9/10

Gears of War 4 - Gears un jour, Gears toujours !

Les Gears sont de retours et n'y allons pas par quatre chemins : c'est génial ! Si vous voulez savoir pourquoi : lisez notre article, achetez le jeu, ou bien les deux !

Lorsque l'on me demande pourquoi je joue sur Xbox (360 ou One), je réponds toujours la même chose : pour Gears of War. Depuis ce jour où j'ai vu le jeu dans un grand magasin, j'ai été accroché. Les premiers opus mettaient l'accent sur Marcus Fénix, un homme aussi viril que grognon qui mangeait des ennemis à la pelle avec son fusil/tronçonneuse (le fameux Lanzor). Sur One, The Coalition est le studio en charge de la saga. Avec l'un des piliers d'origine avec eux, le studio a appris le boulot en refaisant le premier épisode sur la One. Un bon entraînement qui a été mis à profit sur cet épisode.
Allumez le feuuuuuuuuuuu ! 

 Nous retrouvons donc le monde de Sera après 25 ans de "paix". Depuis la défaite des Locustes, les hommes veulent repeupler la planète. Le gouvernement est donc encore plus militariste et il met l'accent sur une politique ultra nataliste. JD Fénix, fils du plus grand héros de la planète a grandi dans cet ambiance. Mais les côtés extrêmes de son gouvernement l'ont refroidi et il a déserté avec son meilleur ami pour vivre parmi les "Etrangers", un ensemble de villages indépendants. Cette vie loin des villes protégées va mettre JD en première ligne devant une toute nouvelle menace qui pourrait bien faire passer les Locustes pour une bande de boys-scouts. je vous laisse découvrir la suite par vous même mais une chose est sûre : ça envoie du pâté ! JD est plus idéaliste et joyeux que son père (il doit tenir ça de sa mère) mais il est aussi attachant que Marcus. Ce dernier viendra naturellement faire son petit coucou pour nous donner des nouvelles.
Juste une mise au poing ! 

 L'histoire, c'est bien mais le gameplay ? Toujours au top ! Le système "Gears of War" de course/couverture fonctionne à merveille. Les soldats sont encore plus mobile et maintenant, on peut enjamber les obstacles avec fluiditité pour mieux présenter ses rangers à un ennemi à couvert. De même, vous pourrez amener à vous un ennemis à couvert pour mieux le tuer à coups de couteau. De quoi "guérir" tout ceux qui se planquaient en attendant que cela se passe. En effet, cette mobilité est valable dans tous les modes de jeu. Outre le mode histoire jouable seul ou en coop, vous avez également le versus.

Ici, nous retrouvons les modes qui nous ont fait plaisir plus d'autres comme le Dodgeball. Ici, chaque ennemi mort vous permet de ramener l'un de vos alliés morts au combat. Une idée amusante qui peut être vite l'occasion de parties endiablées. L'un de mes modes favoris est de retour : le mode horde. Avec vos compagnons, vous allez faire face aux vagues ennemis contrôlées par l'ordinateur. C'est grisant, C'est prenant et la coop' bat son plein. Pour survivre, vous avez deux ingrédients à suivre (en plus de votre capacité à jouer en équipe et à vous battre) : la classe de votre personnage et le fabricator.
Fight for your life ! 

La classe de votre personnage vous permet de choisir parmi 5 archétypes de combattants. Sniper, soldat, ingénieur, éclaireurs,... Cela vous donne un arsenal de base et des capacités bonus à débloquer comme le sniper qui peut avoir un bonus de tir à la tête. Ce système ingénieux est régit par un système de carte qui est bien ficellé. Le fabricator est une grosse boite qui vous permet de fabriquer des défenses comme des tourelles ou des barbelés. Pour créer ses petits bijoux, vous devez ramasser l'énergie des ennemis morts et la rapporter à votre machine. Dans les faits, ça fonctionne très bien et on croise les doigts de ne pas mourir quand on se balade avec 5000 énergie.

Tout ça est porté par des graphismes et une musique dantesque. Tout est beau, grandiose et prenant ! Les tempêtes vous feront plisser les yeux, les musiques porteront avec brio toute la bravoure et la tragédie de l'histoire. Bref, se plaindre sur Gears of War 4 serait faire preuve de mauvaise foi. Le jeu est bien, complet, prenant et depuis que j'ai lancé le jeu, j'ai eu du mal à lâcher la manette !
Un moustique !!!!!! 

 

A découvrir

The Technomancer

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques