5/10

Inversion - Test Xbox 360

L'été est synonyme de période creuse dans l'actualité des jeux vidéo, du moins en juillet, où les sorties sont inexistantes ou presque. C'est l'occasion pour un éditeur de sortir leurs jeux moyens pour espérer en vendre un peu, grâce à une concurrence inexistante. Inversion, avec sa sortie calée en plein mois de juillet, pourra toujours servir de tueur de temps libre pour le gamer qui ne verra pas la mer cette année. Mais, concrètement, que vaut ce jeu au titre original ?

Dans Inversion, le héros s'appelle Davis Russell, un jeune papa heureux en couple et flic courageux en rab. Son coéquipier s'appelle Leo Delgado. Les deux acolytes
DR.
vont être les témoins d'une agression soudaine : les Lutadores sont venus nous envahir. Le scénario est très classique. Cela rappelle un peu Gears of War avec cette histoire d'invasion. Non en fait, c'est pompé à mort sur Gears of War pour tout. C'est un TPS bourrin, avec des mecs aux gros bras. La maniabilité est une copie carbone du titre d'Epic Games, en moins bien calibrée malheureusement. Même le Lanzor a été pompé dans sa version Rétro, avec une mitraillette greffée d'une lame pour planter ses ennemis. Malheureusement pour nous, ce n'est pas parce qu'on copie à outrance une référence du genre qu'un jeu sera excellent.

Le premier gros souci de Inversion, c'est le rythme. Le jeu est haché, avec un tempo qui s'essouffle, la faute à pleins de petites scènes de dialogues pas franchement excitantes. On n'arrive jamais vraiment à entrer dans l'action. C'est dommage, car dans ce genre de jeux, on a besoin de se sentir dans la bataille, avoir
DR.
une envie folle de dézinguer du vilain. Ici, on s'ennui, on attend la suite de l'histoire, puis quand un combat arrive, on se dit que l'attente n'en valait pas la peine, à cause d'une IA bof bof, et d'un level design inexistant. Pourtant Inversion nous propose une originalité, à savoir, pouvoir jouer avec la gravité via le GravLink. Enfin, je dis originalité... par rapport à Gears of War hein... Il est en effet possible de détruire le décor pour tuer nos ennemis, inverser la gravité pour trouver un passage, lancer des objets dans la face des vilains... Comment expliquer au lecteur que malgré de bonnes idées, Inversion n'arrive pas à accrocher le joueur... Mystère...

Pourtant le jeu n'est forcément vilain, graphiquement c'est correct, on a vu bien plus moche sur la console. De plus, on peut même faire la compagne en coopération, et la durée de vie pour boucler l'histoire est d'environ huit heures. Pas d'énorme 
DR.
défaut à l'horizon... Mais Inversion est tout sauf un jeu qui a du peps. La mise en scène est digne d'une série Z. Les dialogues sont creux, les personnages vides et stéréotypés. Les ennemis sont fadasses, les gunfights mollassons, les armes manquent de puissance de feu, le rythme est casse pied... Bref, Inversion, on y joue sans vrai plaisir, on se traine pour le finir, car bon, c'est pas injouable, il n'y a pas de raisons d'arrêter. Et puis, quand on l'a terminé, on le range et on se dit "mouais, c'était sans plus" et on l'effacera rapidement de notre mémoire. Et ce n'est pas le multi-joueurs rasant et désert qui va nous motiver à y revenir. Heureusement, le titre sort dans une période creuse et au prix maxi de 40 euros. Inversion aura au moins une utilité : occuper le joueur qui s'ennuie grave.

A découvrir

Azada - Test 3DS

Partager cet article

A propos de l'auteur

Le fanboy Xbox de l'équipe

    0 commentaires

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

    Rubriques