7/10

Lemmings - Test

De nombreux déboires de Sony (disparition du mode en ligne, suppression des thèmes d'origine etc...) provoquent une véritable diatribe, mais le jeu est quand même sauvé par sa qualité originelle et quelques réussites du développeur. Alors, pour 6 €, ce Lemmings vaut sans conteste l’honneur d’être acheté, surtout pour ceux qui n’ont jamais connu l’original, le seul, le vrai.

Ah, Lemmings, quand tu nous tiens ! Ou plutôt, quand vous nous tenez, car ils sont nombreux les petits…Depuis 1991, ils ont envahi nos ordinateurs, les pages Krinein, mais bizarrement aussi nos PSP. Quand on sait quel est le concept du jeu, on est a priori un peu sceptique sur l'idée d'y jouer avec des boutons, pour la simple et bonne raison que cela n'apparaît pas très pratique. Mais pour la petite histoire, Sony ayant racheté Psygnosis, on comprend mieux pourquoi l'éditeur japonais s'est engouffré dans la légende (et il ne s'y est pas trompé, Lemmings aura bénéficié de la gamme platinum, c'est à dire des jeux les plus vendus sur PSP).

Lemmings PSP méritait-il une telle ovation ? Dans l'ensemble oui, mais il n'en a pas moins chuté sur de nombreux points, et pas forcément ceux qu'on attendait.

Ainsi, en définitive, les commandes ne sont pas du tout un problème. L'exigence de précision a été légèrement allégée et les temps adaptés de telle sorte que l'on ne se sent pas du tout gêné par la disparition de la souris. Et il y a suffisamment de boutons sur la PSP pour arriver à gérer rapidement toutes les options. L'utilisation de L et R s'avère ainsi idéale pour changer les fonctions des petites bestioles.

En revanche, quelle hérésie ! Sur les 15 mythiques thèmes musicaux d'origine, seuls 3 ont été conservés et retravaillés. Pire, on a droit à 5-6 thèmes maximum alors qu'il y a 120 tableaux (sans compter les inédits). Autant dire que le sentiment désagréable de répétitivité est à son maximum.  Et lorsque l'on entend les nouveaux thèmes que Sony a eu la radinerie de nous offrir, on est très déçu. Ils sont d'un plat, on préfère encore réécouter les originaux sous format midi.


Le youpi disparaît 2 fois sur 3...
Idem, le légendaire "youpi" est à moitié passé à la trappe. Pour on ne sait quelle raison, sûrement parce que Sony a cru qu'il fallait à tout prix ajouter une touche d'innovation, a mis des thank you et autres mots inutiles à la place des "youpi", que l'on n'entend plus qu'une fois sur 3. Innover pour innover n'a absolument aucun sens. On ne touche pas à ce qui est de qualité, on ne change pas une équipe qui gagne. Le défaut de Lemmings était d'être vieux : améliorer les graphismes, d'accord, remasteriser les musiques, toujours d'accord, ajouter des tableaux, encore d'accord, faire du partage en ligne, idem, mais on fait pas disparaître la richesse des thèmes ou les détails les plus séduisants, surtout quand Sony les revendique sur son site officiel et conclut la présentation du jeu sur son site par YOUPI.

 


Le mode online finit comme eux, en bouillie !
Parlons du mode en ligne justement. Sony atteint là les abysses de la médiocrité. Après un temps infini passé sur internet à essayer de se créer un compte qui n'est jamais validé, après avoir attendu 3 jours la réponse du service client à notre question de savoir pourquoi on n'arrive pas à créer un compte, on a droit à : « Merci de nous contacter au 0 892 etc… ». Charmant le service technique Sony… Qu'à cela ne tienne, sur Krinein, on ne se décourage pas, alors on continue à chercher l'info, à chercher où sont ces fichus niveaux téléchargeables (qui étaient quand même l'idée la plus brillante pour un jeu comme Lemmings). A force de ténacité, on finit par découvrir avec horreur (on ne pensait pas avoir encore une si désagréable surprise) : « Depuis le 14 janvier 2010, vous ne pouvez plus utiliser les fonctions en ligne des jeux suivants : […] PSP : Lemmings, World Tour Soccer 2 » !!!! La page est ici. Mais à quoi bon être en gamme platinum si la fonction la plus riche du jeu est retirée ? Incompréhensible ! Minable ! Honteux ! Et on n'a même pas droit à la moindre explication. Ah, ce n'est pas chez Nintendo qu'on verrait une chose pareille ! Ces propos sont peut-être durs et dictés par un certain sentiment de colère, mais ils donnent le mesure de la déception qui peut être ressentie par le joueur face à une telle révélation, et qui laisse la sensation amère qu'il est une fois de plus pris pour un bon pigeon qui ne mérite pas le moindre respect.

Quoi qu'il en soit, parce que nous sommes indulgents et parce que nous aimons Lemmings, nous achèverons cette diatribe par des notes positives. Les améliorations graphiques sont bien pensées, les thématiques d'origine sont respectées tout en bénéficiant de finitions très soignées ainsi que d'arrière-plans esthétiques qui étaient absents sur les versions ordinateurs. C'est là qu'on s'aperçoit que le fond noir sur Atari était un peu tristounet.


Presque la seule bonne innovation : l'éditeur
Un éditeur de tableau est proposé. Point la peine de s'étendre sur cette brillante idée. On sait quels sont la richesse et le potentiel des menus éditeur dans les jeux vidéo. De plus en plus nombreux sont les jeux qui le proposent. Même Yu-Gi-Oh! s'y est mis avec l'opus 2011.

Enfin, aux 120 tableaux du jeu d'origine, sont ajoutés 36 nouveaux niveaux. Et autant vous dire que si les 3-4 premiers sont aisés, la difficulté se voit rapidement digne du mode « Mayhem »…

Alors, pour 6 €, ne soyons pas chipoteurs. Ce Lemmings vaut sans conteste l'honneur d'être acheté, surtout pour ceux qui n'ont jamais connu l'original, le seul, le vrai.

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques