4/10

Hole in the Wall - Le Mur Infernal - Test

Hole in the Wall est un petit jeu du XBLA qui vous amusera un peu pendant une soirée Kinect avec des amis, mais pas bien longtemps, par manque de profondeur et de qualité ludique. L'ensemble fait trop mini-jeu pour faire passer la pilule...

Le Xbox Live Arcade s'est ouvert au monde du Kinect. Après un sympathique Fruit Ninja Kinect, voilà qu'une adaptation du jeu télé Le Mur Infernal pointe le bout de son nez. Hole in the Wall, dans son titre original, est un jeu qui vous demandera de gesticuler de manière à ce que votre avatar virtuel puisse passer dans un trou, seul moyen d'éviter que le mur ne vous pousse dans la piscine derrière vous. Laurence Boccolini n'a pas été invité, tant mieux, mais malgré cela, on n'atteint pas des sommets.

Un mur de gruyère

Le concept de Hole in the Wall est donc très simple, même sans doute TROP simple. L'avantage bien sûr, c'est qu'il ne faut pas de temps d'adaptation pour piger le truc. Un mur avance vers nous, une silhouette se dessine dans celui-ci, à
Salut moi c'est Hulk, et je bouge mon corps
nous de faire la pose : golfeur qui swingue, en équilibre une jambe en l'air, à quatre pattes par terre, etc... Jouable à deux en même temps et jusqu'à quatre par équipe (2 contre 2), Hole in the Wall n'a d'ailleurs d'intérêt que dans cette formule. Seul devant sa télé, le temps de jeu ne dépassera pas le quart d'heure. Ensuite, on retourne sur l'interface Xbox et on joue à autre chose. Les développeurs chinois de Virtuos Games n'ont pas réussi à proposer de challenge particulier à ce titre. Deux modes de jeux seulement et c'est tout. Le premier est un mode spectacle, composé de quatre manches de dix murs chacune. Pour chaque manche, il est possible de rater deux murs, mais au troisième c'est le game over. Et malheur à vous si le dernier arrive à la dernière manche, il faudra tout recommencer. Le second est un mode survie, des plus classiques, dont le but est simple : on enchaîne des murs et au premier loupé, hop c'est fini. Et sinon? Bah euh rien...

Bouge ton corps

Si la profondeur de jeu ne paye pas de mine et si la diversité des modes ne nous filera pas une bonne claque, on peut toujours espérer que l'habillage rattrapera le tout. Commençons tout d'abord par l'interface général, pauvre à souhait avec des couleurs ignobles, allant du jaune de damas au rose fuchsia. Musicalement parlant, le calvaire continue, avec une bande son naze à souhait qui casse les oreilles, comme si on était bloqué dans un ascenseur avec la musique en boucle à fond. L'avantage avec ce combo musique/interface
Et ma copine est verte de jalousie
franchement de mauvais gout, c'est qu'on ne restera pas longtemps dans les menus. Mais en fait, une fois en jeu, face au mur infernal, c'est pas beaucoup mieux. Une voix off énervante, un décor unique qui ne cassera pas trois pattes à canard, et une piscine à la couleur radioactive. L'ensemble ne provoque aucun enthousiasme, c'est mou du genou, le côté festif est clairement absent, et dans ce style de titre c'est se mettre une balle dans le pied ! Et pour combler le tout, la reconnaissance du Kinect n'est pas au top. Tout d'abord, il est effarant que ce soit notre silhouette qui doive s'adapter à la taille des trous dans le mur. En gros, si le calibrage de la caméra est approximatif, on devra se positionner dans un trou bien trop petit pour notre stature et à moins de se couper les jambes au niveau du genou, certains passages sont infaisables dans cette situation. Et le pire c'est que parfois, même si notre position est nickel-chrome dans le trou, eh bien le titre ne capte rien, et on se retrouve bêtement au fond de la piscine, à cause d'un “bug” de reconnaissance. Rageant, surtout dans le mode spectacle, où le moindre raté peut être fatal.

Je peux pas demain, j'ai piscine

En conclusion, ce test est assez clair sur la déception générale que provoque Hole in the Wall. Bien entendu, lors d'une soirée arrosée avec des amis le titre pourra être amusant un petit moment, mais pas pour sa qualité vidéoludique. C'est un peu comme regarder un bon nanar : c'est à chier mais on en rigole tellement c'est horrible. Il est dommage que les développeurs n'aient pas poussé le concept du titre un peu plus loin, avec plus de mini-jeux, plus de décors, des bonnes musiques qui mettent l'ambiance et plein d'autres choses qui auraient donné envie d'y replonger en état normal. Là, on a plutôt l'impression d'être devant un mini-jeu de Kinect Adventures, ce qui fait vraiment léger pour un titre payant, même à 800 points Microsoft...

Les +

Les -

Jouer avec son avatar

Reconnaissance Kinect parfois à la ramasse

Laurence n'a pas été invitée

Interface et ambiance générale bien fade

On cherche encore...

Trop vide, pas de fond, bref on fait trop vite le tour


Venez, elle est bonne je vous jure!

A propos de l'auteur

Le fanboy Xbox de l'équipe

    0 commentaires

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

    Rubriques