10/10

Metal Gear Solid 3 : Snake Eater - Test

Metal Gear Solid (MGS), le titre à lui tout seul réussi à faire baver des milliers de joueurs de part le monde. Et on les comprend, devenue phare avec l'arrivé du premier épisode sur Playstation, cette saga inventa le tactical espionnage, tout un poème. Mais pour être vraiment précis et replacer les choses dans leur contexte, l'épisode sorti en 1998 sur Playstation n'est pas vraiment le premier de la série. Effectivement, historiquement d'autres titres sortirent bien avant sur MSX et sur NES. Mais Hideo Kojima ne pu à cette époque faire tout ce dont il rêvait, c'est pour cela qu'il ne ressortit un titre que bien plus tard, lorsque les machines lui ont permis de faire ce qu'il avait dans la tête. Vous l'aurez compris, c'est au moment de la 3D que ce monsieur put enfin réaliser ses rêves. Ensuite, avec les consoles next-générations, et particulièrement la PS2, il intégra encore plus de choses et d'idées de gameplay. Ce deuxième épisode fut moins apprécié du fait des nombreuses et longues cut-scènes que contenait le jeu. Mais pas seulement car notre héros favori, Snake, pour ne pas le citer, n'était jouable que durant un très court laps de temps. Mais si ce titre a réussi à s'en sortir avec les honneurs, c'est avant tout grâce à l'histoire torturée que Mr Kojima nous avait pondue. Une mine d'or à lui tout seul, on se demande où il va chercher tout ça. Après avoir fait le tour de l'infiltration moderne, Kojima voulut repartir à ses premiers amours, la jungle (comme dans les premiers MGS sortit dans les années 80). Bref, nous voici en 2005 et c'est avec une certaine impatience que nous attendions ce fameux «Metal Gear Solid 3 : Snake eater ». A tord ou à raison, c'est ce que nous allons voir dans cette critique.

Après cette mise en situation, nous voici donc en pleine jungle. Juste après le conflit de Cuba, c'est-à-dire dans les années 1960, plus précisément en août 1964 ce qui vous l'aurez tous compris ce situe bien avant l'histoire de Metal Gear premier du nom. Vous vous retrouvez parachuté en pleine Russie pour récupérer un scientifique (Sokolov) russe ayant travaillé sur des armes de destructions massives. Si vous ne le récupérez pas à temps, une troisième guerre mondiale pourrait bien éclater, à vous de faire tout ce qui est possible pour que cela n'arrive pas. La CIA vous larguera en pleine Jungle où il faudra véritablement survivre. Et qui dit survivre, dit recherche de nourriture, la santé et tout ce que cela comporte. Voilà en gros ce qui vous attends dans ce nouvel opus. Je ne rentrerais pas plus dans l'histoire pour laisser toute la surprise, qui comme vous vous en doutez est excellente. Allons plutôt du côté des nouveautés.

Camouflage optique activé

Alors comme dit plus haut, on n'évolue plus dans des enceintes fermées mais en extérieur, ce qui apporte de nouvelles méthodes d'infiltrations. Vous pourrez à loisir vous cacher dans des herbes hautes, dans un lac, dans et sur un arbre, bref, si vous avez, un tant soit peu, fait des parties de cache-cache étant jeunes, les idées de planques ne seront pas dures à trouver. Mais pour aller avec tout ça, Mr Kojima nous a rajouté un pourcentage de camouflage, qui doit toujours être proche de 100%. Pour ce faire, des tenues et des maquillages de camouflage vous sont proposées, un pour chaque type de terrains. Ainsi si vous vous habillé en bleu avec un maquillage bleu, blanc, rouge dans des herbes hautes votre pourcentage se verra proche de zéro ou en dessous et les gardes aux alentours vous repéreront très facilement. Donc à vous de faire le nécessaire pour toujours coller à votre environnement. Ensuite, sachez qu'ici vous avez une barre d'endurance. Cette dernière ne doit pas baisser sous peine de mort. Car si votre endurance baisse, vous serrez moins résistant et donc plus exposé aux maladies et blessures graves. Donc pour que cette barre reste au plus haut, il vous faudra vous soigner lorsque vous serez malade ou blesser et vous nourrir. Dans le premier cas, vous devrez ingurgiter des médicaments suivant les maladies (dysenterie, empoisonnement etc..), dans le deuxième, vous devrez vous recoudre, vous poser des atelles ou encore vous ressortir des balles/fléchettes. Dans le dernier cas, vous devrez chasser pour vous nourrir et là niveau animal, vous en aurez toujours sous la main (rats, serpents, caïmans, chauves souris etc...). Tout un programme donc. Mais tout ceci est intégré au jeu magnifiquement, on a jamais l'impression de subir de contraintes lorsque l'on joue. Heureusement, ce n'est pas tout, car ici vous n'êtes pas dans les Sims. Vous devrez vous battre pour arriver à vos fins et de bien belle manière. Car les développeurs nous ont concoctés un tout nouveau style de combats rapprochés. Le CQC (Close Quarters Combat) vous permettra de neutraliser un garde facilement, il suffira juste de passer dans son dos sans bruit et de le neutraliser. Jusqu'ici, vous me direz que ça ne change pas des anciens opus, exact mais là où ça change, c'est ce que l'on peut faire une fois le garde entre vos mains. Vous pouvez soit l'égorger, soit le briser la nuque, le faire parler, le prendre comme bouclier humain ou tout simplement le mettre à terre en l'assommant. Tout ceci dans une fluidité magnifique. Car oui, KCEJ (Konami Computer Entertainment Japan) a réussit à faire plus fluide que MGS 2, du grand art. Les graphismes font honneurs à la PS2, ce n'est pas ce qui se fait de mieux, mais pour la console vieillissante de Sony, c'est du bon boulot. Des décors riches et variés, ajoutez à cela des personnages bien modélisés et vous obtenez un monde crédible. Il n'en faut pas plus pour s'immerger complètement dans cette jungle. Ajoutez également des bruitages réalistes, des doublages synchronisés et des musiques excellentes, Harry Gregson-Williams oblige (compositeur attitré des MGS depuis l'opus précédent), que pouvions nous espérer de mieux ? Et bien pas mal de chose en fait.

Camouflage optique pété

Oui, malheureusement, le fait de changer d'univers (ville>jungle) impose quelques remaniements. Par exemple la camera, cette dernière n'est pas pratique pour un rond. On se retrouve à avancer lentement, trop lentement car on ne fait que passer de la vue subjective à la vue à la troisième personne, embêtant. Le radar aurait pu corriger ce défaut mais à cette époque les radars portables n'existaient pas encore, donc raté sur ce point. Ce doit être le GROS point noir du jeu. Avec les cut-scènes super longues (encore une fois). Mais heureusement, cela ne se passe pas tout le long du jeu, je dirais qu'il met 2h00 à ce lancer et ensuite c'est du tout bon. Après on pourrait reprocher au titre d'être finalement très linéaire, mais l'univers magique de MGS nous fait vite oublier ce petit défaut.

On s'en fout, de toute façon on n'en a pas besoin

Voilà, un bon coup de fouet à cette série avec ce changement de gameplay. Un univers si dense et intéressant qu'il serait dommage de passer à côté. Et puis, vous ne serrez pas prêt de revoir Snake de si tôt. M. Kojima a encore une fois réussi son pari de nous surprendre, et c'est pour notre plus grand plaisir, Metal Gear plus qu'un jeu, un art de vivre.

A propos de l'auteur

27 commentaires

  • CBL

    12/03/2005 à 19h19

    Répondre

    Un petit post (si si vous ne révez pas) pour dire que ce jeu est une tuerie atomique (hi hi hi), le rève devenu réalité pour quelqu'un comme moi qui était fan du second et de toute la série. Merci Djak de m'éviter d'attendre une éventuelle sortie Xbox

    Concernant le premier Metal Gear sur NES/MSX, Kojima avait déjà implanté une bonne partie du gameplay qu'on retrouve dans MGS 1, 2 & 3 ! Il y avait déjà :
    -les lignes de vue des soldats (pour passer sans se faire réperer)
    -le double inventaire
    -les communications radio
    -les chiens
    -les caisses
    -les caméras
    -les parties électrifiées (et je ne parle pas de couille branchée sur du 10 000 volts quand je dis ca ^^)
    -le système d'alerte
    -une vraie intrigue militaro-scientifico-familiale
    -les boss si particulier
    -les clopes, les jumelles, le silencieux...
    ...

    Comment cela je rève d'un remake des deux premiers Metal Gear sur Xbox ou Gamecube ?

  • Ichabod

    13/03/2005 à 20h50

    Répondre

    Je plussoie le fait que ce jeu est une tuerie, et ce malgré deux défauts majeurs (de mon point de vue) :

    -les cobras complètements absents de l'histoire, c'est juste de la chair à canon.
    -la facilité du jeu, voulue sans doute par la disparition du radar, mais traverser la majorité des zones du jeu en courant est faisable jusqu'en normal, et ce sans craindre pour sa vie (qui remonte progressivement de toute façon).

    Sinon, l'excellent cotoit le mythique et sans doute futur culte, jusqu'à l'apothéose finale dans un feu d'artifice de révélations, d'émotion, le tout sublimé par des images hors du commun.

    Un épisode à part, énorme flash-back en forme de jeu qui éclaircit et donne un sens aux motivations de plusieurs personnages des épisodes précédents (ou suivants si on parle chronologiquement).

  • Mantis

    14/03/2005 à 15h47

    Répondre

    Ben du coup je plussoie pour les cobras, carrément déçu. (The Sorrow, je te veux plus, PLUS!).
    Pas de background aussi puissant que Sniper Wolf, Psycho-Mantis ou même Solidus. ouch.

  • Kain2097

    14/03/2005 à 22h51

    Répondre

    Mantis a dit :
    Ben du coup je plussoie pour les cobras, carrément déçu. (The Sorrow, je te veux plus, PLUS!).
    Pas de background aussi puissant que Sniper Wolf, Psycho-Mantis ou même Solidus. ouch.
    The end a lui tout seul explose tout les autres boss de la serie MGS!!!

  • Ichabod

    15/03/2005 à 20h38

    Répondre

    Il ne s'agit pas des boss en eux mêmes, il s'agit de leurs implications dans l'histoire qui approche le néant (sauf un) : on dirait qu'ils sortent de nulle part. Qu'ils soient tous une experience vidéoludique à part entière, soit, je te l'accorde. Ca ne m'empeche pas de les trouver particulièrements creux, au regard des autres protagonistes de la série.

  • Kain2097

    15/03/2005 à 22h48

    Répondre

    Je comprend mieux. Je suis alors d'accord avec toi.
    Du point de vue jeux par contre les boss de mgs 3 (surtout the end) sont vraiment bon.

  • Ichabod

    17/03/2005 à 20h52

    Répondre

    http://www.konamijpn.co.jp/products/mgs ... index.html

    Après avoir répondu au petit questionnaire, qui permet de vérifier si vous avez déja fini le jeu pour éviter de vous spoiler, admirez des petites vidéos parodiques réalisée par Konami.

    Je recommande particulièrement "Why are you here?".

  • Mantis

    18/03/2005 à 14h43

    Répondre

    Kain> Je parlais bien sûr des boss du point de vue scénaristique.
    Les combats sont, comme dans tous les MGS, des moments d'anthologie. J'ai préféré Sorrow à End, autrement plus symbolique même si bien moins intense.

  • Kain2097

    19/03/2005 à 00h31

    Répondre

    http://speeddemosarchive.com/mgs3.html

  • Kain2097

    20/03/2005 à 11h48

    Répondre

    C'est avec beaucoup d'émotion que je vais vous donnez mon verdict sur ce jeux qui est un véritable film interactif dans tout les sens du thermes.
    Metal Gear Solid 3 est une pure turie niveau scénario. Beaucoup moin philosophique que MGS2, MGS3 lui préfère se concentré sur les personage principaux et nous livré une histoire émotionellement époustouflante. Hideo Kojima base sont scénario sur des fait reel pour ensuite prendre un chemin qui lui est très loin de la realité. Donc mieux vaut conaitre un petit peu ses cours d'histoire pour pouvoir faire la part de la realité et de la fiction. Car fiction il y a beaucoup dans les MGS. Certain n'aime pas trop et préfère la crédibilité d'un splinter cell.
    Mais la serie Metal Gear a toujours fonctioné ainsi, nous emportant loin de nos petite vie. Cette fois si le jeux se déroule durant la guerre froide dans les années 60. Vous allez enfin conaitre l'histoire de Big Boss... Préparez vos mouchoir... Quoi qu'il en soit, l'espris de la serie et toujours là. Des émotions poussées à l'extrême. Des personage aux personalités hautes en puissance. Des réflections poussé sur le monde dans lequel on vie (The Boss sur ce plan nous fait pars de sa vision des conflit et de la guerre). Hideo Kojima a sut aussi donnez un ton comique à certain passage du jeux qui fait que les personages de MGS sont très humain et vivant.
    Donc coté scénario rien a redire a pars qu'il est domage que toute la place est prise par les personage principaux et que les boss sont très peu déveloper par raport au épisode précédent.
    D'ailleur parlons en des boss. Même si leurs personalité est inexistante pour certain, on noteras que en therme de plaisir de jeux il sont a la hauteur de tout ce que l'on a pu voir dans les précédent metal gear solid. Ainsi The End parviens a se hisser parmis les meilleur boss de la serie (voir le meilleur tout court!!). Je ne vous livrerais pas les spécialité de chacun, mais l'originalité est au rendez vous.
    Au niveau du gameplay dans ce nouveau mgs on trouve pas mal de nouvelle chose. Maintenant vous n'aurez plus de radars. Même si ça peu faire peur au début (moi perso j'ais tjrs jouer sans radars donc je m'en tape), on se rend compte que MGS3 et un peu plus simple que MGS2. En fait on peu vraiment y aller comme un bourin et finir le jeux sans s'infiltré du tout. C'est pas vraiment un défaut, disons qu'on a le choix de faire comme bon nous semble. Le mode extrême reste je rassure pour les foufurieux de la manette assez hard!!
    Donc plus de radars, mais beaucoup d'arme lourde. Vous aurez même droit a un bon fusil a pompe oui messieur.
    Le jeux se déroulant en pleine jungle hostile, vous allez devoir chasser, géré votre stock alimentaire, vous allez devoir aussi vous soignez a la rambo etc... Tout ça comtribue a totalement modifié ça façon de jouer par raport au ancien MGS, et ça fait plaisir a voir et a jouer. A cela s'ajoute plusieur costume pour se fondre dans le décort (ça c très très utile notament contre The End).
    A coté de ce coté infiltration vous aurez droit a de véritable passage d'action bien bourin. J'aurais jamais cru voir ça dans un MGS. Fin c'est vous qui prenez la décisions, moi j'ais pas pu résisté a rentrez en force dans certain complexe. Variété d'aproche, voilà ce que MGS3 vous propose. Le jeux est bien trop riche pour que je parle encore plus du gameplay impressionant. Faut juste savoir que ya quelque déception tout de même a ce niveau là. Le fait de grimpé au arbres n'est pas assez exploité selons moi, et la possibilité d'interrogé des soldat sous la force est totalement inutile. Tout le reste n'est que perfection.
    Maintenant on vas parler technique. Et bien mes coco j'aurais jamais cru voir ça sur ps2!!! On se demande même parfois quesque ça fou sur ps2 des effets pareil. Même la X.box n'as pas exploré les effet de vent sur les vêtements, les reflet en tout genre, la gestuelle des arbres, des flammes. Les effets sont impressionant. La modélisation des personage frise la folie totale, un vrais festival. Ya qu'a voir le personage de EVA modélisé a la perfection. Non content de nous livré des décort et personage modélisé a la perfection (qui nous fairait presque croire qu'on a en fasse de nous un film en image de synthèse interactif), la ps2 nous livre une IA très poussé pour les adversaire (mais par moment scripté). On noteras aussi un gros travail sur l'animation des personages et des visages. Les scène 3d sont parfaitement mise en scène par hideo kojima qui surpasse bon nombre de realisateur ciné, le final du jeux part carément dans une folie fou furieuse pour tomber dans une émotion qui vous fairas pleuré comme jamais.
    Techniquement le seul bémol est l'animation qui saccade (c'est rare je vous rassure) et un aliasing assez prononcé. Pour de la ps2 c'est inespéré. La console est exploité a 100%. Votre console vous l'aurez pas acheté pour rien c'est moi qui vous le dit.
    Pour ce qui est de la musique, c'est encore plus beau que sur MGS2. Les bruitage sont dans le même tond que les ancien MGS.

    Donc voilà, pour conclure, metal gear solid3 est plus émotif, moin philosophique. Le plaisir de jeux est inespéré, varié, bouré de passage anthologique. Le final vous foutra une tel baffe que vous aurez du mal a vous soulevez de votre chaise pour éteindre la console.

    Le jeux possède des défaut (aliasing, quelque aspect du gameplay pas assez poussé...), mais vraiment, mgs3 est une véritable oeuvre d'art...
    Merci Hideo Kojima.

  • Jade

    04/04/2005 à 10h16

    Répondre

    Ouai, par contre, niveau contexte historique, c'est assez limite, ils se sont permis 2-3 petites licenses Et encore, j'ai joué que quelques heures, alors je me dis que ca empire sur la fin.
    On se marre beaucoup, même si y'a 2-3 problèmes de maniabilité (appuyer 2 fois sur le même bouton pour se coucher, on se fait choper sans arret a cause de ca), et qu'on a peur de revoir surgir cette tafiole de Raiden à chaque secondes (même si chronologiquement parlant ce serait difficile, mais bon c'est Metal Gear).
    CHui pas très loin, donc, mais je me permet de trouver que l'ambiance est peut-etre moins trippante que sur les 2 autres, et que la liberté de mouvement est moins poussée que dans le 2. Enfin on verra bien, mais pour l'instant c'est quand meme très bon

  • Arlequin

    10/04/2005 à 18h02

    Répondre

    Il faisait beau il y encore un quart d'heure au-dessus de Bruxelles... Et puis soudain, hop, un coup de vent, le soleil se couvre et c'est la fin de l'idylle... Ca tombe bien tiens; si quelqu'un doit prendre la responsabilité de remettre MGS3 à sa place, autant que ce soit un bleu fraîchement débarqué...
    C'est parti...
    Enchanté par MGS, transcendé par MGS2, c'est tout naturellement que j'achète MGS3, d'autant plus que la critique semble unanime. Première surprise, il n'y a plus de radar. Splinter cell - style. Mauvaise nouvelle à première vue, moi qui avais pris l'habitude de traverser certaines salles les yeux rivés uniquement sur lui, j'allais en prendre pour mon grade... Du coup, le gameplay se renouvelle complètement : on est constamment aux abois, de peur d'être surpris par un garde arrivant dans le dos, ou planqué comme un fourbe derrière un élément du décor. Je suppose que pour la grande majorité des joueurs, cela constitue un excellent facteur d'intégration. Oui mais...
    Ayant préféré entamer la partie en mode normal directement, je m'étais dit qu'il vaudrait sans doute mieux rester le plus souvent planqué dans les hautes herbes. Tout juste, commandant. Résultat, pour éviter de me faire surprendre, j'ai passé au moins les trois quarts du temps dans les fougères, à avancer à du deux à l'heure, au milieu des serpents qui d'ailleurs ne s'en sont jamais formalisés... A ce niveau, on peut en dire de même pour le camouflage. Complètement irréaliste mais au fond quelle importance, ce système montre ses limites dans sa redondance; déjà, au milieu des hautes herbes, le camouflage approprié est amplement suffisant. Il y a donc moyen de finir le jeu sans en changer bien souvent. Et quand on sait que chaque fois que l'on veut enfiler une nouvelle tenue, le passage par le menu est obligatoire, on se dit que se balader en vert au beau milieu d'un sentier de montagne, eh bien on s'y fera ! En bref, pour ne pas se faire repérer, il faut rester lambiner avec les fourmis et dépenser son temps en cabine d'essayage dès que l'on croise le moindre arbre; au final... on sort la grosse artillerie, et on fonce dans le tas, le tout avec le drapeau US colorié sur la face, pour rester dans l'air du temps...
    Quelques bonnes idées mises à part, le gameplay est donc relativement faible, les grandes trouvailles de MGS2 étant ici reprises façon copier/coller. Mwarf.

    Ouais mais ça ce n'est rien ! MGS c'est aussi et avant tout une histoire, des personnages, et des retournements de situation !! Tiens c'est l'orage sur Bruxelles maintenant...

    Pour ce qui est du scénar' et des "pièges" de Kojima, je pense que le but n'était pas de faire dans l'exceptionnel, contrairement aux épisodes précédents. Mission accomplie... Ca se laisse suivre, c'est sympa... D'un autre côté, si vous avez 12 ans et que les mots "guerre froide" vous évoquent Napoléon en Russie... bah non même pas, les documents historiques se révélant au final peu nombreux, mieux vaut vous plonger dans un bon dictionnaire... Quant aux révélations finales, elles sont bien moins fortes que ce que l'on aurait pu attendre...

    Pour ce qui est des persos, hé bé j'ai pas fini d'ergoter (j'essaie de rester consensuel hein...). Ca ne se fera pas sans quelques spoilers... En fait, j'ai vraiment l'impression que quelque part, les développeurs ont voulu se foutre de la gueule de leurs propres persos; un seul y réchappe à vrai dire, ce qui renforce encore son charisme...
    Les Cobras tout d'abord; bon je passe sur Mr 100.000 volts, il se suffit à lui-même... Bah les autres aussi en fait, que ce soit The Pain avec ses frelons et ses cabrioles ridicules, The Fury, qui s'en sortait presque mais qui fait rire avec ses deux minutes trente de combat, et les autres dont on ne parle que pour meubler la trame maigrichonne... The End est plus particulier, son combat est intéressant, mais la scène de sa mort (enfin, la vraie scène) est en-dessous de tout, avec ce dentier qui s'arrache littéralement de sa bouche pour le faire taire Si quelqu'un a compris le sens de ce passage...
    Ocelot, lui, c'est voulu, c'est pas possible autrement; que ce soit contre Eva ou contre The Pain, c'est trop ridicule que pour être valable...
    Snake, avec ses champignons phosphorescents; Para-medic, avec ses références complètement à la masse (où sont celles de MGS2...??? ); le Major, avec sa référence à James Bond (mention spéciale pour le générique, complètement moisi); et Eva, le stéréotype ambulant, qui se dépoitraille à la moindre occasion, bref, s'ils l'avaient faite brune je n'aurais pas compris...
    Reste donc The Boss (et, admettons, The Sorrow, d'ailleurs les deux ne vont sans doute pas ensemble pour rien), pour laquelle rien n'est laissé au hasard, si ce n'est son rôle de boss de fin (je vois pas trop où était son intérêt à elle, dans toute cette histoire...).

    Tout ça pour dire que, honnêtement, ben... j'ai pas adoré !
    Reste surtout une vitrine technique bien agréable, mais bon, l'intérêt d'un Metal Gear n'est pas vraiment là...

    Ouf... Je m'arrête là pour la première partie...
    Just joking...

  • Mantis

    10/04/2005 à 21h47

    Répondre

    Il y a quoi comme "non-features" dans le MGS3 belge?

  • Arlequin

    11/04/2005 à 18h41

    Répondre

    Oui en réalité le véritable défaut du jeu est ailleurs : il n'y a pas le drapeau belge en peinture de camouflage; et de là j'envisage un malheureux camouflet...
    Euh ouais c'est vrai qu'à lire les autres commentaires, j'ai pas l'impression d'avoir joué au même jeu...
    Je vais peut-être le recommencer en mode easy...
    (Mais quand même, Psycho Mantis ça c'était du boss... )

  • Mantis

    11/04/2005 à 22h06

    Répondre

    ET le pseudo parla tout d'un coup pour l'utilisateur...

  • Arlequin

    11/04/2005 à 22h47

    Répondre

    Certes.
    De ta simple et unique question en guise de réaction à mon humble texte, j'avais raisonnablement pu conclure que tu n'avais pas compris grand-chose à mes développements... D'où mon ton plus léger et un humour proche de la catastrophe. Mais apparemment, tu n'es jamais content.
    Soit. Peu m'importe.

    Edit : je parlais bien ici de mon humour en évoquant une catastrophe; bah oui, je ne me suis pas inscrit pour attaquer tout le monde... Enfin, j'ai compris, j'arrête de "flooder"

  • Mantis

    11/04/2005 à 23h11

    Répondre

    J'avais au contraire tout compris et il est ton droit de na pas aimer ce jeu.
    Or, tout le monde etant enthousiaste vis à vis de cette oeuvre, je me suis permis un trait d'humour visiblement compris de manière floutée.

    Je m'en excuse.

  • Neofire

    12/04/2005 à 01h01

    Répondre

    (n'empèche, il ou elle a dit que ton humour était catastrophique, ca m'aurait pas plu )

    2 choses à dire :

    1)Les commentaires seront, dans la mesure du possible, indépendants les uns des autres.
    (Grand Modérateur, si tu me regardes )

    2) Metal Gear Solid 3 donc : au début une légère déception, puisqu'au vu de ce que j'avais pu en lire, je m'attendais à un gameplay bouleversé et aussi équilibré que pouvait l'être celui de MGS1, par exemple. Raté de ce côté la, et le joyeux bordel made in MGS2 est de la partie(mais avec un level-design de ouf-malade). Au rayon des nouveautés, si le camouflage apporte un plus indéniable, je suis plus sceptique quant à l'aspect survie. Certes c'est une variation plutôt intelligente de la sempiternelle barre de vie, mais, la faute à une difficulté absente, ca se réduit la plupart du temps à manger un serpent de temps en temps, pour ne pas être trahi par son estomac.
    Finalement, quelles sont les qualités [b]propres à ce troisième épisode ? Le fabuleux level-design donc, le parfum de nostalgie qui berce toute la deuxième partie, des bosses d'anthologie(The End bien sur, mais aussi The Fear et The Fury) et ... l'absence de radar.
    Je trouve que ca transfigure véritablement le gameplay, qui perd son côté "Pac-Man en treillis". Couplé aux gènes de visibilité occasionnées par la jungle, ca oblige à un round d'observation pour chaque nouvelle zone et à une réhabilitation de certains "ex-gadgets" (les jumelles, le micro...).
    Alors bien sur y'a toujours cet aspect "Die & Retry" qui pourrait tout foutre en l'air(d'autant plus quand on sait qu'au départ, Kojima voulait tout simplement bannir le "Continue"), bien sur la mise en scène est épouvantablement kitsch et y'a toujours cette caméra, mais pour le reste, tout a été dit sur Chronicart. En mieux. Mais en plus long. Mais en mieux.
    Pour moi, et ca me fait mal de l'admettre, la plus grosse qualité de ce jeu c'est d'être un Metal Gear Solid. C'est passer des heures dans le codec, c'est faire des blagues aux gardes, expérimenter toutes les conneries possibles et réaliser qu'ils[/b] avaient anticipé, c'est se marrer parce que décidément ce jeu est vraiment trop con(Raiden qui s'en prend plein la gueule, l'intro de Snake Vs Monkey ). Au fond c'est toujours le même problème, il faut faire l'effort d'y adhérer pour pouvoir l'adorer

    Ouais j'ai raté ma conclusion mais personne is perfect.
    Mais en plus long.

  • Anonyme

    13/04/2005 à 11h45

    Répondre

    MGS3 Snake Eater!

    Un titre qui marque sur la PS2!

    Tout à fait ce qui peut être apélée une révolution dans les missions d'infiltration! Ainsi qu'une référence!

  • Pedrof

    30/12/2005 à 10h42

    Répondre

    Arlequin mon ami tu viens de trouver un allié céans dans la lutte contre le démon [i]Snake Eater. Maintenant je passe à l'action !

    Déjà, pour commencer, revenons sur les raisons du phénoménal succès de Sons of Liberty :

    * des graphismes impressionnants à l'époque
    * des ajouts de gameplay très attendus par les fans, exemple : tir en vue subjective
    * le scénario était une première dans le domaine du jeu vidéo je pense, de par sa densité et le caractère philosophique de l'ensemble
    * le jeu était rempli d'une foule de détails rigolos, à l'instar de MGS1, mais en mieux
    * la mise en scène des cinématiques était vraiment très dynamique
    * et pour ma part j'ai beaucoup apprécié la rejouabilité du jeu, la joyeuse quête des dog tags, les bonus, etc...

    Maintenant passons à MGS3. Je ne vais pas le cacher plus longtemps, ce jeu m'a profondément déçu et je me suis franchement ennuyé en le faisant ; l fin a été pour moi une délivrance et la possibilité de ranger vite fait dans mon armoire à jeux ce troisième volet de la saga Metal Gear. Je vous prie d'excuser la possible déconstruction de mon argumentaire, j'ai plein de trucs à dire eeeeet... enfin voilà quoi

    Commençons par le scénario. Certains détracteurs du deuxième volet ont violemment critiqué le gameplay, arguant le fait que le jeu était plus contemplatif qu'autre chose et recherchait plus l'esbroufe visuelle que l'efficacité dual shock 2 en main ; cependant, ils concédaient volontiers qu'heureusement le scénario était là pour les pousser à aller jusqu'au bout de l'aventure, multipliant rebondissements, cinématiques dynamiques et propos de plus en plus profond. Mon problème est le suivant, dans MGS3 le gameplay n'a quasiment pas évolué et l'histoire a profondément régressé. Effectivemnt j'ai donc eu des problèmes de motivations pour me taper Snake Eater jusqu'au générique de fin.

    Je m'explique. Dans le fond qu'est-ce que le CQC ? Ce n'est qu'une version améliorée de l'ancienne possibilité de prendre les soldats en otage ou de les lancer en l'air, qui offre maintenant la nouveauté de :
    - interroger les soldats (on s'accorde à dire que c'est un gadget)
    - tirer avec un bouclier humain (l'exécution de ce mouvement au pad est affreuse)
    - maîtriser un garde même de face, probablement le plus intéressant, mais loin d'être une révolution.
    Donc exit le CQC. Passons à l'aspect survie et à la bouffe. Totalement passionnant le concept de soigner ses blessures ! Se taper à chaque fois un temps de chargement pour aller dans le menu et faire bip bip dans l'arborescence de l'écran pour utiliser des itemps dont on ne manque jamais, ça m'excite comme un petit fou. Le trip survie dans la jungle est également raté, comme la souligné Arlequin, le héros ne craint même pas les serpents ! Mouarf. Reste la bouffe. Encore un gadget pour camoufler un manque d'innovations évident : tirer sur les animaux, ouvrir le menu et appuyer 2 fois sur rond ==> super MGS3 ! Bravo Mr Kojima, merci pour cette merveille d'audace et d'invention !

    Pour rester sur le gameplay, votre Hideo chéri a aussi fait le radin de l'originalité. En fait, il a fait les choses à moitié, il voulait transposer l'aventure dans la jungle, mais sans toucher au gameplay qui a pourtant toujours été optimisé pour l'évolution en environnements urbains assez serrés. Résultat, des grosses aberrations que les fan-boys ont gobé comme des boeufs, aveuglés qu'ils sont par l'aura de la saga que les critiques de l'épisode 3 ont fait injustement perdurée. Je cite la caméra au-dessus qui empêche de voir devant soi dans la jungle (!). On aurait pas accepté dans un autre jeu, pourquoi alors l'acceptez-vous pour Snake Eater ?

    Un forumeur a parlé du level design "monstrueux" du jeu. Honnêtement je vois pas trop de quoi tu parles, à aucun moment les décors et les situations aménagées dans ceux-ci ne m'ont fait tripper comme un porc. Le level design est un art très difficile je pense, et je n'ai souvenir de rien de marquant en la matière depuis l'époque PSone, mis à part peut-être Kill.Switch et SOS The Final Escape. Mais bon, la mémoire me trompe peut-être.

    Je passe maintenant à l'élément qui devrait en toute logique sauver un MGS[/i] digne de ce nom, je parle bien sûr du scénar'. Hahaha, manque de chance, il est totalkement raté dans cet épisode ! Les testeurs ont du se mettre des oeillères je pense, en jouant, pour pondre des textes aussi élogieux à propos de l'histoire. Déjà, c'est un modèle de non-rythme : tout ou presque se passe pendant l'intro et dans la dernière partie du jeu (à partir de la capture de Snake) ; refaites le jeu, il ne se passe proprement rien au milieu ! Franchement, c'est tuant. D'autant plus qu'ici l'histoire n'a pas les prétentions philosophiques de MGS2, et se contente de nous raconter un sous-James Bond lourd, plombé de clichés (EVA, Vulcain), mettant en scènes des personnages inintéressants au possible (Snake a beau être Snake, par rapport à Solid l'engagé de MGS2, Naked Snake fait ici bien pitié, The Boss n'es là que pour régulièrement et honteusement mettre une grosse rouste à Snake et tente minablement d'exister à la fin du jeu avec un discours pseudo-métaphysique facile et peu fin, les Cobras sont tout simplement ridicules, The Sorrow est sous-exploité), tentant désespérément de prendre de l'ampleur à la fin du jeu (un peu tard Mr Kojima) et de plus servie par une mise en scène qui n'a plus rien du dynamisme de Sons of Liberty ! Ma parole, il ne faut rien connaître au cinéma pour dire que les films de Snake Eater sont bien réalisés !

    Les musiques n'ont rien à voir avec Sons of Liberty, rematez juste la scène d'intro et vous saurez ce que c'est frissonner devant une cinématique de MGS ! Donc les musiques sont mal coordonnées avec la mise en scènes, les plans sont moins inventifs que dans MGS2, c'est très plan-plan raplapla, les astuces de cinéaste comme le ralenti, brillament utilisées dans MGS2, cf l'esquive du couteau sur le tanker, un grand moment!, sont ici grotesqes, je pense par exemple au cigare qui vole dans la cinématique d'intro. Pfff ! LOURD. Je finis par un coup de gueule également sur la violence gratuite franchement déplaisante quand Snake se fait choper. J'ai trouvé la manière dont la caméra esthétise le passage à tabac était franchement déplaisante, d'autant plus que la violence n'est ici là en aucun cas pour souligner quelconque message, mais juste pour le fun. Mouais, j'aime pas trop ça...

    Les quelques secrets du scénario ne concerneront que les fans hardcore de la série qui veulent écouter tous les dialogues possibles au codec, bref c'est anecdotique, et de plus le scénario ne révèle pas tout sur les événements impliqués dans l'histoire. L'embrouille des micros films reste assez floue, et les explications des quelques fans à qui j'ai parlés restent des interprétations.
    Pour résumer, ces quelques éléments ne sont pas primordiaux pour cnsidérer le scénario global, qui reste pauvre, mal rythmé et CREUX. A mon avis il ne doit pas falloir connaître grand chose dans le cinéma et les jeux vidéos pour être séduit par cette histoire, ou alors faire preuve d'un sens critique qui brille par sa non-existence. The Boss ne sert à rien dans toute l'histoire, et à la fin, tac comme ça, par magie, elle donnerait une dimension philosophique à tout ça ? Hum beaucoup trop facile, j'espère que Kojima trouvera beaucoup mieux pour MGS 4, sinon ça va c h i e r .

    Je crois que j'ai à peu près fait le tour, je ne me suis pas trop penché sur les détails techniques, mais sachez que les graphismes subissent un effet de flou, que pour ma part je trouve désagréable, et que l'animation est bien, mais alors bien moins fluide que dans MGS2. Refaites les couloirs du tanker, vous verrez que c'est flagrant.

    Voilà pour conclure je ne me suis pas du tout amusé avec ce jeu, donc oui je le dis je le considère comme mauvais et c'est pas sûr qu'avec moi pour le test il ait dépassé la moyenne.

    Je vais dire aussi autre chose qui me tient à coeur, j'ai la grosse impression que beaucoup de joueurs gobent trop facilement les avis de la presse et consorts ; il suffit qu'on proclame un jeu comme chef d'oeuvre, et hop ! 90% des gamers vont lui sucer la b*** ! C'est désolant franchement... Regagnez un peu votre sens critique !

    Et message à Kain2097 : tu inondes le web de pas mal de critiques, j'avoue n'en avoir lu qu'une (celle de MGS3), mais tu sembles te pencher uniquement sur des "hits" reconnus (god of war, re4), ce qui n'est tout de même pas très intéressant, à part si tu avais une opinion en contradiction avec les avis généralement reconnus, ce qui ne semble pas être le cas... A mon avis tu devrais t'ouvrir un peu à des oeuvres moins connues et être moins consensuel dans tes articles, et aussi argumenter plus... M'enfin ce sont juste des conseils, t'en fais ce que tu veux.
    Reste que faire un test élogieux d'un jeu qui obtient en général entre 8 et 10/10 dans la presse spécialisée, je vois pas trop l'intérêt...

  • kenji

    30/12/2005 à 18h35

    Répondre

    Tu as un avis intéressant mon bon Pedrof que je partages volontier sur bien des points notament sur le gameplay et le scénar que j'ai moi aussi trouvé moins bon mais tu t'acharnes trop et tu manques d'objectivité parce que le jeu a des bons points indiscutables (immersion très prenante une fois qu'on a compris qu'il faut ramper 90% du temps pour pas se faire repérer systématiquement, combat contre les boss monumentaux, animations des persos impressionantes...) et on peut pas dire qu'il soit mauvais.

  • Pedrof

    30/12/2005 à 19h02

    Répondre

    bah un avis c'est toujours personnel, et de mon côté les points positifs (immersion dans la jungle, malheureusement on sort assez vite de la jungle, combat contre the end, les autres combats étant très classiques) n'ont pas réussi à faire passer la pilule des points négatifs

    mais je t'accorde qu'au début j'ai apprécié l'immersion, mais j'ai vite déchanté quand, après avoir attendu pendant 2 heures une cinématique je me retrouve avec une séquence de 2 minutes de "ocelot fait son show avec ses deux guns"

    après cette scène, il y a bien eu les décors de la caverne, cherchant à soudoyer mon esprit critique par leur qualité visuelle, mais rien n'y fait, le scénario ne décollant pas et la jungle disparaîssant ont vite fait apparaître l'ennui dans mon jeu et graver dans mon âme l'opinion négative que j'ai aujourd'hui du jeu

    (note : j'ai quand même fait l'effort de me retaper intégralement toutes les cinématiques pour avoir l'idée la plus précise possible du scénario)

    (re-note : ce ne fut pas un plaisir )

  • idrissleboss

    01/01/2006 à 10h07

    Répondre

    moi je trouve que celui-ci est plus amélioré que les 2 premiers

  • raidenjeff

    10/01/2006 à 10h16

    Répondre

    Niveau ambiance et scénario MGS3 est bien mon préféré
    C'est beau, l'histoire a un coté beaucoup plus humain et poétique que les 2premiers.

    Maintenant en terme de jeu, je me suis ennuyé, je n'ai pris aucun plaisir...Passer son temps à ramper et dans les menu a changer de costume pour tuer un garde tout les 10m...C'est lourd.

    Bref j'avais pris grave mon pied dans MGS2, (AH.....Le tanker!) autant dans MGS3, je m'attendais à beaucoup plus plaisant.

  • kanarticho

    24/01/2006 à 18h58

    Répondre

    La grande qualité de cet opus est d'offrir une mulititude de possibilité pour franchir les obstacles, depuis le "0 kills, 0 alerts" au texas ranger mode (comprenez bourre-pif avec rpg si possible) en passant par le sniper ou le lancer de ragondins empoisonnés. En ce sens je trouve cet épisode meilleur que le deuxième. Autre argument, le level design, pas génial dans sons of liberty (merci pour le big shell copier-coller) d'une richesse incroyable. Enfin le scénario est un régal. Perso je recommande.

  • raidenjeff

    02/02/2006 à 17h53

    Répondre

    dans MGS3 aussi le level design c'est du copié collé...(jungle presque tout le long) et les décors sont beaucoup moins bien pensé que dans MGS2.

    MGS3 offre beaucoup plus de possibilité, mais les caches se limite a des fougère ou des arbres (très faible) alors que dans MGS2 les intérieurs regorgent d'objets (caisses, conduit de ventilation, embranchement), de cachettes en tout genre.

    Le tanker est un vrai régal pour s'infiltrer, l'architecture a été penser pour. C'est meme le meilleur level design tout mgs à mon sens.

  • Mantis

    04/02/2006 à 16h57

    Répondre

    Le truc est qu'un MGS se joue beaucoup pour son level-design, certes, mais aussi enormement pour son ambiance, son scénar et ses (très) nombreuses trouvailles de gameplay qui lui offrent se cachet si spécial.

    Les boss fights nom de nom !

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques