7.5/10

Insanely Twisted Shadow Planet - Test

Le Summer of Arcade porte décidément bien son nom : une sélection de titres sympas, frais et bien foutus aux mécaniques de gameplay simples à prendre en main pour enquiller les heures de fun en cette période estivale. Et ce n'est pas Insanely Twisted Shadow Planet qui viendra changer cette heureuse donne, bien au contraire !

Insanely Twisted Shadow Planet est le troisième jeu de l'édition 2011 du Summer of Arcade à débouler sur Xbox 360 (et avec une petite semaine de décalage dans nos colonnes puisque sa sortie précédait de quelques jours celle de Fruit Ninja Kinect), et il est issu de l'imagination du talentueux Michel Gagné, artiste canadien ayant œuvré jusqu'ici dans l'animation et le dessin et dont c'est ici le premier jeu vidéo.

Il était une petite soucoupe...


Un univers riant et chaleureux...
Passée une rapide séquence d'intro sur fond de musique à grand spectacle, Insanely Twisted Shadow Planet rentre direct dans le vif du sujet et met le joueur aux commandes d'un petit UFO équipé comme il faut pour se lancer dans l'exploration de la « démentiellement tordue planète ombreuse » qui constitue le stage principal du jeu (en plus de lui donner un titre hyper sympa).
Le petit vaisseau (qui se contrôle au stick gauche et répond au doigt et à l'œil) ne possède au début que deux features : une pince-grappin et un laser. Le premier sert bien entendu à agripper des trucs (rochers, végétation etc), le deuxième permet de se défendre contre les nombreux ennemis du jeu et les deux sont fixés à un bras mécanique orientable à 360° autour de l'astronef (et que l'on contrôlera lui avec le stick droit, en addition avec la gâchette droite pour ce qui est de faire feu ou se saisir d'un élément du décor). Au fur et à mesure de la progression le joueur sera amené à se procurer de nouveaux équipements (une scie circulaire pour tailler dans certaines zones du décor, un canon, un bouclier, des missiles téléguidés...) et toutes ces options pourront être upgradées pour gagner en puissance et avancer dans l'exploration (à noter aussi qu'on peut choisir de les affecter librement sur les quatre boutons de couleurs).

A l'ombre des géants


Des autochtones serviables et ouverts...
Bien que doté d'une identité visuelle forte et maîtrisée, Insanely Twisted Shadow Planet rappelle pourtant et instantanément un certain nombre de titres de par son look et sa structure. Impossible par exemple de ne pas penser à Outland ou Limbo pour ce qui est du rendu en ombres chinoises au premier plan, de même que le titre paie son tribut à la série des Metroid puisqu'il n'est pas découpé en niveaux successifs mais se présente comme un seul et immense ensemble dans lequel on progressera sur le même principe que dans les aventures de Samus Aran, à savoir en débloquant des accès qui donneront lieu à des améliorations des divers gadgets de la soucoupe qui elles-même permettront ensuite d'accéder à de nouvelles zones (contenant aussi des artworks), et à quelques patrons bien mégalos puisqu'ils font rien qu'à remplir tout l'écran à chaque fois. Et comme eux aussi émargent à l'amicale des boss « à l'ancienne », il s'agira de repérer leurs patterns d'attaque et faire bon usage de son matériel embarqué pour les mettre à bas.

...mais il fait le maximum !


...et des chemins de traverse pour faire des
randonnées sympas !
Insanely Twisted Shadow Planet
ne manque donc pas d'afficher, en plus d'une esthétique et d'un gameplay des plus réussis, de bonnes et belles références ce qui, tout comme pour Outland, ne le dessert nullement puisqu'il s'agit là aussi d'un recyclage efficace et maîtrisé de mécaniques qui ont fait leurs preuves, d'autant plus qu'encore une fois la maniabilité est un régal et que le level design est un modèle du genre. Si l'on ajoute à cela que le jeu alterne intelligemment le shmup de bon goût avec la résolution d'énigmes motivantes et parfois cotons, on comprendra qu'on ne lâche rapidement plus le pad jusqu'au final qui, bien qu'arrivant un peu trop vite, conclut quatre à cinq heures intenses et fun dans les tréfonds de la planète démente, ce qui somme toute est loin d'être honteux pour un jeu téléchargeable vendu à petit prix.

Les + Les -

+ Ultra maniable

+ Ultra fun

- Malheureusement un peu court

 

 


A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques