne lieu à des reflexions psychologiques profondes, il se contente de traduire quelques idéaux enfantins donc bref ...pas aimé ^3^

  • Anonyme

    02/08/2008 à 13h56

    Répondre

    J'ai un QI normal... pas si mauvais... je lis mais peu car c'est trop long, et je n'aime pas les romans, qui m'ennuient profondément. Je lis plutôt des essais, livres de psychologie... c'est peut-être pourquoi j'ai aimé l'alchimiste. Je n'en espérais pas autre chose que des messsages de paix, de bonheur, du rêve... OK l'écriture est simpliste, un peu lourdingue, l'histoire est irréaliste... mais moi j'ai apprécié ces messages, ce voyage, tout cet espoir. Je n'achète pas de livre, je les emprunte. Celui-ci était trop abîmé, la bibliothécaire l'a jeté... alors je lui ai demandé qu'elle me le donne. C'était peut-être un signe...

  • Anonyme

    22/11/2008 à 19h36

    Répondre

    A mon avis ,et en deux mots je trouve Coelho superbe et je trouve son chef-d'oeuvre L'Alchimiste,super super super super impeccable! Sorry j'ai dépassé les deux mots ,mais au moins je suis agréablement impressionnée par son livre!

  • Anonyme

    06/03/2010 à 13h55

    Répondre

    Ce livre est super intéressant

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Rubriques