7/10

Marvel's Spider-Man - Critique PS4

L'homme-araignée est de retour et il a une folle envie de tisser !

Quatre ans après son dernier passage sur nos consoles dans l'adaptation vidéo-ludique du film Amazing Spider-Man, Spidey revient dans une aventure totalement originale créée par les parents de Spyro le dragon et de Ratchet & Clank, Insomniac Games. Dans ce jeu, point de morsure d'araignée radioactive ou de mort d'Oncle Ben bien larmoyante, vous prendrez le contrôle d'un Spider-Man installé dans son rôle depuis de nombreuses années avec ses alliés tels que Tante May, Mary-Jane Watson (dont il est séparé depuis quelques temps) ou encore Yuri Watanabe, une agente de police qui sera votre contact principal dans la police de New-York, mais aussi ses plus célèbres adversaires comme Wilson Fisk alias le Kingpin, le Vautour, Electro et j'en passe. Dès le début du jeu, vous serez amené(e) à vous attaquer à la tour de Fisk en plein Manhattan puis à le mettre sous les barreaux créant ainsi un appel d'air pour tous les criminels de bas-étage que compte la Grande Pomme, dont certains seront prêts à tout pour prendre la place du parrain déchu. Soyons franc, sans être révolutionnaire et introduire de nouveaux personnages, le scénario saura ménager un petit suspense si vous n'êtes pas un fan inconditionnel de l'Araignée, ou si vous l'êtes vous pourrez observer comment les développeurs ont choisi de faire intervenir les différents protagonistes.


Ca sent mauvais ...

Le jeu étant un Open-World, il ne déroge pas aux figures désormais imposées du genre : après la séquence d'introduction, il vous faudra commencer par débloquer la carte de Manhattan en grimpant sur les différents commissariats de Police afin d'y réactiver des tours de surveillance Oscorp pour chacun des quartiers de l'île. Une fois ces quartiers débloqués, vous pourrez alors traquer les sacs à dos que le jeune Peter Parker a disséminés un peu partout, prendre en photo les bâtiments iconiques de la ville, attaquer les bases secrètes de Fisk qui a du mal à lâcher prise depuis la prison ou encore être appelé à la rescousse par la police pour leur venir en aide lors d'un braquage/prise d'otage/deal de drogues etc... Chacune de ces activités spécifiques vous donnera alors un jeton que vous pourrez dépenser pour acheter des nouveaux costumes, chacun ayant un pouvoir spécifique, des nouveaux gadgets ainsi que des bonus passifs variés, allant du bonus de PV à la résistance aux balles ou l'amélioration de vos options en mode furtif. Parmi les costumes, on trouvera celui de Spider-Man Noir qui empêche vos adversaires de donner l'alerte et de ramener plus de monde, ou un costume électrifié vous permettant de taser temporairement vos adversaires. Les choix sont nombreux et il vous faudra jongler entre eux pour vous adapter à chacune des situations que vous rencontrerez.


Vous saurez quand attaquer ou ne pas attaquer grâce à ces petites bulles d'info. Notez aussi que vous pourrez faire tomber le lustre si l'envie vous en prend

Parlons maintenant du gameplay : Spidey est doté d'une belle palette de mouvements pour des affrontements pouvant être découpés en deux catégories : le mode furtif et l'affrontement ouvert. Dans le premier, Spidey est tapi dans l'ombre, prenant de la hauteur sur ses adversaires pour mieux les mettre KO d'un coup de toile ou de pied sans que leurs comparses ne le remarquent. Mais si vous vous faites repérer et que l'alarme est donnée, tout le monde se jettera sur vous et il sera temps de distribuer des mandales par paquet de 10. Vous pourrez alors mettre à profit la grande maîtrise de l'Araignée pour le combat rapproché dans un système se basant sur l'esquive réalisée dans le bon timing : un coup proche vous sera signalé par un halo blanc autour de Spidey, bleu si le coup est imminent. Si vous débloquez ce talent, vous pourrez faire une parade au dernier moment en envoyant une toile sur votre malheureux adversaire qui se retrouvera pris au piège et que vous pourrez "achever" facilement (Spider-Man ne tue personne, voyons). Les gadgets ne sont pas en reste puisque, en plus des toiles classiques, vous pourrez utiliser des toiles électrifiées, des robots-araignées pour faire du repérage ou encore des pièges sonores qui explosent dès qu'un ennemi vient enquêter et le colle au mur le plus proche. L'originalité n'est donc pas la qualité principale de ce système de combat mais il est bien fichu et suffisamment varié pour avoir envie d'en tester toutes les possibilités. La ville de New-York, personnage à part entière, est très fidèlement reconstituée (à quelques détails près), vivante et est un terrain de jeu idéal quand on se fait le plaisir de tisser sa toile entre Central Park et Times Square, chapeau-bas aux développeurs.


Les différents costumes disponibles sont nombreux et complémentaires

Bon, on a donc un beau terrain de jeu, tous les persos classiques de la série sont là (amis ou ennemis), des missions variées et un système de combat bien sympa, alors c'est le carton plein ? Eh bien non. Tout d'abord, les missions sont certes variées mais on se heurte aux lacunes habituelles des open-world : il faut obligatoirement se les taper pour level up et on a vite fait d'oublier la trame principale du jeu ce qui peut, pour certains joueurs, attaquer sérieusement leur intérêt pour le jeu. D'autre part, le système de combat est bien fichu mais les adversaires manquent cruellement de variété : il y a l'homme basique avec ses poings/un flingue/un fusil/une épée/un bouclier que vous devrez contourner s'il est armé, la brute qui fait un mètre cube et qui résiste à vos coups basiques, et le "mystique" doté de pouvoirs et très rapide mais assez rare. Alors oui, ok, ils ont des skins différents mais en terme de gameplay ça ne change pas grand-chose et on tourne assez vite en rond. Pour finir sur les reproches, les talents à débloquer avec l'expérience sont nombreux mais ne m'ont pas semblé indispensables à tel point que j'en ai pris quelques-uns juste parce que j'avais des XP à dépenser...


Il faudra synchroniser la fréquence des tours de surveillance pour les réactiver

Mais ne boudons pas notre plaisir: Marvel's Spider-Man est un bon jeu de super-héros qui saura ravir les fans de Spidey et probablement séduire les amateurs autant que les néophytes. Quelques ombres au tableau l'empêchent d'être un grand jeu mais on passe quand-même un bon moment en compagnie de l'homme-araignée et de ses amis.


Que serait une production Marvel sans son petit caméo de Stan Lee ? Pas grand chose, on est d'accord

A propos de l'auteur

Métalleux confirmé // PlayStation lover // Bouffeur de manga // Cinéphile mais pas zoophile // Codeur professionnel // Lecteur électronique et câlineur de chatons since 1987.

    0 commentaires

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

    Rubriques