5/10

Halo 2 - Test

Pour la promotion de Vista, Microsoft frappe fort en sortant Halo 3 presque 4 mois avant sa sortie sur Xbox 360. Ah non attendez, il s'agit de Halo 2, le jeu Xbox de 2004 !

 

Alors qu'on attend Halo 3 sur Xbox 360, Microsoft tente de promouvoir Vista avec Halo 2. Après un Shadowrun pas très convaincant, les choix de la firme de Redmond concernant les premiers jeux pour leur nouveau système d'exploitation sont assez discutables.

Sonic ne serait pas content...
Sonic ne serait pas content...
Si vous avez raté l'épisode précédent, Halo est une arme gigantesque formant un anneau. Evidemment, les armes c'est mal, surtout quand ce n'est pas les nôtres, donc vous -le Master Chief- vous êtes empressé de casser cet anneau géant tout en luttant contre les forces alien en présence, les Covenants. Le travail terminé, vous rentrez sur Terre, et là commence une cérémonie de remise de médailles. A ce sujet, le Master Chief est quand même le premier militaire que je vois se pointer à une cérémonie avec son armure et son casque visière baissée, au milieu de tous ses camarades qui ont sorti leur uniforme du dimanche. Mais il avait du flair, le Master Chief, parce que c'est évidemment ce moment que les Covenants ont choisi pour lancer leur attaque. En quelques minutes, la superbe défense planétaire tombe en ruines, et c'est encore une fois à vous qu'incombe de sauver l'univers.

Cherchez l'intrus.
Cherchez l'intrus.
Un jeu Xbox de 2004, ça laissait présager du pire quant à la qualité graphique. Que les puristes se rassurent, leur jeu n'a pas été dénaturé, c'est le même, avec une résolution au dessus. Inutile de vous dire que ça n'a pas très bien vieilli. Ah ça, quand un Marine s'arrête pour qualifier un décor de digne d'une carte postale, on se dit qu'il ne doit pas en envoyer souvent.

Heureusement, le solo est plutôt bien rythmé, et les cinématiques restent agréables à regarder grâce à une bonne mise en scène, cependant gâchée par un très mauvais doublage français. Les musiques, qui n'ont pas pris une ride, accompagnent toujours aussi bien le déroulement de l'aventure. Evidemment, une action aussi soutenue impose un jeu très linéaire. Si vous êtes allergique aux couloirs, ne songez même pas à vous lancer dans l'aventure. Les capacités technique de la Xbox se ressentent, les rares passages en extérieur sont très souvent bordés par de grandes falaises, les réduisant ainsi à des couloirs naturels. Et lorsqu'on a la possibilité de voir au loin, c'est un dessin qui prend place, qui est certes joli, mais qui reste un peu cheap en 2007.

Vous serez parfois amené à jouer un covenant.
Vous serez parfois amené à jouer un covenant.
Surprise, les contrôles ne sont pas trop désagréables. L'équipe de Bungie a su faire quelque chose d'à peu près correct, malgré la présence de défauts assez récurrents dans ce genre d'adaptation : les déplacements sont lents, votre personnage flotte sur coussin d'air, le réticule est énorme, et la sensibilité de la souris a bien besoin d'être augmentée. Les armes sont assez nombreuses et variées, et vous pourrez à loisir en prendre une dans chaque main, même de type différent, pour peu qu'il s'agisse d'une arme ne nécessitant qu'une main pour être maniée. Ne rêvez pas, un rocket launcher dans une main et un fusil sniper dans l'autre, ce n'est pas possible. De plus, dans cette configuration, il vous sera impossible de jeter une grenade, ni passer sur votre arme secondaire. A vous de ramasser sur les cadavres de vos ennemis ce qui vous semblera le plus efficace.

Varions les plaisirs
Varions les plaisirs.
Pas de barre de vie, comme pour le précédent Halo, mais un bouclier auto-régénérant, qui vous permettra de subir quelques attaques avant de vous obliger à vous mettre à l'abri pour attendre qu'il se soit régénéré. Celui-ci permet d'éviter aux joueurs de recharger leur partie jusqu'à réussir à passer une épreuve avec un maximum de points de vie, ce qui casserait le rythme de jeu. Le bouclier est cependant assez fragile pour éviter de donner au joueur l'envie de courir au milieu des aliens. A noter que le jeu ne vous permet pas d'effectuer de sauvegardes, il fonctionne via un système de checkpoints où vous serez ramené si vous succombez. On se retrouve en présence d'un fonctionnement proche de jeux comme la série des Call of Duty ou de Gears of War.

Comme dans beaucoup de FPS, les ennemis se partagent un quota total de QI réparti entre les individus. Et dans Halo 2, ils sont nombreux, et en plus ils partagent avec vos alliés. Il ne faut donc pas s'attendre à un miracle, bien qu'il leur arrive d'avoir des idées lumineuses, comme le fait d'aller se mettre à l'abri ou de plonger si une grenade leur arrive dessus. Mais lors des phases de véhicule, ne leur laissez jamais le volant, où vous le regretterez très vite.

Une grenade bien placée fait toujours son petit effet.
Une grenade bien placée, toujours efficace.
L'aventure est assez courte, comptez moins d'une dizaine d'heures pour en arriver à bout. Ce n'est pas forcément un désagrément dans ce cas, car on a au moins l'avantage de ne pas s'ennuyer. L'action est constante et des phases en véhicule viennent agrémenter le gameplay. Dans l'ensemble, le jeu est assez simple, du moins dans son mode de difficulté par défaut.

Passons au multijoueur, celui-là même qui est censé justifier de la compatibilité du jeu limitée à Vista. C'est une nouvelle fois le Live qui est mis en avant, comme pour Shadowrun. Mais contrairement à ce dernier, les joueurs PC ne croiseront pas les joueurs console, ce qui est un bien pour la maniabilité. Là où le bât blesse, c'est que ça réduit énormément le nombre de joueurs en ligne. Le jeu permet, via un navigateur, de consulter les différents serveurs, et le constat est clair : il n'y a pas foule. J'ai constaté en moyenne moins d'une centaine de joueurs en ligne, ce qui est très peu compte tenu du succès impressionnant du jeu sur le Xbox Live côté console. De plus, peu de serveurs sont en Europe, donc il faut aussi apprécier de jouer avec un ping qui oscille entre 150 et 200.

Un bon vieux CTF.
Un bon vieux CTF.
Du haut de ses 7 modes de jeu et de ses 23 cartes, Halo 2 proposait pourtant un multijoueur consistant. Le fun est là, mais le jeu ne propose ni l'originalité ni la réalisation qui pourraient convaincre les joueurs de passer outre la contrainte de devoir obligatoirement posséder Vista. Et avec le Live vient l'abonnement, bien que le Live Silver, gratuit, permette d'accéder au navigateur de serveurs. Ils seront cependant privés des serveurs réservés aux abonnés Gold, des récompenses, du système de recherche de partie, et de la liste d'amis. Pour avoir accès à toutes ces fonctionnalités, présentes gratuitement sur la plupart des FPS PC, il faudra payer entre 7€ par mois et 60€ par an.

Halo 2 est un bon jeu console de 2004. Retrouver le même sur PC au prix fort, qui de surcroît impose Vista pour y jouer, on a du mal à y croire. Malgré le succès de la série, je doute que le seul nom de « Halo » suffise à promouvoir le nouveau système d'exploitation de Microsoft. Et c'est sans compter le fait que ce succès a opéré auprès d'un public de joueurs Xbox, et que l'on parle ici de FPS console, un genre dont le PC supporte difficilement les adaptations.

Configuration de test : Intel Core 2 Duo E6600, 2 Go de DDR2, GeForce 8800 GTX.

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques