8/10

Inazuma Eleven Go - Lumière - Lumineux !

Inazuma est de retour et la coupe du monde n'a qu'à bien se tenir ! Un épisode encore plus addictif que les précédents !

Il y a des séries qui bouffent tout notre temps de jeu. Les épisodes passent et on ne peut pas s'empêcher de jouer et de collectionner les différentes cartes, pokémon ou… footballeurs. En effet, Inazuma est de retour et si l'on trouvait à redire un peu sur certaines mécaniques, on était impatient de découvrir le premier épisode véritablement développé pour la 3DS. Sorti initialement en décembre 2011, nous pouvons enfin mettre la main sur Inazuma Eleven GO. Pour ceux qui avaient fini le dernier épisode de la saga, un chapitre spécial nous mettait l'eau à la bouche. La patience a-t-elle été récompensé ?


Arion et ses amis (Coucou JP! ) !
Mark Evans et ses amis ont tout fait ou presque : gagner le championnat des collèges, vaincus les aliens, combattus les démons, fait un bond dans le futur et remportés la coupe du monde. Il était donc temps de céder la place aux nouveaux et c'est ainsi que nous incarnons Arion Sherwind. Dix ans après la fin de la coupe du monde, le football est devenu un élément clé de la réussite et du succès des individus et des collèges. Pour pouvoir « réguler » le football et son influence, l'empereur sacré a mis en place un système où les matchs et les enjeux sont décidés à l'avance. Si on veut toucher une balle de foot et briller, il faut suivre l'empereur et son organisation : le 5ème secteur. Arion, lui, n'a qu'un seul rêve : intégrer Raimon car il a fait la promesse d'y entrer après qu'un joueur du fameux collège lui ait sauvé la vie. Il a nourri son rêve des exploits des Inazuma Eleven et pour lui, le football, c'est un plaisir, une entité libre où l'on peut vivre pleinement. Autant dire qu'entre Arion et l'empereur, un monde les sépare. Très vite, nous allons donc avoir une lutte sportive entre les idéaux nobles d'Arion et la volonté de fer du 5ème secteur. Quand on sait que le tournoi de la route sacrée peut mettre un terme à la loi de l'empereur et rétablir « le vrai football », chaque match est essentiel. Le scénario est dans l'idée des Inazuma Eleven, c'est à dire que le football est un plaisir et qu'il faut le défendre et combattre le mal à travers lui. Les personnages des anciens épisodes seront plus ou moins présents selon leur implication et il est amusant de voir l'évolution de chacun suite aux dix années écoulées. Les nouveaux personnages ne sont pas en reste et si Arion est l'archétype du chic type passionné à l'instar de Mark Evans, nous retrouvons une galerie de joueurs variés comme Ricardo le stratège, Victor le taciturne ou encore le bondissant JP. Certes, tout est globalement manichéen et il n'y a que dans Inazuma qu'un championnat de collège peut remplir les stades et décider autant du sort du monde mais on s'attache vite et il y a assez de dialogues pour faire vivre chaque personnage et nous faire suivre le jeu.


L'entraînement à la dure ! 
Certes, nous allons enchaîner les matchs et visiter la terre entière mais l'ensemble du jeu est devenu plus dynamique. On accède à sa formation, composition d'équipe, sans chipoter. Les voyages via la carte ont été revus et sont désormais accessibles sans devoir sortir d'une zone. De même, les agaçants défis aléatoires sont désormais des personnages avec lesquels converser pour faire (ou non) un challenge. De même, le système de recrutement a été changé. Ici, nous avons des vendeurs de cartes. Lorsqu'un joueur vous intéresse, vous allez voir le détenteur de la carte joueur et moyennant des points d'amitiés et certains objets, vous avez une nouvelle recrue. Les objets s'obtiennent dans les boutiques, les défis, les matchs ou encore en ayant pris des photos spécifiques (une fontaine, un livre, etc) ou déjà recruté un personnage particulier. Ce système permet d'explorer le monde (donc de bien glander) mais également de sortir de la routine de défis ou de chercher un joueur qui apparaît aléatoirement. Cela dit, le fait d'avoir à recruter des joueurs spécifiques nous oblige à faire un jeu de piste peu attrayant dans certains choix et qui réclamera une très grande patience si vous voulez composer votre équipe de rêve. Ce revirement demande donc de la persévérance et mettra votre passion à l'épreuve. On perd le côté naturel et rapide de la machine à recruter ou le « fun » des jetons. Cela dit, le jeu en vaut la chandelle car vos personnages préférés des précédents volets seront présents (Youpi Tod Ironside est dans la place) mais également des personnages fantasques comme Spotter (je vous laisse découvrir son identité). Même Kappa est de retour (pour ceux qui sont fans) !


Le stratège est dans la place !
Mais ce qui compte vraiment, c'est le football ! Alors, oui, les graphismes sont maintenant à la hauteur de la 3DS. Oui, les musiques sont toujours aussi bonnes et quelques riffs de guitares viennent même embellir les affrontements et encore oui, le générique de début de jeu est marrant et va encore rester gravé dans nos têtes. Techniquement, le jeu nous séduit avec pleins de cinématiques et de choses en tout genre. Pour le football, il y a trois grandes choses à retenir pour ne pas sombrer dans l'avalanche technique.

1 – Les joueurs ne sont plus des otaries. En effet, dans le dernier volet, j'abusais des passes en hauteurs pour snober mes adversaires. Bien qu'Inazuma ne cherche pas à être une simulation, cela était un peu étrange tout de même (sauf dans Italia 90 mais ce jeu date sévèrement). Dorénavant, la plupart de vos passes sont au sol et nous retrouvons la joie des «1-2 » ou des systèmes de passes en triangle. Ainsi, la place de vos joueurs et leurs capacités de dribbles, maîtrise du ballon ou de défense sont à prendre en compte encore plus qu'avant. Nous sommes davantage dans le duel ou le jeu réactif.

2- Les esprits guerriers sont dans la place. Ces derniers sont des manifestations physiques de la force de tel ou tel joueur. Le héros ou d'autres personnages puissants peuvent les invoquer et posséder ainsi une force gigantesque qui peut friser l'indécence parfois. Si les effets sont jolis et que cela change véritablement la nature des matchs, je dois dire que ce système est un poil abusé dans beaucoup de cas. Un joueur moyen doté d'un esprit guerrier peut renverser le match en deux coups de cuillère à pot (plus qu'un bon joueur sans esprit guerrier). Cet effet est encore plus puissant (abusé) quand on peut le recharger moyennant un sacrifice d'énergie de la part de l'équipe. Si l'idée est intéressante et que cela change la donne dans nos habitudes, c'est également une limitation dans la créativité et la stratégie des matchs puisque vos « gros bills » sont presque impossibles à stopper pour certains (et ceux malgré vos belles techniques). Petit point à savoir : l'animation qui suit une jauge d'esprit qui est vide est assez choquante pour les plus sensibles puisque votre joueur a l'air de faire un arrêt cardiaque sur le terrain.


Kirk et sa fiche de recrutement !
3 – Le système de défense permet en tapotant l'attaquant visé de lancer des prises à deux ou à trois très facilement. Cela permet aussi de mieux jouer sur la règle du hors jeu. Les autres changements sont des tactiques spéciales moins nombreuses mais c'est un bon point car cela pourrissait un peu le rythme des matchs. De même, le « en force » de l'attaquant n'est plus présent pour renforcer les duels. Ces derniers (hors techniques spéciales) mettent davantage à l'honneur les mouvements risqués comme les dribbles et les tacles. Cet ensemble contribue donc à dynamiser les affrontements pour rendre les matchs très vivants et rythmés.

En résumé, Inazuma Eleven Go utilise pleinement les capacités de la console et offre du grand spectacle. Les matchs sont vivants et même ceux du mode histoire sont plus sympathiques car non soumis au chronomètre (ou rarement). De même, les matchs ont maintenant des prolongations et des épreuves de tirs au but. Côté contenu, vous avez largement de quoi faire question exploration, tournois, matchs en tout genre et recrutement. Les heures vont donc défiler à toute berzingue. On a donc du temps devant soi pour patienter avant le prochain épisode.
Un vent de panique sur la défense  adverse ? 

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques