8.5/10

Half-Life 2 - Test

Half-life est un jeu à part. ce n'est pas moi qui le dit, mais l'ensemble de la communauté des joueurs. Avouez qu'un jeu sorti en 1998 qui continue à ameuter autant de joueurs sur le net, ça force l'admiration. Faut dire, le jeu méritait largement les louanges dont il fut l'objet à sa sortie : une intelligence artificielle révolutionnaire, un plaisir sans cesse renouvelé, et une durée de vie plus que solide. Sans oublier, la possibilité d'accueillir des mods de jeu de toutes sortes, solo ou multi, renforçant sur le long terme la longévité du jeu au bon vouloir des passionnés du web. C'est un peu comme ça que le multijoueur au sens propre du terme a commencé : Counter Strike. Un des mods les plus célèbres et les plus joués au monde. Pourtant, à la base, rien d'exceptionnelle sur le papier : Un scientifique un peu plus débrouillard que les autres lutte contre toute une hordes d'aliens et de militaires pour rester en vie et rejoindre la surface, prisonnier d'un immense complexe high-tech futuriste. Boum, carton critique et public. De quoi comprendre le flou organisé autour de la suite du FPS le plus vendu de tous les temps.
Car dire que HL² s'est fait attendre est une vérité de la palisse. Pendant quelques années, le seul contact qu'il envisageait d'entretenir avec son public se résumait à quelques vidéos plutôt impressionnantes louant les mérites d'un nouveau moteur très réaliste. La révolution ludique semblait en marche...

Ma révolution porte ton nom.

Alors, HL² est-il la révolution annoncée ? Oui, mais peut-être pas dans le sens où certains l'annonçaient. En fait, techniquement, elle commença en ce bel été 2003, ici et là sur le web et dans d'autres magazines de jeux vidéos, avec l'incroyable annonce du vol d'une partie du code source du software qui obligeait le développeur, Valve, à re-programmer son jeu dans une large mesure. L'évènement, incroyable pour une boîte de jeu aussi réputé que celle-ci, faisait suite aux démêlés tordus entre Doug Lombardi (Valve) et Vivendi Universal qui n'en finissait pas de se contredire sur la date probable de sortie et ses ramifications. Prévu initialement pour septembre 2003, sur un 700 Mhz en config minimum, et en bundle avec les dernières cartes ATI, le jeu mettra prêt d'un an à se trouver une place crédible dans les plannings de vente de Vivendi, passant par les plus odieux stratagèmes pour éviter de froisser des joueurs déjà très très mécontents : un bon pour HL2 dans les boîtes ATI, et la mise en vente via Steam de versions téléchargeables qu'ils ne pourront de toutes façons pas utiliser avant la sortie officielle.

La deuxième révolution accompagne la mise en vente du jeu, par le biais du désormais célèbre réseau Steam qui avait déjà fait pas mal parler de lui au temps de Half-Life et ses mods. Le concept, une plateforme online permettant de rejoindre des serveurs de jeu et d'acheter en ligne des applications/mods. Sans clé CD, pas d'accès possible, et c'est là que le système devenait ironiquement génial : le type lambda, en possession du jeu et d'une clé légale, qui avait tardivement pris la décision de s'inscrire à Steam (ou même qui venait d'acheter le jeu), se frottait implacablement à un message du type « clé CD déjà utilisée », indiquant qu'un pirate avait déjà pris les devants et s'amusait joyeusement au détriment de notre brave gars et sa facture. Le remède, il existait, passait par l'envoi d'un courrier avec toutes les preuves nécessaires au siège de Valve logé à Vancouver, Canada. Pas très habile.
Pour HL 2, on frise la crise de rire : le jeu exprime le besoin d'installer Steam et de surfer sur internet pour y créer un compte valide (avec la clé CD). Pas d'internet, pas de jeu. Si l'opération est validée, il sera toujours possible de jouer en mode off line moyennant un paramétrage pas trop compliqué de l'interface. Une attaque directe contre le piratage, un peu au détriment des joueurs honnêtes qui doivent tout de même lâcher dans les 60€ pour se procurer la petit boîte bien vide (le manuel = une demi-feuille A4 recto verso).

Enfin, troisième et dernière grande révolution, plus ciblée software celle-ci, le loading intempestif. Je me demande vraiment ce que ce jeu peut bien faire pendant les nombreuses minutes qu'ils occupent au démarrage, et pendant la très grande série de « chargements » émaillant le jeu tous les 200 pas. Sans rire, ou peu s'en faut, une fois avoir appuyé sur le bouton « jouer » de steam, je pense être en mesure d'aller acheter le pain au bout de la rue et de lancer ma lessive de la semaine avant de déboucher sur l'écran titre du jeu. CQFD.

La malédiction d'un cri lointain.

Bon, concrètement, qu'est ce qui a changé depuis Far Cry et Doom 3, mis à part les petits désagréments précédents ? Avancer, reculer, pas de côté, sauter, s'accroupir, tirer, recharger, utiliser, non, je confirme, rien n'a changé. Les habitués du FPS n'auront aucun mal à retrouver leurs marques après un petit réglage de souris, une fois l'introduction passée. Celle-ci nous emmène dans le hall d'une gare assez poisseuse, démuni d'arme et de but dans la vie, où vous rencontrerez votre première difficulté en tant que pré-phase de « je tue tout ce qui bouge » : ramasser une cannette et la fourrer dans la poubelle la plus proche. HL², c'est ça : pratiquement chaque objet portable peut-être ramassé et lancé, sur une plus ou moins grande distance selon le volume de l'objet. Ca va de la palette en bois au tonneau en ferraille, en passant par les pots de peinture et les box à bouteilles. L'occasion de proposer de temps en temps des petits problèmes de logique faisant grandement appel à votre sens de la physique, genre ramasser des parpaings pour contrebalancer votre poids sur une planche. La classe. Les plus pragmatiques se serviront de palettes pour se protéger un peu des attaques vindicatives de vos adversaires, et les moins pressés joueront à empiler des cartons ou à viser les poubelles.
Puis viendra le temps des choses vraiment sérieuses : le pied de biche. Le top pour la fracasse de box en bois et de têtes d'alien. Puis un flingue, puis une automatique, puis des grenades, etc. Et on commence à dessouder violemment la population bizarrement très vindicative de cette planète, sans chercher pourquoi ni... ni pourquoi. Le scénario ne cherche même pas à vous expliquer. Certains sont ravis de vous voir, et un tas d'autres beaucoup moins. Tant pis. Pour vous dire que certains montraient du doigt Far Cry sur la maigreur et la fantaisie narrative de son scénario, HL² souffre presque du même problème.

Si le scénario n'est en aucune façon un monument de réflexion ou d'aventure, les gens de Valve ne sont néanmoins pas n'importe qui. Ils l'avaient montré avec Half-life : ils savent varier les challenges. Un art, si on peut l'appeler comme ça, qui se vérifie sur Half-life². Même si le FPS garde toujours ses droits, il s'agit rarement de faire la même chose. Le pourquoi du comment reste toujours flou, certes, mais l'effet sur l'immersion et l'intérêt n'en est que bénéfique. Tout du moins, jusqu'à ce qu'on s'aperçoive que le terrain est fléché comme un magasin Ikéa. Une route est proprement définie, pas d'alternative, aucun moyen d'être un peu original. Autre lacune, un plus partant d'un moins, certains chapitres confieront de large portion de leur temps à des phases véhiculées, un aéroglisseur et un buggy, plutôt sympa à utiliser et enflés de bonnes idées de gameplay. Le revers, c'est que ces périodes du jeu se révèlent vite démesurément longues et répétitives, au point de grever le rythme et d'attendre impatiemment le chapitre suivant.

La pomme tombe par terre, et pareil pour les laves-linges. (Newton)

Un titre accrocheur pour dire que Half-life 2 ne bénéficie pas seulement d'un moteur à « tomber par terre », mais peut se vanter de le mettre au service complet du joueur. Gordon récupère après quelques chapitres le « pistolet anti-gravité », l'arme par excellence qui à elle tout seul fait grimper de quelques points l'intérêt du soft. Chaque objet environnant peut alors devenir une arme redoutable, et c'est précisément le moment où l'on rencontre des scies circulaires et de gros crochets pas très amicaux. En pressant sur le bouton de gauche, l'arme émet une décharge qui envoie valdinguer l'objet à plusieurs mètres de distance ; le bouton de droite supprime la gravité d'un objet de taille raisonnable et le colle à son canon, jusqu'à ce que le joueur décide de le propulser sur quelque chose ou quelqu'un. En pratique, ça donne ça : un mutant, appelons-le Emmanuel, s'avance en vous chouinant qu'il n'est pas content et qu'il souhaite donc vous démonter la tête. Emmanuel, comme la majorité des êtres vivants de ce monde, est insensible au pistolet-gravité. Gordon décide donc d'arracher le radiateur du mur avec le bouton de droite pour le coller dans la tronche d'Emmanuel avec le bouton de gauche. Résultat : Emmanuel ne chouine plus. Le résultat diffère selon la masse et la consistance de l'objet, mais la jouissance procurée n'a que peu d'égale en matière de FPS, surtout lorsqu'un ou deux lave-linges se retrouvent à proximité.
Comme l'on pourrait s'en douter, le pistolet anti-gravité dispose d'un niveau supérieur de fonctionnement qu'il ne sera possible d'utiliser que dans les derniers chapitres et en intérieur clos. Pour ne pas trop en dévoiler, mais un petit quand même, disons que ce qui n'était pas possible d'altérer avant... bah se fait altérer comme le reste à présent. Tout simplement jubilatoire, et encore davantage si les programmeurs avaient pensé à l'intégrer dans des scènes extérieures. Dommage.

Deuxième bonne idée, plus ponctuelle celle-ci, les phéropodes. Une arme évidemment, mais d'un genre spécial et plutôt bien pensé. Parmi le bestiaire lancé à votre poursuite, les plus observateurs d'entre vous auront remarqué cette joyeuse colonie d'arachnides (nommées ainsi par ma personne en référence à Starship Troopers) employées à vous gâcher la vie sur un ou deux chapitres (saoulantes, les bestioles). Une fois l'une des reines abattue, vous entrez alors en possession d'un organe générant des phéropodes, une sorte d'enzyme vous permettant de contrôler la colonie en question. Ou tout du moins une petite partie renouvelable. Il vous suffit alors d'en jeter sur un endroit pour contempler vos nouvelles meilleures amies se jeter avec allégresse et abnégation dans un guet-apens infesté de soldats armés jusqu'aux casques, et se faire massacrer seulement pour vos beaux yeux verts. Sympathique, mais courtement exploité.

Troisième et dernier point, il vous sera possible à certains moment s du jeu de contrôler une escouade quatre rebelles, de manière assez limité. En pratique, ça ne se résume qu'à « restez là » et « suivez moi », et leur utilité n'est parfois pas bien évidente. Leur petit jeu préféré, c'est de se mettre pile à l'endroit qui vous gêne le plus, pour au choix vous empêcher soit de passer soit de vous mettre à l'abri. Frustrant, surtout quand on s'aperçoit que leur capacité à viser ne vole pas beaucoup plus haut que celle de mon chien. CQFD.

« Des graphisme venus d'ailleurs ! » (cf la boîte)

Parlons machine. Enfin. On peut balayer d'entrée la configuration minimum inscrite sur la boîte et réviser la hausse la vieille carcasse qui nous sert d'ordinateur. Un processeur cadencé à 2Ghz, épaulé par 512 de RAM et une carte graphique compétente (64 Mo devrait faire l'affaire) parait le bas de gamme pour faire tourner de manière correcte, sans ralentissement, ce monstrueux gouffre à ressources. Les possesseurs de machines de guerre auront toutefois de quoi s'en mettre plein la vue, bien que certains pourront le juger en deçà des grosses productions récentes. En tout cas, un niveau graphique très très correcte et une multitude d'effets visuels très réussis renforçant la cohésion de l'ensemble. Le gros plus technique réside dans une modélisation et une animation sans véritablement d'égale dans le monde du PC, en particulier sur la gestuelle faciale proprement saisissante. La bande-son, aussi discrète que dans le premier, a fait l'objet également d'un effort particulier pour se fondre dans l'action avec une efficacité garantie. Ca se gâte franchement avec le doublage audio français, plutôt moyen pour ne pas dire médiocre.
Le jeu se divise en quinze chapitres (en comptant le générique de fin), assez homogène en terme de qualité (malgré les phases de véhicules bien longues), mais d'une longueur très inégale. La plus grosse durée du jeu sera avalée par les chapitres du milieu, les plus intenses et les plus longs, tandis que les autres seront peut-être torchés en moins d'une heure. Au final, un peu plus de quinze heures pour voir le bout en normal sans rencontrer trop de difficultés, et sans trop se cribler de sauvegardes rapides. Autant pousser d'entrée la difficulté du jeu, et faire confiance aux (nombreuses) sauvegardes automatiques du jeu.

En multijoueur, et bien... En fait, pas vraiment de multijoueur, ceux qui espéraient pouvoir se fighter le pistolet anti-gravité au poing peuvent aller faire leurs devoirs de maths. En lieu et place d'un mode multi décent : Counter Strike Source, le célèbre mod pour Half-life remanié avec le moteur de Half-life². Concrètement, une vitesse de jeu un tout petit peu speedé, un graphisme entièrement revu, et une petite interaction avec les objets du décor (pas aussi poussé que dans le jeu solo, hélas). Un peu contestable, dans la mesure où les skins ont tout bonnement été supprimés, et que l'animation des personnages se montre parfois très étrange pour ne pas dire risible.

Conclusion.

Les contre-arguments du jeu : des chargements interminables, un scénario construit comme du gruyère, des doublages audio assez vilains, une durée de vie peut-être un peu courte, et l'absence de multijoueur autre que Counter Strike. Tout le reste joue en la faveur de Half-life². C'est-à-dire : une charte graphique et une modélisation impeccable, un moteur de jeu excellemment bien exploité (le pistolet anti-gravité), une immersion sans faille, et un plaisir largement dans le positif la majeure partie du temps. Pas la méga-révolution annoncée, mais un titre très accrocheur faisant honneur à son aîné, et une réelle satisfaction de s'être fait une nouvelle fois captiver par les gens de Valve.

A découvrir

Donkey Konga - Test

Partager cet article

A propos de l'auteur

27 commentaires

  • Shariban

    27/11/2004 à 13h13

    Répondre

    Half life, un jeu mythique, un jeu dexception, qui fit basculer, en son temps, nombre de joueurs dans le monde merveilleux du FPS. Avec son histoire fouillée, digne dun film, et son charisme profond, ce dernier venait vous plonger dans un univers de science fiction ou les marines côtoyaient les extra terrestre. Fort de son succès, de nombreux mods (comprenez par-là des jeux faits sur le moteur initial) sortirent par la suite. Team fortress, Day of defeat ou encore Counter strike. Ce dernier a même réussi à percer tout seul. Un jeu fait par des particuliers. Qui aurait cru quil prendrait autant dampleur ? Au fil des années, les fans sont de plus en plus nombreux. Et lon peut compter par millions les joueurs qui adorent lunivers de Half life. Pour satisfaire ces derniers (et son porte-monnaie), Valve commença le développement dune suite, et quelle suite.

    Valve ou, comment faire simple quand on peut faire compliquer :

    Durant deux ans, on ne parla quasiment pas du jeu, mais plutôt des mésaventures de Valve. Entre piratage de leur serveur (vol du code source), report de la sortie du jeu (on ne les compte même plus) ou encore mésentente avec son éditeur Vivendi, ce jeu aura vécu mille et un déboires avant de se voir enfin propulser sur le devant de la scène. Mais, est-ce vraiment fini ? Ny a til pas dautres problèmes à prévoir ?
    La réponse, comme vous vous en doutez, est « si », malheureusement.
    Si vous étiez parmi les premiers chanceux à avoir acheté Half life², vous avez dû vous rendre compte quil fallait obligatoirement une connexion internet pour activer celui ci. Sans cette précieuse connexion, vous ne pouvez pas vous connecter à Steam (programme de Valve qui vous permet de jouer aux mods sur internet) et donc ne pas jouer à votre jeu si chèrement payé. Après ces problèmes techniques passés, vous voici enfin prêts pour jouer. Vous venez de refaire votre bécane et vous voulez lui faire cracher ses tripes ? Nayez pas peur, elle va chauffer, sans aucun doute.

    Un gameplay en or :

    Certainement, lun des plus immersifs du genre. Vous êtes parachutés dans un univers ou vous pouvez faire véritablement tout ce que vous avez envie (enfin presque). Tout est quasiment destructible, et cest sur ce point que le jeu se démarque des autres. Vous pouvez ainsi vous sortir des situations les plus difficiles sans user trop de munitions. Prenons un exemple, vous vous trouvez face à une dizaine de soldats et vous êtes en contre bas dun pont en bois. Vous avez le choix entre, 1 : les tuer tous avec votre arme, 2 : passer outre et les contourner ou 3 : détruire le pont et les faire tomber par la même occasion. Que de choix ! Même si, la plus part du temps, ce sont des scriptes qui sont utilisés, vous ne vous en rendrez pas compte. Ici, lunivers qui vous entoure vous plonge, curs et âmes, dans cette histoire passionnante et vous fait partir au-delà du réel. Un sentiment qui ne nous quitte pas tout le long du jeu.
    Car oui, le jeu va vous permettre dutiliser des armes jamais vues auparavant. Et ces dernières vont mettre à profit les qualités du jeu. Ainsi vous pourrez venir à contrôler des « fourmillons » (ils ressemblent, en plus petit, aux bestioles de Starship troopers, si si je vous assure, cest à sy méprendre) par le biais de phéromones, et manipuler ces gros insectes jusque là considérés comme vos ennemis.
    Mais ce tableau si joliment dépeint, est-il parfait ?

    Des paroles, des paroles (chanson de Dalida) :

    Il nous était promis une cinquantaine dheures de jeu. Quen est-il réellement ?
    Et bien on en est loin. Si vous êtes un expérimenté du genre, le jeu ne vous tiendra pas plus dune quinzaine dheures. Donc, si on fait un rapide calcul, on se rend compte que ce nest même pas la moitié du temps annoncé. Quelle ironie du sort, comme pour la plupart des jeux du moment, on se retrouve avec des jeux très beaux, mais très faciles. Ce qui, fatalement, vient à réduire la durée de vie. La maladie du moment serais-je tenté de dire. Donc, comme dhabitude il sera fortement conseillé de jouer en mode de difficulté le plus haut si vous voulez avoir un peu de résistance.

  • Daggy

    27/11/2004 à 14h52

    Répondre

    Vos deux critiques sont très agréables à lire.
    Elles confirment cependant un manque certain de liberté à l'intérieur de chaque niveau. Ca à l'air trop linéaire. Et puis si le scénario ne suit pas, je vois pas l'intérêt d'acquerir ce jeu. C'est regrettable que les concepteurs de FPS ne s'inspirent pas autant de Deus Ex, royal sur bien des domaines.

    2, 3 questions concernant le "steam" car je n'ai pas bien compris son système : le jeu se télécharge sur le net ? La clé activant le compte est dans la boite commercialisée ? Faut-il à chaque fois se connecter au net pour pouvoir jouer à HL² ou c'est juste nécessaire lors de l'installation ?

  • Choucroot

    27/11/2004 à 15h15

    Répondre

    Je n' ai pas encore lu les critiques, donc pas de commentaire la dessus. Par contre, pour ce qui est de steam, voila ce qu' il en est:
    Le jeu est téléchargeable ( moyennant finance, bien entendu ) dessus, mais le commun des mortels, ceux qui achetent leurs jeux en boutique, devront soit creer un compte Steam avec la clef qui est fournie, soit se servir d' un compte existant - créé avec un autre jeux valve comme hl1 - pour enregister son jeu.
    En pratique, il suffi de lancer steam, qui se met a jour du fait de la présence d' un nouveau jeu, puis de rentrer la clef fournie dans la boite, se qui déclenche le "dévérouillage" du jeu. Je saurai bien incapable de dire en quoi ca consiste, mais c' est pour nous une attente d' entre 15min et 1h au terme de laquelle on peu (enfin) jouer.
    Apres ca, plus besoin de lancer steam ou quoi que ce soit, on lance le jeu directement. Par contre je ne peux pas garantir a 100% qu' il n' y ai plus besoin de connection par la suite, car étant connecté 24/24, j' ai jamais eu a me poser la question ....
    Enfin, avec valve, on est jamais trop prudent ...

  • Nicolas

    27/11/2004 à 15h16

    Répondre

    Alors pour steam :

    - Le jeu s'installe à partir du CD-ROM, mais steam doit décrypter les fichiers pour que le jeu soit opérationnel. Nécessite un compte steam.
    - La clé CD est fourni avec la boîte de jeu (un tit autocollant sous le cd).
    - il faut se connecter à steam la première fois, et le paramétrer pour pouvoir jouer offline (une option du genre "enregister mes informations sur l'ordinateur").

  • kou4k

    28/12/2004 à 23h05

    Répondre

    le jeu en lui meme est excellent, bien qu'un peu linéaire et légerement trop scripté a mon gout. MAIS...........
    un mot:
    LA-MEN-TA-BLE !!!!

    C'EST HONTEUX!!! VALVE SE FICHE COMPLETEMENT DES CONSOMMATEURS ET SE PERMET DE FOURNIR UN JEU QUAZI IMPOSSIBLE A INSTALLER SANS CONNECTION HAUT DEBIT POUR PROTEGER LEUR PETIT BEBE ET AUGMENTER LEUR BENEFICE AU DETRIMENT DU JOUEUR!!!!!!!!!!
    ET QUE DIRE DE STEAM??!!!

    le fait que la source ait été diffusée sur le net ne justifie pas un tel systeme de protection! c'est leur merde, pas notre probleme!
    je suis enervé et je pense que je ne suis pas le seul a pester contre ces minables incapables de proteger correctement leur produit!

    CHAPEAU VALVE!

    ps: j'ai installé entierement le jeu , tout mis a jour et en etant connecté:
    quand je veux lancer le jeu en non-connecté il me sort:"pas dispo hors connection"pourtant il est censé marcher une fois l'installation terminee.
    alors->ou ca vient de moi et je trouve le pb rapidement;
    ou je choppe les responsables du systeme de steam et je brule leurs femmes apres avoir violé leurs enfants!!!
    qq1 pourrait m'aider sivouplé???

  • Choucroot

    29/12/2004 à 03h31

    Répondre


    Pouiiiiiiin pouiiiin...(imaginez l' Ultraviolence theme d' Orange Mecanique...croyez y....)Pouiiiiiiin pouiiiin...

    Sinon, il me semble une connection permanante, ou en tout cas au lancement du jeu, vu que meme avec le racourci hl², un acompte steam s' ouvre ( je suis sur un reseau local, connecté 24/24 ).

  • NykO18

    15/01/2005 à 10h49

    Répondre

    C'est vrai que Steam c'est du très très très lourd..
    Autant c'est pratique dans un sens, car ca rassemble tous les jeux et mods made in half-life ainsi que tous les outils du SDK (kit de développement). Autant c'est assez chiant. car constamment en train de mettre tout à jour et constamment besoin d'Internet..
    (Un autre point positif est qu'une fois installé, vous pouvez y jouer théoriquement n'importe où sans le DVD sur un PC ayant Internet )

    Mais ne perdons pas espoir, Steam est peut-être le début d'une nouvelle ère dans la distribution.. peut-être.. (m'enfin quand on voit que le jeu téléchargé coute aussi cher que le jeu acheté en magasin avec sa boite.. ca fait peur..)

  • Kain2097

    28/02/2005 à 23h17

    Répondre

    Voilà encore un jeux qui à une longue histoire. Le dévelopement de Half Life 2 à été rude pour Valve qui se fit volé le code source du jeux. Le dévelopement pris énormément de retard. Mais après une moultitude de bandes anonces aléchantes, de promesses, de retard, le jeux est sortie il y a quelque mois. Et Valve eu la mauvaise idée de creer Steam. Pour jouer à Half Life 2 il vous faut absolument internet pour y jouer, même en solo!! Il vous faut aussi installer Steam. Une versions pirate circulte tout de même sur le net, avec laquelle toute ses contrainte disparaisse.

    La sortie du jeux fut accompagné de très bonne critique dans la presse spécialisé. Mais les joueurs, ainsi que certain site ou magasine on démontré que le jeux était loin d'êtres le chef d'oeuvre que l'on nous disait de partout. Beaucoup de joueur ont été déçu par le nouveau jeux de Valve.

    Je pense sincèrement que Half Life 2 est un chef d'oeuvre. Le problème du jeux c'est qu'il n'est pas accessible pour tout le monde au niveau du scénario, qui laisse une grande plasse a l'imagination de chacun. Il faut aussi aimer le cinema grand spectacle dans le genre Matrix Trilogie. Half Life 2 est un très long film de Science Fiction, bouré d'action et d'aventure.

    Ainsi ce jeux vous propose de vivre une aventure unique, travaillé dans le moindre détail (ou presque). L'esthétique de l'univers de Half Life 2 est très realiste, un futur crédible. Les artistes qui ont tracé chaque ligne de chaque batiment, de chaque véhicule, sont des génies. A coté de cela il y a un énorme travail sur l'animation. Half Life 2 est le premier FPS à proposer des personages aussi bien modélisé et aussi vivant. On a droit à de véritable expression humaine sur chaque visage. Un travail titanesque que peu de joueur on su prendre en compte. Il faut salué la variété des cituation dans laquelle le joueur est mené a se retrouver durant l'aventure. La course poursuite en hydroglisseur est monumentale, imaginé qu'une moultitude d'hélico, de tank, et de soldat de la milice soit à vos trousse, imaginé que vous foncié à travers des décorts imences à bord de votre hydroglisseur, qu'un hélico vous bombarde de bombes, que des tanks tirent sur une tour et que celle si tombe sur votre route, que vous deviez décendre de votre hydroglisseur pour ouvrir une barrière et qu'une grosse fusillade éclate contre la milice. Half Life 2 est bouré de passage antologique. Le jeux, pour les abrutis, pourait êtres lourd ou lassant. Mais pour ceux qui aime la variété, l'originalité, l'action héroique, ce jeux est monstrueux. On à l'impression d'évoluer dans une super production US!!! L'originalité est au rendez vous, ainsi vous allez devoir diriger une petite armé de Striders (arraigné tout droit sortie de starchip Troopers!!!), vous allez devoir vous battre avec la résistance dans des combat urbain de fou furieux, vous allez devoir utiliser un gun gravité qui vous permétra de soulevé du mobilité et le balancé violement sur l'enemis. Genre on chope une scie puis on décapite des zombie avec. Le moteur physique est IMPRESSIONANT!! Valve est reelement le premier studio a utiliser un moteur phisique entièrement et à 100% dans le gameplay.
    Mais la grande force de Half Life2, c'est de nous imerger complètement dans un univers crédible. La bande sonore assez discrète, accentue cette sensation de vivre et d'être le héros d'un grand film. Le scénario est assez fascinant. Très peu de réponse a nos question survienne durant l'aventure. La fin en déroutera beaucoup. Mais la façon que Valve nous raconte les aventures de Gordon Freeman est vraiment class. Ici il vous faudras avoir beaucoup d'imagination. Car le scénario est comme un fantôme. Il faut réelement écouté les dialogues, bien regarder le décort dans lequel on évolue (on en apprend bien plus en évoluant dans le décort et l'univers du jeux). Valve a pris de gros risque en misant sur cette forme de naration, mais cela ne peu que rendre l'univers du jeux plus crédible.
    Pour ce qui est des phases de tirs, les plus jouissives sont celles vers la fin du jeux, dans des décorts urbain totalement enfoui sous le feu de la guerre qu'il ya entre la résistance et la milice de Cité17. L'IA est très classique, assez décevante. Le jeux est donc assez facile, même si quelque passage reste assez hard. Les armes sont classique, à part le GunGravité (qui a lui tout seul suffit pour dire que Half Life2 inove dans le domaine!!). J'ais noté quelque bug, mais rien de méchant. Graphiquement le jeux est en dessous de Doom3 et FarCry. Mais de pas beaucoup.
    Avec l'IA, le plus gros défaut du jeux sont les chargement trop nombreux. Il ralentisse l'action et amoindrisse l'ambiance. Dommage. Mais vu la gueule du jeux on comprend pourquoi le moteur phisique ou 3d réclame autant de chargement.
    Half Life2 est donc a la hauteur de nos attente. Une meilleur IA et des chargement moin long aurait fait de lui le jeux parfait.
    Une experience a vivre absolument, même si elle ne plairas pas a tout le monde. Moi j'ais pris mon pied!! Merci Valve (même si Steam est une grosse erreur de leur pars...).

  • kou4k

    01/03/2005 à 00h05

    Répondre

    comme je l'ai dit, le jeu est vraiment excelent...
    mais j'en rajoute une couche sur le scriptage trop exagéré.
    le passage avec les striders est jouissif mais ne dure que peu de temps, et on ne revoie plus les araignées.
    ensuite, la poursuite en aeroglisseur m'a(au risque de me faire des ennemis) tout simplement saoulé! trop longue et linéaire...
    enfin, les ennemis battent parfois des records de connerie.
    maintenant, l'ambiance est unique et la guerre civile de la fin est terrible!
    et les petits passages pré-scriptés pour la style sont immergeants au possible.
    RMQ:
    quelqu'un a remarqué la tete de l'homme en costume dans une télé en bas d'un immeuble vers la fin du jeu?
    elle disparait des qu'on la regarde ^^ excellent!

  • Kain2097

    04/03/2005 à 19h28

    Répondre

    En quoi le fait que Half Life 2 soit scripté est synonime de défaut?
    MGS3 est scripté est c'est l'une des experience les plus puissante jamais vécu dans un jeux video. Cet argument et non valide pour cassé un jeux video de nos jours. De plus le passage des strider et quand même assez long, tu as toute la cote ainsi que les plage a te tapé. La zone de combat contre deux hélico. Et toute la prisons. Alors cher ami dsl mais je vois pas en quoi c'est court. De plus, si tu t fais chier avec l'hydroglisseur, alors tu dois vachement te faire chier en jouant à beaucoup de jeux video.

    Pour l'IA, je suis entièrement ok. Je pense que Half Life 2 est un jeux qui a nécéssité énormément de travail. Je pense qu'il faut saluer le courage des développeur.

  • Protos

    04/03/2005 à 19h41

    Répondre

    Juste pour éclairer ma lanterne... mais c'est quoi ce que vous appelez le scriptage? Ca a l'air pas bon en tout cas... méchant scriptage...
    Je connais le codage, les scripts (qui sont équivalent au codage, mais orienté application directe, donc plus légers que du codage... donc ça doit être ça, le scriptage, du codage léger... pas facile de reconnaître au premier abort un scriptage dans ce cas).

  • Kain2097

    04/03/2005 à 20h03

    Répondre

    Ba on dis scripatge comme on pourait dire autre chose. En fait c quand le joueur et dirigé et que des scène de gameplay sont calculé. Tu peux refaire le jeux 100% tu verras tjrs le même perso déboulé là. Half Life2 est donc une film interactif. Pour plus de liberté faut se tourné vers Deus Ex. Mais l'un comme l'autre dans des forme différente sont bon.

  • Protos

    04/03/2005 à 20h32

    Répondre

    Merci Kain2097 pour ces explications. En somme, un jeu scripté c'est un jeu linéaire. Juste, il ne faut jamais dire, dans ce cas, à un développeur que son jeu est scripté, car il aura du mal à capter.

  • kou4k

    04/03/2005 à 21h31

    Répondre

    ah nan pas forcement linéaire. (attation de pas tout melanger quand meme)
    half life 2 n'est pas trop linéaire grace a la diversité des actions et pourtant il est scripté a la mort...et un doom-like non linéaire ca existe pas . les reactions des ennemis et alliés sont précalculées pour remplacer l'ia en quelque sorte...
    et quand on regarde deus-ex aussi et 50% des jeux sont scriptés pour rendre le jeu plus immersif. en fait le scriptage est une qualité quand il n'intervient pas trop sur le gameplay involontairement, et dans hl² c'est malheuresement le cas.
    la scene de l'aeroglisseur est vraiment relou! héhé 1 ennemi deja
    et les araignées ne sont utilisables que dans ces lieux et c'est bien dommage.
    mgs n'est pas un doom-like, donc le scriptage est légitime pour ce type de jeux.
    ca depend du type de jeu en fait.
    farcry a reussi a melanger le scryptage et une ia dévelopée(et c'est actuellement le meilleur fps auquel j'ai pu jouer en solo^^)

  • Kain2097

    05/03/2005 à 11h53

    Répondre

    Je vois pas pourquoi MGS 3 devrait êtres scripté et Half Life 2 non. Les deux jeux sont une sorte de film interactif.
    Et encore heureux que les strider sont utilisable que dans des niveau calculé pour, sinons on finirais le jeux les doigt dans le cul, et ça serait lourd. Encore heureux que le passage de l'hudroglisseur et scripté, ça rend le truc très cinematographique.
    Vous chialer sur des point qui ne sont pas des défaut, mais des questions de gout.
    Les vrais défaut de HL2 sont l'IA et les temps de chargement. Il faut bien se mètre ça dans la tête.

  • kou4k

    05/03/2005 à 18h41

    Répondre

    lache l'affaire tu transforme le forum en ring!
    si t'aime pas un truc dis le mais arrete de nous saouler quand on n'aime pas la meme chose que toi pasque t'es lourd...
    c'est la premiere fois que je dis ca a quelqu'un sur ce site ou l'ambiance est excellente.....
    ...et tout est question de gouts...

  • Choucroot

    05/03/2005 à 20h51

    Répondre

    Je trouve la scène de l' aeroglisseur sans interet. Cinematographique ? j' ai envie de commencer par dire "cool, mais c' est un jeu que je veux pas un film", mais en fait non, parce que c' est pas vrai que c' est cinématographique, ou alors du navet de premiere.
    Script par ci, script par la ?
    Il y en regulierement durant hl2, mais je ne trouve pas que ce soit un problème. On veut nous faire vivre une aventure, et les developpeurs ont leur vision de l' aventure qu' il nous obligent plus ou moin a suivre. Bon.
    Je serai pas contre si le jeu était renversant, mais je trouve que c' est loin d' être le cas. A propos de script, je viens donner ma version de la chose histoire de foutre encore plus la pagaille: un script est un évènement prévu et prévisible dans le jeu, qui se déclenchera de la même maniere a chaque partie (ex: monstre fracassant le mur le long du quel on marche, faisant s' éfondrer la toiture, liberant ainsi un passage vers l' exterieur). Ca peut donner de tres bonne choses, mais réduit la rejouabilité. Ce n' est pas forcement synonyme de dirigisme, mais d' apres ce qu' on voit depuis des années, les jeux scriptés se révellent tous dirigistes. Encore une fois, rien contre en ce qui concerne HL2, le 1 était scripté avec brio et totalement linéaire, ce qui ne m' a pas empeché de le finir 3 fois... chose que je ne ferai pour rien au monde avec hl2

    Et Farcry est aussi le fps qui m' a le plus embalé ces derniers temps, plus que doom3 passé la claque graphique, et plus que hl2 tout court qui ne m' a amusé qu' avec son moteur physique...

  • Mantis

    06/03/2005 à 12h14

    Répondre

    A moi. MGS3 n'est pas scripté. Il ne faut pas confondre cinématiques et scripts.
    Pour une meilleure definition de script. Ce sont des saynettes destinnées à renforcer l'immersion en plein jeu grance à des animations en 3D temps réel. Le roi des scripts s'appelle Medal of Honor. Voilà pour la définition.
    ET MGS3 N'EST PAS SCRIPTE!

  • kou4k

    06/03/2005 à 14h26

    Répondre

    rhoooo...
    mais le script contient tout ce qu'on a dit, donc tout le monde a raison .
    c'est aussi bien une réaction d'un pnj pré-programmée qu'une scene incrustée dans la partie ou encore un passage obligé pour le joueur.
    un script est une action décrite par le code source du jeu lui-meme.
    et 99.999999% des jeux contiennent des scripts, ne serait-ce que dans l'ia en elle meme...voila.(je fatigue la...lol)
    apres, un script peut-etre discret et invisible pour le joueur, ou tres directif et il devient visible pour le joueur habitué.
    un script réduit la liberté d'action dans un jeu s'il est directif, mais cela peut ne pas se voir... ca depend tout simplement du souhait du developpeur.

  • Mantis

    06/03/2005 à 17h25

    Répondre

    J'imagine que tous les joueurs ici utilisent le terme "scripté" pour dire "bourré de scripts visibles (voire chiants)".

    Dans cette optique, HL2 est scripté, mais MGS3 ne l'est pas (ou peu (ou prou)).

  • Kain2097

    07/03/2005 à 17h53

    Répondre

    kou4k a dit :
    lache l'affaire tu transforme le forum en ring!
    si t'aime pas un truc dis le mais arrete de nous saouler quand on n'aime pas la meme chose que toi pasque t'es lourd...
    c'est la premiere fois que je dis ca a quelqu'un sur ce site ou l'ambiance est excellente.....
    ...et tout est question de gouts...
    Sa sera pas la dernière alors mouahahah. Car quand on critique un jeux faut resté objectif un tant soit peu. Half Life 2 n'est pas mauvais a cause des choses que tu site. Là c'est une question de gout. Idem pour la personne qui trouve les actions durant la scène de l'hidroglisseur a chier.

    Les vrais défaut du jeux sont la difficulté trop faible, une IA vraiment très très décevante, quelque bug par si par là et des temps de chargement bien trop long et nombreux. Voilà les vrais défaut de Half Life 2, les défaut qui font qu'il ne seras pas LE fps qui tue.

    Moi perso, je prend chaque FPS pour ce qu'il est, Half Life 2 pour un film de Science fiction bourré d'action et de mystère, Doom3 pour un jeux d'horreur terrible, Far Cry pour la grandeur des décort etc...

    Le FPS qui m'auras le plus déssu l'année dernière a été Pain Killer que je trouve atrocement chiant. Car il ne rempli pas (pour moi) sont contrat de nous faire shooter tt le long. Des décort parfois plus vaste que le nombre d'enemis affiché, dc je cherche le dernier troufion qui se ballade dans ce décort imence. Le fait de passé de zone en zone rende le jeux moue et chiant. Les animation des gars et tjrs la même (alors que dans Doom 3 ou Half Life2 c'est très travaillé).
    Je pensais retrouver en painkiller les niveaux de fou d'un doom avec boucherie non stop.

  • kou4k

    07/03/2005 à 19h13

    Répondre

    je prefere quand meme les messages de ce genre...
    entierement d'accord avec toi, mais tu as critiqué les choix et gouts.
    et ca n'a rien d'objectif les gouts, quand aux defauts que tu as cités, ils sont, bien sur, les principaux et les veritables defauts techniques du jeu, mais ils ont deja été mis en evidence dans le test.
    et tout le monde n'a pas ecrit une critique du jeu mais aussi parfois son avis personnel. et c'est ce que j'ai fait ici.
    et les qualités cinématographiques de la scene de l'aeroglisseur sont incontestables mais je la trouve personnellement trop longue et linéaire. elle aurait mérité d'offrir une plus grande liberté d'action, entre autres,selon moi.
    et halflife² n'est pas un mauvais jeu, loin de là, et je ne l'ai jamais dit.

    sinon painkiller m'a saoulé aussi...aucun interret a part tirer sur des zombies attardés qui peinent a se defendre...relou.
    pour le genre, je lui prefere doom3 pour l'épouvante ou SeriousSam pour le bourrinage

  • Kain2097

    09/03/2005 à 22h45

    Répondre

    Moi perso j'attend F.E.A.R avec beaucoup, mais alors beaucoup d'impatience. Ce jeux sera LE FPS qui tue ça race s'il tiend ses promesse. En tout cas j'ais vu un video du jeux de 13mn... ça fait très très mal. Non de dieu que c bon...

  • Choucroot

    10/03/2005 à 03h55

    Répondre

    Et prend ca dans ta tronche

  • kou4k

    10/03/2005 à 12h49

    Répondre

    clair qu'il va faire mal... mais j'attend trop de F.E.A.R et j'ai peur d'etre decu. mais c'est pas parti pour me decevoir

  • gyzmo

    13/12/2006 à 17h32

    Répondre

    Après ma petite déception Dark Messiah, j'avais besoin de retrouver un jeu plus punchy. Je me suis tourné vers cet HL², avec encore à l'esprit les bonnes sensations vécues dans le premier. Sans arriver à sa cheville (ou du moins, au souvenir que j'en ai - ça date^^), je me suis bien éclaté avec cet opus !

    Le rythme est très bon. Il m'a fallu un moment pour en voir la fin (petit bout par petit bout) mais j'ai pas eu l'impression de m'ennuyer une seule seconde, même avec les séances véhiculées (perso, j'ai adoré). Bon, c'est super linéaire mais ça permet de confectionner des scripts excellents qui ont le mérite de maintenir l'action à haut niveau, et assez souvent. J'avais également oublié combien la franchise jouait la carte du glauque et du gore. Y'a des ambiances qui valent vraiment leur pesant de pépettes... tout en étant totalement jubilatoire : les scies circulaires ! D'ailleurs, à plusieurs reprises, les situations rencontrées obligent le joueur à varier l'utilisation de son attirail telles que les grenades, par exemple. Sympa... et encore moins interactif, mais bon...

    Sinon, pour le canon anti-gravité :
    (surtout dans les derniers chapitres, héhé)

    Puis la scénarisation de certaines séquences (généralement de présentation d'environnements : City 17, cache d'Eli, forteresse) et les activités journalières simulées m'ont encore une fois pas mal emballées ! C'est une marque de fabrique qui fait mouche, je trouve. Modélisations et animations des personnages au top, avec très peu de bugs ou collisions dans les moments d'interaction entre protagonistes (durant ce qui fait office de "cinématique". Remarquable gestion de l'ensemble ! Peut-être un peu plus chaotique lorsque Freeman est secondé par une petite armada. Mais là encore, j'ai trouvé le fait que l'on soit par moment accompagné d'une petite équipe très immersif et cohérent avec la trame principale. Pour une fois qu'on ne nous présente pas seul contre tous lorsqu'on parle de "rebellion".

    Et quelques truc ridicules :
    - la musique techno pulsée à 120 pendant certaines phases.
    - les dialogues et le charisme de certains protagonistes principaux.
    - histoire hermétique (mais ça s'arrange à la toute fin)
    - final justement trop facile (canon anti-gravité oblige^^)
    - moteur source qui bouffe du temps de chargement
    - cette nouille de Lamarr.

  • kou4k

    13/12/2006 à 18h44

    Répondre

    Et l'attaque made in Guerre des Mondes ...

    Tout de même de grands moments, malgré toutes les deceptions pour les fans...
    Faudra que j'y rejoue une fois pour essayer de comprendre quelque chose à l'histoire
    Meuh, déjà que j'ai la flemme de remettre steam pour CSS alors pour HL²...

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques