7/10

LocoRoco - Test

On a souvent reproché à la PSP de ne pas proposer de jeu véritablement adapté à une console portable, c'est-à-dire des jeux aux graphismes clairs, aux chargements courts, et permettant des sessions de jeu assez courtes. LocoRoco incarnait donc l'un de ces sang neufs qui avaient pour vocation de montrer que la PSP pouvait affronter la DS sur son propre terrain.

Fire in the hole!
Fire in the hole!
LocoRoco
est à première vue un bête jeu de plate-forme, mais il propose une certaine originalité dans son gameplay : on n'incarne pas le personnage, mais la plate-forme elle-même. Comment cela fonctionne ? Les LocoRocos sont de petits personnages ronds, donc capables de rouler. Ainsi, grâce aux gâchettes, on fait basculer le monde d'un côté ou de l'autre, pour permettre aux LocoRocos de progresser dans la direction que l'on désire et pour les faire sauter, il suffit de presser les deux gâchettes. Grâce à ces contrôles, il faudra permettre à notre LocoRoco de parcourir le niveau, en ramassant un maximum de ses frères avec lesquels il peut fusionner pour former une plus grosse boule. On pourra à tout moment interrompre cette fusion pour faire passer dans des endroits plus étroits la multitude de LocoRocos puis les refaire fusionner pour plus facilement les contrôler, le tout avec un seul bouton.

LocoRoco n'est pas un Puissance 4.
LocoRoco n'est pas un Puissance 4.
L'autre particularité des LocoRocos est de chanter, et de chanter plutôt bien même, histoire de nous plonger dans une ambiance sonore très joyeuse et agréable. Outre cet aspect immersif, leur chant sera souvent l'occasion d'intéragir avec d'autres éléments, mais ce ne sera pas l'unique façon. S'il est facile de terminer un niveau, on est poussé à y revenir pour débloquer des secrets, améliorer son score, et gagner des récompenses qui nous permettront de bâtir des parcours dans l'éditeur de maison de LocoRoco. Cette rejouabilité est d'autant plus agréable que le jeu est assez court et simple, ce qui l'adresse donc à tout public : accessible pour les plus jeunes et les joueurs occasionnels, plus corsé et long pour ceux qui voudraient découvrir tous les secrets du jeu.

Loco qui roule, Loco qui glisse.
Loco qui roule, Loco qui glisse.
L'aspect joyeux se ressent aussi dans les graphismes. Très coloré, très épuré et superbement animé, le jeu met en valeur l'écran de la PSP avec cette 2D du plus bel effet. Le monde des LocoRocos contraste avec les méchants Mojas, venus des étoiles pour manger nos petits chanteurs ronds. Le but de l'aventure se résume en effet à ce simple fait, il faut faire renvoyer les Mojas d'où ils viennent. Mais ce n'est pas là l'important, l'envie de découverte se fait par le simple gameplay et par l'ambiance graphique et sonore.

LocoRoco est un jeu bien rigolo. Pas exceptionnel, mais rigolo. Il est mignon, accessible, et parfaitement adapté à son support. Son seul véritable point noir est de devoir sa durée de vie uniquement à sa rejouabilité, le jeu étant, au niveau de l'aventure, très court et très simple.

Partager cet article

A propos de l'auteur

2 commentaires

  • Aenem'

    15/02/2008 à 19h55

    Répondre

    Quel jeu quand même...et quels graphismes à la fois simples mais tellement charmeurs...

    Un trip vraiment excellent sur psp, à faire une fois

  • Anonyme

    28/07/2008 à 11h19

    Répondre

    Experience vidéoludique à ne pas manquer!!! WOW. mui mui.mamoushka!!!!!!

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques