7.5/10

Jake Hunter Detective Story : Ghost of the Dusk - Test 3DS

Jake Hunter Detective Story : Ghost of the Dusk, c'est forcément un jeu japonais avec ce nom à rallonge. Et c'est forcément une bonne surprise, malgré son aspect et ses mécanismes un peu rétro. NB : attention, textes en anglais uniquement.

Je confirme, c'est bien un jeu japonais, dénommé au pays du soleil levant, Tantei (= détective) Jingūji Saburō. Aussi prisée là-bas qu'elle est inconnue chez nous, la série date de 1987, année de sa première édition ! Pas mal. Mais il y a plus : on ne compte pas moins de 18 éditions passées ! Très peu de jeux peuvent en dire autant, peut-être Assassin's Creed ou Resident Evil, mais aucun jeu d'enquête. Dernière surprise, deux opus seulement ont été édités hors Japon : Jake Hunter : Detective Chronicles et Jake Hunter Detective Story : Memories of the Past sur la bonne petite DS en 2008 et 2009. 

Bref, que de bonnes raisons pour jeter un coup d'oeil sur cette nouvelle sortie dont l'Europe fut enfin gratifiée, avec les Etas-Unis bien sûr, par l'éditeur de confiance Aksys Games.

Au départ, malgré un excellent générique d'introduction aussi énigmatique que fascinant, on est un peu surpris de retrouver les vieilles mécaniques propres aux anciens jeux DS d'aventure/enquête : images fixes, longs défilés de texte, navigation et déplacement limités, peu de zoom sur les salles à explorer, même pas d'examen d'indice en 3D, une qualité graphique pas exceptionnelle. Les plus anciens d'entre nous apprécieront ce côté rétro qui nous rappelent de bons souvenirs, car on sait depuis longtemps qu'un jeu peut largement nous capitiver malgré des moyens limités. Pour les autres, il vous faudra peut-être un temps d'adaptation, mais il vaut carrément la peine.


Plans fixes et système de jeu assez rétro.

Le premier chapitre sur les six n'est pas très percutant pour autant. Il fait en réalité office, on le comprend après, de tutorial et d'introduction à une histoire éminemment complexe. Lentement mais sûrement, on sent qu'on aura un scénario bien monté : les personnages s'ajoutent, les dialogues et actions n'atteignent pas initialement des sommets d'intensité ou de suspense, mais les dépassent largement par la suite. On va de découvertes en découvertes, de surprises en surprises : un mort, deux morts, trois morts, celui dont on se méfiait n'y était finalement pour rien, certains qu'on ne pensait pas voir mourir sont assassinés, notre héros que l'on pensait intouchable se fait bêtement piéger, on incarne même quelqu'un d'autre sur un des chapitres. La montée en puissance est véritablement bien menée, avec une écriture des dialogues suffisamment approfondie pour ajouter au passage de belles séquences d'émotion, sur fond d'une bande-son jazz blues très envoûtante, avec de temps en temps des mélodies plus orchestrales et nerveuses quand l'histoire s'accélère. Et évidemment, on est loin de tout manichéisme, comme savent très bien le faire les Japonais avec leur sens aigu de la nuance. Même le meutrier, pourtant particulièrement antipathique et cruel, inspire une forme d'admiration et se voit d'ailleurs conférer le titre même du jeu : Ghost of the Dusk.

Le fond de l'intrigue n'est pas en reste avec une affaire prenant racine dans la guerre froide, le KGB et l'effondrement du venimeux système soviétique. Là encore, les plus anciens d'entre nous qui ont connu la chute du mur de Berlin et du Rideau de Fer y trouveront une certaine résonance avec leur propre vécu. La précision du jeu, qui est en outre capable de faire allusion au fait que le charmant tyran qui sert d'actuel président à la Russie est un ancien du KGB, ne fait que forcer l'admiration pour les scénaristes du studio Arc System Works.


Une intrigue au départ simple qui monte en puissance pour aller finalement très loin .

Quant aux actions de jeu, malgré le côté rétro de la mise en scène, elles sont suffisamment variées pour nous donner un vrai sentiment d'être acteur-trice du jeu, et pas seulement spectateur. On alterne avec les classiques scènes de recherches dans des lieux divers (investigate), de plus originales confrontations verbales (talk profile) et d'intéressantes phases de réflexion-déduction (think ou deduct). Concrètement, que ce soit en talk profile ou think/deduct, on a juste à choisir la bonne réponse parmi celles proposées, trois en général, donc il suffit de procéder par élimination pour y arriver.Mais on savoure quand même tout le plaisir de réussir du premier coup en prenant vraiment le temps de réfléchir à tout ce que l'on a déjà appris. Et là on découvre à nouveau la bonne construction du jeu, car il y a toujours un élément qui nous permet de découvrir la bonne réponse. On regrette cependant, dans ces phases, de ne pas avoir accès au journal du menu ou à l'inventaire. Il n'y a d'ailleurs pas non plus de bloc-note ou d'historique des dialogues, ce qui est une vraie carence pour un jeu du genre, qui plus est édité sur 3DS. 

À ce propos, notez qu'il y a tout au long de l'aventure des mots de quatre lettres à taper dans un menu optionnel pour avoir accès à des bonus, histories annexes. Et énorme bonne surprise, le jeu nous offre quatre anciennes éditions qui avaient été produites sur portable : Legend of the Demon Princess, For Love, Forget-me-not, Four Seasons + un épisode comic Jake Hunter Unleashed ! Autant vous dire que la durée de vie, de 16H rien sur Ghost of the Dusk, est multipliée par deux, voire plus... Pour un tel contenu, le prix dans l'absolu un peu élevé - 40 € - en devient dérisoire.

Donc, n'hésitez pas, les bons jeux d'enquête ne courent plus trop les rues sur 3DS, alors Jake Hunter est une occasion à ne pas manquer.


L'émotion, loin d'être absente.

Partager cet article

A propos de l'auteur

Aventures, enquêtes, mille et une énigmes, réflexion ; jeux aux thématiques profondes, originaux, décalés, indépendants, telles sont mes passions. De temps à autres, aussi du 100 % action. Féministe avertie, assoiffée de justice, je rejette toute forme de discrimination ; donc j'écris aussi en manga, BD, cinéma, livres, séries ou jeux de société.

    0 commentaires

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

    Rubriques