9.5/10

Jet Set Radio - Test

La Dreamcast aura accueilli les titres les plus originaux et les plus novateurs des consoles 128 bits. Chu Chu rocket, Samba de Amigo, Power Stone 2... Et surtout Jet Set Radio, une petite perle qui n'a pas eu le succès escompté. Qu'importe ! Je suis justement ici pour réhabiliter ce chef-d'oeuvre !

Restituons le contexte : dans le futur, dans une ville imaginaire appelée Tokyo-To, des bandes de jeunes à rollers magnétiques sillonnent la ville armés de bombes de peinture pour graffer toute la cité. Toutes s'affrontent pour le contrôle des murs de la ville pendant que les flics essaient de rétablir l'ordre et que le Professeur K balance une musique de folie sur les ondes pirates de la Jet Set Radio ! Vous faites partie de la bande des GG et vous tombez sur une histoire bizarre de disque maudit. Enfilez vos rollers, prenez vos bombes et montez le son ! Préparez-vous à en prendre plein les yeux et les oreilles !

Alors concrètement ça donne quoi en matière de gameplay ? C'est très simple : vous commencez par choisir un perso de votre bande. Chacun possède ses forces et ses faiblesses comme le nombre de bombes qu'il peut trimballer, sa vitesse... Vous en débloquez tout au long du jeu. Déjà, on remarque un character design délirant : pour vous donner un ordre d'idée, les persos ont l'air de ressembler à des stéréotypes du 93 qu'on aurait relooké à la sauce J-pop futuriste !
Après vous vous retrouvez dans un des trois quartiers de Tokyo-To avec un temps limite et une mission à accomplir : soit couvrir la ville de tags soit tagguer le dos de « boss ». Chaque quartier possède une ambiance : la zone indus, le quartier de la nuit et le quartier résidentiel. Je vous rassure, il y a aussi deux autres quartiers dans une autre ville et vue la taille des quartiers, vous avez de quoi faire pendant un bon bout de temps. Vous vous baladez librement dans ces quartiers à la recherche des points de tags. Quand vous en trouvez un, votre perso vous signale par une petite bulle que vous pouvez tagguer. Pour ce faire, rien de plus simple : une petite pression sur R puis vous devez suivre les mouvements indiqués au stick analogique.

Plus le tag est gros, plus il est long et plus vous risquez d'être interrompu par les forces de l'ordre. Vous pouvez le continuer si vous avez été interrompu, mais ça fait moins de points. Justement, les forces de l'ordre : au départ c'est des flics gentillets puis rapidement ça devient des tanks et des hélicos (oui pour un malheureux taggueur). A vous de les éviter, de les contourner... Comment ? En grindant bien sûr ! Vos rollers magiques vous permettent de slider sur n'importe quoi : rambardes, trottoirs, murs... Ajoutez à cela la possibilité de faire des bonnes accélérations et vous faites des figures de fou qui vous rapportent plein de points !

Tout se fait instinctivement : le bouton A sert à sauter et selon la distance et la puissance du saut, votre perso fera un back-flip, un 3-6... Quand vous retombez sur une surface que vous pouvez slider, votre perso fera de lui-même un grind de folie. Dommage que ce gameplay très intuitif soit gâché parfois par quelques bugs de collisions et de caméra. Avec un peu d'entraînement, vous vous y ferez.

Tant que je suis dans la partie problèmes, parlons de la difficulté du jeu. Autant vous prévenir, il faudra vous accrocher à certains moments tant le jeu est dur. Vous allez pensez que tel point de tag est inaccessible, que le temps est trop court... Mais si vous passez cette phase, le reste ne sera qu'une promenade de santé et vous prendrez votre pied dans les derniers niveaux à essayer des enchaînements de malade. J'oubliais de préciser que vous avez un barre de vie qui diminue sous les assauts de vos ennemis ou lors de chutes trop importantes.

Les graphismes du jeu vous feront vite oublier ce léger point noir. Jet Set Radio est le premier jeu en cell-shading : c'est une technique qui donne un look cartoon à la 3D, vous donnant l'impression de jouer à de la 2D ou dans un dessin animé. Ca donne des contours noircis, des niveaux avec des textures très colorées associées à une architecture géniale, des effets impressionants comme la fumée et les étincelles lors des grind... Pour son baptême de l'air, le cell nous offre une claque visuelle qui fera date dans l'histoire des jeux. Mais les vraies stars du jeu sont les graffitis : de nouveaux apparaissent avec chaque nouveau perso ou sont déblocables en les trouvant dans les niveaux. Réalisés par des pros du graf, ils sont vraiment magnifiques et mériteraient d'embellir les tristes murs de nos villes.
Le Professeur K, non content de mettre dans l'ambiance avant chaque niveau, nous propose une des meilleures BO de jeu mélangeant J-Pop, électro hip hop, rock, metal... Variée, parfaitement dans le ton, la BO insuffle vraiment le rythme au jeu.

Au final, Sega nous offre une pure merveille, très loin des sentiers battus. Mêlant astucieusement le roller et la partie graf, Jet Set Radio vous propose une ambiance et un gameplay unique, associés à un hommage à la culture graffiti sans pour autant rentrer dans le trip underground. Chapeaux bas.

Partager cet article

A propos de l'auteur

    3 commentaires

    • raven jean-daniel

      25/04/2003 à 00h00

      Répondre

      Jet Set Radio est un jeu incontournable et tres intéressant.Les graphismes sont plutot biens, et la musique suit la tendance.Une fois que l'on commence à jouer, on ne voit tout simplement pas le temps passer. Il m'est deja arrive de m'assoir devant la TV durant l'apres-midi en me disant : bon, je ne vais jouer que 15 a 20 minutes et de regarder subitement à l'exterieur et de me rendre compte que oh mince il faisait deja noir. Bref, tout cela pour dire que c'est un jeu très captivant et que c'est aussi la raison pour laquelle j'ai conservé ma Dreamcast. Bon,pour ceux qui n'ont pas une vie sociale aussi deplorable que la mienne, cela ne s'applique peut-etre pas mais Jet Set n'en n'est pas moins un jeu qui en vaut la peine.

    • Florex

      10/05/2003 à 00h01

      Répondre

      Jet Set Radio est un jeu fondateur.
      C'est LE jeu qui m'a fait ne plus jamais regretter d'avoir acheté la DC.
      C'est le premier jeu à utiliser le désormais célèbre Cell-Shading (effet dessin animé garanti).
      C'est le jeu qui fait du bien aux oreilles dans un monde jeux vidéo trop monotone. Et pour paraphraser le grand Powers (Austin de son prénom) : GROOVY !
      Bref, c'est un des plus grands jeux de la Dreamcast, et aussi un des jeux qui auront marqué ma carrière de joueur (aux côtés de Tetris, Les Voyageurs du Temps ou Shenmue 1).

    • Anonyme

      14/02/2008 à 02h38

      Répondre

      Un jeu mythique peut etre mon seul orgasme videoludique ni plus ni moins un des seuls jeu qui ne me fait pas regretter tant d heures perdues devant un ecran

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

    Rubriques