7/10

Mass Effect: Infiltrator - Test iOS

Le studio Iron Monkey, déjà à l'origine de l'impressionnant Dead Space iOS, frappe de nouveau en s'attaquant à une autre illustre licence d'Electronic Arts - qui, comme par hasard, sort son ultime chapitre ces jours-ci. J'ai nommé, avec toutes les révérences nécessaires à son évocation, le saint Mass Effect. On nous promet du joli, de l'action, et de l'interaction avec le jeu sur consoles HD  / PC, et tout ça pour un prix modique.


DR.
Ne vous attendez surtout pas à vous retrouver plongés dans votre univers vidéo-ludique adoré, Mass Effect Infiltrator est une version « de poche » qui n'effleurera qu'à peine les principes de gameplay que l'on a pu apprécier avec les deux derniers opus – et peut-être même avec le troisième si vous vous êtes déjà laissés tenter. Dans le principe, toute la partie RPG part aux oubliettes : plus de personnalisation, quasiment plus de caractéristique, plus de dialogue à choix multiples, plus d'équipe à choisir, plus rien de tout ça. Le jeu nous donnera, à quelques minces reprises, l'occasion de faire un choix conciliant ou pragmatique plus pour le fun qu'autre chose : soit vous êtes sympa, soit vous êtes violent. Ce choix n'est qu'un simple petit clin d'œil à l'illustre grand frère, puisqu'il n'influera en rien sur le déroulement des événements ou votre interaction avec les autres personnages. Mais de toute façon, ce n'est pas comme s'il y avait une quelconque interaction avec d'autres personnages, cela dit.


DR.
Infiltrator
sera donc résolument tourné vers l'action jusqu'à devenir un pur TPS. Le gamer n'est généralement pas très tendre avec les commandes Iphone / Ipad, entièrement tactiles, mais il faudra tout de même souligner que celles mises en place sur le jeu se révèlent assez efficaces, malgré quelques couacs. Telle une manette à double stick, vous utiliserez la partie gauche pour strafer / avancer, et la partie droite pour orienter la caméra. On s'y fait rapidement, surtout que le soft nous facilite les choses pour le reste : Randall (le personnage principal) se colle à un obstacle quand il est à côté, et tire automatiquement lorsque que l'on cible (= appuyer) un ennemi (il faudra tout de même orienter le tir). On pourra changer d'abri en glissant dans la direction souhaitée, switcher d'arme grâce au coin en haut à droite (quatre armes à disposition, à débloquer), utiliser des pouvoirs biotiques avec le coin en haut à gauche (au nombre de quatre, à débloquer également), et effectuer quelques mouvements plus stylés comme une (loooooongue) glissade. La panoplie de mouvements, bien que simplifiée, se révèle assez complète, même s'il faudra un peu d'organisation pour ne pas s'emmêler les doigts, surtout sur Iphone. Mais avec des mains « normales », on s'en sort sans perdre trop en lisibilité, et l'on obtient vite un résultat satisfaisant malgré les limites du système (impossible de tirer et de bouger en même temps par exemple).


DR.
Infiltrator
fonctionne en combats isolés. Le jeu vous confronte à des batailles successives, composées de plusieurs ennemis, puis vous attribue une note (et des points bonus) à dépenser selon les dégâts pris dans la tronche, votre vitesse d'exécution et votre style. Ce dernier point est une notion importante, puisqu'il détermine votre faculté à user des possibilités de Randall. En se contentant de sniper tout du long, vous serez à l'abri des dégâts, mais recevrez une note de style déplorable, et donc un mauvais score. Pour faire du style, il faut multiplier les façons d'attaquer et les enchaîner. Ainsi, lorsqu'un ennemi trépasse, l'action passe quelques secondes au ralenti pour vous laisser le temps de changer d'arme et de cible. Plus vous arrivez à enchaîner et à user d'armes / pouvoirs différents, plus votre style augmente. Et il faudra y prêter grande attention pour engranger le maximum de points et débloquer des armes, pouvoirs, armures, mouvements, etc. Le jeu permettra donc de refaire chaque bataille pour tenter d'obtenir la note maximale ou cumuler des points et découvrir des nouvelles choses, à défaut d'avoir plus de contenu : la durée de l'aventure principale n'excédera pas deux heures et le scénario n'est pas spécialement.

Pour 5€, la qualité globale est présente, mais la durée de vie ne suit pas. Dommage. Vous ramasserez sur votre chemin des informations à utiliser dans votre exemplaire de Mass Effect 3 (via le mode Guerre Galactique, lié à votre éventuel compte Origin), mais pour le moment, impossible pour moi d'en dire plus. La note gonflera peut-être en fonction de cette interaction. En dehors de tout ça, Infiltrator est un bon TPS qui montre avec une certaine classe graphique (le jeu est vraiment beau) que l'IOS peut fournir du matériel jouable et agréable à suivre.

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques