6/10

Mars Horizon - Test Switch

Mars Horizon nous met dans la peau d'un dirigeant d'agence spatiale avec comme objectif, de lancer une mission habitée vers la Planète Rouge. Un jeu de gestion sympathique et original mais qui manque d'ambitions.

Dans le monde des jeux de gestion, la joueuse ou le joueur a pu incarner au fil des années bon nombre de personnages. Du maire au directeur de parc en passant par le réalisateur. Ici sur Switch, Mars Horizon nous propose de se lancer dans le monde fascinant du spatial où, à la tête de votre agence, vous devez être les premiers à poser le pied sur Mars.

Le jeu démarre dans les années 1950, alors que les étoiles sont scrutées mais restent encore inaccessibles. Vous choisissez votre agence (ESA, Nasa, Jaxa… ) et vous vous lancez dans le premier objectif qui est de lancer un satellite en orbite autour de la Terre.


Ca fait toujours une petite émotion quand même.

Une entrée en matière qui sert de tutoriel avec de nombreuses explications qui s'affichent au fur et à mesure de nos actions. On découvre alors les mécaniques du jeu, vous avez évidemment un budget à respecter et un arbre d'objectifs à remplir. Chaque nouvelle étape demande de la Science pour avancer, ce que vous récoltez au fur et à mesure de vos missions. Vous choisissez si vous souhaitez développer un nouveau bâtiment, de nouveaux véhicules, ou alors un nouveau type de mission et vous attendez le temps requis pour en venir à bout. En parallèle, il vous faudra gérer votre budget et votre science pour améliorer votre base, organiser vos missions puis plus tard vous occuper du recrutement de vos cosmonautes.

Mais avant ça, prenons les choses dans l'ordre. Une mission typique consiste d'abord à construire la charge utile, c'est-à-dire la sonde ou le satellite qui partira dans l'espace. Puis on s'occupe du lanceur composé de deux éléments : l'étage supérieur et le propulseur. Il suffit alors de déterminer une date de lancement et d'admirer le lancement dans une animation basique mais assez jolie. Et puis on recommence pour une nouvelle mission, peut-être plus ambitieuse.


Ce petit jeu est plus rébarbatif qu'amusant.

Et c'est à peu près tout. Le gameplay s'étoffe au fur et à mesure avec l'introduction des astronautes, les sorties extra-véhiculaires, les trajets vers d'autres astres, mais globalement on reste sur cette base tout au long de la partie. C'est le principal reproche à faire au jeu, il reste très répétitif. Même si on prend plaisir à voir sa base s'agrandir, ses lanceurs se multiplier et ses engins partir vers des cieux toujours plus lointains, on touche vite à la limite de ce fonctionnement finalement assez léger.

La meilleure illustration reste le mini-jeu à chaque mission. Une fois votre charge utile placée en orbite ou en direction d'un astre, il faut récolter des jetons de différents types suite à plusieurs opérations, sachant que des actions vont vous en faire perdre. Un jeu qui a deux inconvénients : d'abord il n'a pas beaucoup d'intérêt et une fois les mécaniques comprises, il s'agit juste de faire un petit calcul mental. Et en plus, il ne correspond à pas grand chose avec la réalité. Il suffit de sélectionner les commandes sans même lire à quoi elles correspondent et compter les points.


On peut créer des lanceurs aux design peu conventionnels mais la personnalisation reste limitée.

Le reste de la partie se résume à poursuivre les objectifs scientifiques en essayant de passer devant les agences concurrentes. Le tout parfois ponctué de petites distractions, où vous devrez choisir ou non de collaborer avec une autre agence ou de faire une déclaration à la presse, ce qui peut faire gagner des points.

Dommage que le cœur du jeu soit si limité parce que l'ambiance graphique et sonore est très agréable et on sent le soin apporté aux menus. Sur la Switch, même en mode portable ça reste très lisible et clair.

Il reste un point fort non négligeable, un Spacepedia, une encyclopédie de l'espace qui aborde de nombreux thèmes de manière à la fois technique mais accessible au grand public. Il se développe au fur et à mesure de votre avancée et reste passionnant à lire même pour les néophytes.

Une occasion de rappeler que le jeu a été développé en partenariat avec l'ESA, l'agence spatiale européenne. Ce qui explique peut-être la précision de toutes ces informations historiques. Il plaira avant tout aux passionnés de spatial, les autres y verront une porte d'entrée intéressante s'ils ne sont pas trop exigeants sur l'aspect gestion qui reste assez limité.

A découvrir

Cyberpunk 2077 - Test

Partager cet article

A propos de l'auteur

Je regarde plein de films et sur mon temps libre je suis journaliste. J'ai eu peur devant Paranormal Activity et je me suis endormi devant Interstellar. Mes goûts n'engagent que moi.

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques