7/10

Mario Party 8 - Test

Vous êtes de mauvaise foi ? Vous avez trois amis et quatre wiimotes ? Alors Mario Party est fait pour vous.

Mario Party est aux party games ce que le foie gras est aux repas de Noël : indispensable. Maintenant, huit épisodes, ça fait beaucoup, qu'apporte de plus ce huitième épisode ? La maniabilité à la wiimote, bien évidemment, relativement instinctive pour la plupart des mini-jeux. Dans cet épisode, la fête foraine est à l'honneur, et pour en devenir le roi, vous devez collecter plus d'étoiles que vos petits camarades de jeu.

Allez on presse 'tart, vite !
Allez on presse 'tart, vite !
Pour ceux qui dormaient ces dix dernières années, Mario Party est donc un jeu de l'oie amélioré où tous les coups sont plus ou moins permis. On choisit son personnage parmi un panel assez large de personnages Nintendo (Mario, Luigi, Yoshi, la princesse Niaise... euh Peach, pardon etc.), et on se lance, seul et jusqu'à quatre joueurs, dans les plateaux de jeu.

Le but est d'amasser un maximum de sousous à mettre dans la popoche pour pouvoir s'acheter un maximum d'étoiles et finir premier sur la carte et ensuite devenir le roi de la fête, yahou. Enfin, pour la partie basique des règles du jeu. Seules les deux premières cartes correspondent à cette vision simpliste des règles. On vous demandera de jouer au Monopoly en créant des hôtels sur le chemin (plus vous investissez, et plus vous récupérez d'étoiles), ou encore d'être le plus rapide à récupérer 40 pièces pour acheter l'étoile, ou bien encore de vous promener dans le manoir de Boo pour y trouver le roi, qui vous offre l'étoile.

Pour traverser une carte, il suffit de donner un grand coup de boule dans un dé qui apparaît au-dessus de la tête de son personnage, et on avance du nombre de cases correspondant. On atterrit ensuite sur une case (normal) et suivant sa couleur, on obtient ou perd trois pièces, déclenche un événement spécial (qui permet souvent de récupérer quelques piécettes) ou invoque Donkey Kong ou Bowser...

Des bonbons traînent sur le chemin, ou s'achètent dans les boutiques, permettant d'activer des pouvoirs temporaires avant le lancer de dés. Par exemple la boule de bowling, qui permet de renverser tous les adversaires sur son chemin et de leur voler des pièces, ou le bonbon triple, qui permet de taper trois dés.

Après une phase de déplacement / fourberie sur la carte, un mini-jeu se déclenche parmi les différentes catégories : chacun pour soi, un contre tous, équipes de deux... La catégorie est choisie selon les couleurs de cases sur lesquelles les personnages se sont arrêtés et le jeu est sélectionné aléatoirement par une roulette (et NON, ça ne sert à rien de marteler le bouton A de sa wiimote pour faire arrêter la roulette...) Gni je hais ces boules vertes et violettes
Gni je hais ces boules vertes et violettes

Si c'est votre premier Mario Party, vous serez émerveillé par la diversité des mini-jeux et l'aisance avec laquelle ils se prennent en main. Si vous en êtes déjà à votre deuxième (ou plus) épisode, vous retrouverez quelques épreuves indéboulonnables parmi les quelques inédites, renouvelés par une maniabilité « Wii ». Certains mini-jeux laissent plus de place au hasard et à la chance (laissant une chance de s'amuser aux joueurs très occasionnels) que d'autres, qui s'orientent vers de la plate-forme classique, ou encore des jeux de réflexes ou de martelage de boutons.

La partie solo est agréable, avec un niveau de difficulté croissant raisonnablement, et comme les cartes se jouent en un contre un, elles sont réduites et les parties se jouent au premier qui récupère 2 étoiles, pour éviter de se taper les 20 tours de jeu. Cependant, il est assez difficile de rempiler pour une deuxième partie en solitaire, l'intelligence artificielle étant obsédée par une seule chose : l'argent, pour foncer ensuite vers l'étoile, ce qui force à jouer de la même façon, ce qui est au final peu intéressant. Mettre le jeu en difficile ou extrême (à acheter dans les boutiques de la fête foraine) peut régler le problème, le plus marrant restant de faire des crasses en multi à des joueurs bien humains qui vont vous râler dans les oreilles parce que non c'est pas juste, la tornade ça me ramène au début et tu vas voir je vais me venger en utilisant la boule de bowling.

Plus facile qu'à l'école avec la wiimote
Plus facile qu'à l'école avec la wiimote
L'aspect graphique est digne de ce qu'on attend d'un Mario, c'est joli, c'est coloré et ça donne la super pêche pour la journée tralala youpi. Les animations sont fluides, et l'ambiance sonore est toujours très adaptée aux niveaux que l'on parcourt.

Côté bonus à débloquer, ils sont nombreux quoique rallongeant la durée de vie pour rien car complètement inutiles. Quelques reproches sont à signaler sur la lenteur des textes qui défilent, sur les chargements qui s'obstinent à présenter la carte au début du jeu et sur les effets de caméras systématiques lorsque l'on change de mode de jeu. Pour terminer, il existe une zone de mini-jeux dans lesquels il est possible d'utiliser ses Mii, comme un bowling, ou une course de vaisseaux spatiaux. Concernant le premier, préférez-lui Wii Sports, et de loin.

Pour finir, Mario Party 8 est comme tous les jeux voués à être joué à plusieurs, et vous condamne à vous amuser vraiment avec de vrais gens à côté, sous peine de finir très vite sur l'étagère après un mode solo et quelques parties en un contre trois IA. Il n'en reste pas moins que c'est un pur produit Nintendo, taillé pour se détendre.

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques