5/10

Inazuma Eleven 3 : Les Ogres attaquent ! - Au bord du carton ?

Mark Evans et Inazuma sont de retour pour le tournoi mondial et bien plus encore ! Mais au vu du précédent épisode, attendez-vous à un add on plus qu'à une véritable révolution...

La Saint-Valentin approche et vous vous demandez quoi offrir à l'être aimé ? Pourquoi pas Inazuma Eleven 3 : les ogres attaquent ? Bon, je vous l'accorde, j'utilise un prétexte douteux pour placer le jeu dans mon intro mais si le jeu était sorti comme au Japon, on l'aurait eu pour Noël… 2010. En effet, Inazuma fait partie de ces jeux qui arrivent en Europe avec un retard presque honteux. Sorti sur DS (la précédente console, vous lisez bien), six mois après le troisième épisode, cet Inazuma est donc un portage de la version DS vendu plein pot sur notre belle 3DS. Autant le dire tout de suite, il ne faudra donc pas s'attendre à une explosion graphique et à un débordement d'innovations. C'est d'autant plus rageant, qu'au même moment, le troisième jeu consacré à Inazuma sur 3DS sort au Japon (Inazuma Eleven GO : Galaxy). Cependant, faut-il tout jeter aux orties ? Si l'on devait juger le jeu au générique d'intro… peut-être. Sûrement le générique le plus faible avec son faux air de plage et ses paroles façon slam maladroit. On est loin du générique du second opus qui demeure le plus membré ! Comme, ce n'est pas un jeu de chant, on appuie sur start et on démarre sa partie.


J'espère que la lessive du coach est bonne !
Pour ceux qui ont joué au précédent opus, les grandes lignes vont être présentes à savoir que, quelques mois après la défaite de l'Alius Académie, Mark Evans est chaud bouillant (comme toujours) lorsqu'il arrive au collègue Raimon (prononcez le « à la française » pour plus de fun) et il apprend que le Football Frontière International va avoir lieu. Le Japon décide de former Inazuma Japan et les qualif' commencent. Jusque-là, rien de nouveau par rapport à l'autre jeu : on affronte des pays, on renforce son équipe avec Archer, Hawkins et les autres nouveaux ou non que l'on a sous la main. Ce qui change va être l'équipe Ogre qui vient du futur pour obéir au colonel Hillman qui veut éradiquer le football de la planète pour sauver les jeunes des dangers de ce sport. Canon Evans, arrière petit-fils de Mark va lui aussi se lancer dans le passé afin d'aider son aïeul à sauver le foot. Naturellement, je ne vais rien vous spoiler d'autre mais l'implication des Ogres et de Canon sont finalement assez anecdotiques pour une bonne partie du jeu et nous ne pouvons pas décider de rallier la cause des ennemis. Pas de grands chamboulements mais les fans de l'animé seront contents. Ceux qui avaient déjà l'opus précédent seront plus dubitatifs devant l'intérêt de cet épisode qui apporte finalement peu de choses dans le fond.


Prêt pour le match ! 
Cependant, il y a de quoi faire et les amis de la glande trouveront leur bonheur en affrontant les équipes diverses en mode libre, en participant à des tournois ou en recrutant des joueurs. Pour cela, le système à l'ancienne où on joue les recruteurs des rues ou bien la machine à joueur qui vous débloquera de nouveaux camarades moyennant des jetons virtuels obtenus dans des défis. Il y a un paquet de monde à recruter même si certains joueurs auront un air peu inspiré. Mais c'est aussi ça le charme d'Inazuma : pouvoir constituer des équipes aussi variées et marrantes que possible. Surtout que certains joueurs viendront se joindre à vous d'eux-mêmes (c'est gentil).

Le gameplay n'a pas tellement changé depuis le test de Nicolas (ici) mais il demeure efficace. Le système de remplacement étant plus permissif que dans les règles usuelles du football, vous aurez de quoi surprendre vos adversaires en usant et abusant des techniques spéciales. Elles ne sont pas invincibles mais en glandant bien vous aurez une équipe solide et efficace. En effet, si vous acceptez tous les défis et que régulièrement, vous vous lancez dans des matchs amicaux ou des tournois, vous grimperez en expérience et débloquerez des techniques dévastatrices. De plus, vous aurez un capital, de moral, d'amitié, d'argent et de jeton appréciable sans trop d'effort. L'avantage ultime est de pouvoir faire évoluer votre joueur préféré pour en faire un talent incontournable. Je suis un grand fan de Tod Ironside, j'ai donc eu de quoi faire car de prime abord, ce n'est pas toujours évident de miser sur lui (contrairement à un Axel Blaze ou à un Shawn Frost).


Tout le monde est là ?
Néanmoins, malgré le potentiel glande assez élevé et sans parler du fait que ce jeu soit un portage, les matchs relatifs à l'histoire sont souvent assez pénibles car l'ordinateur ne veut rien comprendre si vous sortez du scénario. Ainsi, si Hawkins doit marquer dans un match, vous ne pourrez rien faire avant que le garçon ait placé son but. Cela donne des matchs assez frustrants dans 90% du temps. Heureusement le match contre les filles au début ou encore le match contre des rivaux potentiels d'Inazuma Japan viendra nous soulager un peu de ce fardeau (encore que l'on parte avec un but de retard dans le second cas).

En somme, rien de neuf sous le soleil d'Inazuma. On garde les bases du dernier épisode auxquelles on ajoute les Ogres et trois broutilles. Les fans seront forcément aux anges mais les autres trouveront que pour que cet opus sent « l'add on plein tarif ». C'est dommage car le système de jeu et les tonnes de joueurs à trouver rendent cette saga prenante mais, à moins d'être accroc ou d'avoir loupé le précédent volet, vous ne serez pas transportés.

 
Petite photo de famille ! 

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques