6.5/10

Dynasty Warriors : Gundam Reborn - L’Attaque du robot géant.

Vous voulez éclater des robots en masse ? Vous pensez pouvoir contrôler un Mobile Suit avec un talent fou ? Approchez, approchez, il semblerait que ce Dynasty Warriors : Gundam Reborn soit fait pour vous. Eh oui, avec Dynasty Warriors 8, Hokuto no Ken, Saint Seiya, One Piece (et même très bientôt Zelda), la saga des Musou (qui vient de Sangoku Musou, nom japonais de la série) est de plus en plus représentée chez nous, petits européens, et accueille maintenant sa quatrième adaptation de l’univers de Gundam. Alors que les créateurs de la saga tentent à chaque fois de trouver un nouvel élément à intégrer (quelque chose qui serait spécifique à la série adaptée), est-ce que cette nouvelle itération ne fait pas un peu redif’ ? Réponse… dans notre test.

Gundam, mais qu'est-ce que c'est ? Pour ceux qui ne connaissent pas cette saga japonaise, je vous invite à faire un tour sur le Wikia consacré à la série. Il regorge d'informations et pourra répondre à toutes vos interrogations.


C'est ça un Gundam.

Les Musou, mais qu'est-ce que c'est ?! Pour ceux qui ne sont pas non plus habitués à cette série de jeux vidéo, je vous invite aussi sur le Wikia qui lui est consacré. En plus de donner toutes les déclinaisons possibles et imaginables du titre, vous en saurez plus sur la genèse de chacun. 

Du Musou dans les règles.


"Tiens, prends ça dans ta gueule".

Gundam Reborn est un Musou (jeu de type Dynasty Warriors) qui ne change pas la recette de sa série mère. Le titre possède un contenu juste hallucinant, que ce soit au niveau des Mobile Suits contrôlables par le joueur mais aussi des nombreuses références à l'univers Gundam compilées dans le jeu. Une fois ceci mis de côté, on retrouve quand même assez rapidement les soucis inhérents à la saga. Déjà, la mécanique de jeu ne change pas d'un poil. Pour gagner, il faut contrôler la map et basta. Il n'y a aucun événement qui tente de casser cette monotonie et qui aurait pu permettre de mettre un peu de stress sur le joueur. C'est ce qui fait que le titre devient très vite répétitif et les mini-scénarios peinent à dynamiser la routine qui se met en place après quelques missions. Le mode coop aide un peu à réanimer l'intérêt du joueur mais il est un peu gâché par l'impossibilité de bloquer l'accès à des inconnus (lorsque l'on joue en ligne, en local, ça ne pose aucun souci). Les robots n'ont pas non plus un déplacement très réaliste et il serait bon de revoir ça pour le prochain épisode. Une traversée de l'espace ne se fait pas vraiment en ligne droite… Autre petit bémol, certaines séries sont assez peu représentées. Avec seulement un ou deux épisodes de leur saga préférée, certains aficionados vont faire la gueule.  


Un peu de customisation ?

Un jeu qui tente de faire plaisir aux femm- hum… aux fans !


Quand je vous dit que ça pète de partout !

On le sent très très rapidement mais ce jeu est fait pour plaire aux fans de la licence avant tout. Avec ses 120 Mobile Suits que l'on peut améliorer et renforcer, il y a de quoi perdre des heures et des heures devant sa télé. Par un système de cartes combinables, le joueur peut renforcer une ou plusieurs parties de son robot un peu comme il l'entend. Ces cartes se gagnent à la fin de chaque épisode comme un petit bonus venant de chaque mission réussie pendant le combat. Il vous faudra donc faire attention à bien remplir tous les objectifs mais aussi à explorer la map en profondeur si vous ne voulez rien rater. De plus, chaque robot possède des capacités qui lui sont propres, ce qui permet d'aborder les missions avec un angle différent à chaque fois. Vous ne vous battrez pas de la même façon avec un appareil dont la spécialité est le tir qu'avec un Mobile Suit spécialiste du combat rapproché, logique, non ? Cerise sur le gâteau, les scènes les plus cultes des séries animées sont reprises afin d'offrir au fan une immersion maximale. Le non-initié, qui cherche principalement un défouloir pour exploser des robots, pourra quand même regretter de très nombreuses scènes de « bla bla ». En effet, pendant les cinématiques du jeu (qui ne sont qu'une succession de bulles de texte avec des images fixes), les personnages parlent beaucoup et quand on y connaît rien, la quantité de termes spécifiques peut rebuter. 


Hum... à l'attaque ?

Le changement assez violent dans l'aspect graphique (adieu le cell-shading) fait que ce nouvel épisode de Dynasty Warriors : Gundam n'a pas été affublé de l'adjectif reborn pour rien. Certains apprécieront, d'autres moins mais ça ne change rien à la qualité visuelle du titre. Dans son style, on a le droit à de superbes effets et à des robots bien modélisés. Pour le reste, la mécanique de jeu ne change pas et le type de mission est similaire à ce qu'on pouvait avoir dans les épisodes précédents, ce qui en fait un titre pas forcément indispensable mais pas désagréable non plus qu'il faudra néanmoins réserver aux fans de la saga, que ce soit ceux des Musou ou ceux de Gundam

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques