8.5/10

Metroid Prime Trilogy - Test

C'est une très bonne idée de nous proposer un coffret avec toutes les aventures de Samus Aran. Complet, au gameplay varié, et avec un charme graphique fou doublé d'une ambiance musicale exceptionelle et d'hommages au monde de la SF. Une très bonne compilation.

En 2003 apparait le premier Metroid Prime sur Gamecube après une dizaine d'années d'absence du planning des sorties. Il est suivi par une onde de choc un an plus tard qui s'appelle alors savamment Metroid Prime 2 : Echoes. Puis il faudra attendre 2007 pour un épisode sur Wii qui complète cette trilogie made in Nintendo du plus bel effet. C'est aujourd'hui ce que propose notre éditeur nippon préféré sur une seule galette. La trilogie au grand complet.

Pour les fans de la série il n'y aura d'ailleurs qu'une surprise dans cette chouette édition des aventures de Samus Aran, la chasseuse de primes inter galactique. En fait ce n'est pas tout à fait vrai puisque les deux premiers opus que les aficionados
connaissent si bien ont été remaniés à la sauce "nouvelle façon de jouer " pour le plus grand bonheur des commandes optimales que ce portage apporte. Ceux qui ont joués à l'opus Metroid Prime 3 : Corruption se rappellent encore du bonheur de pouvoir gérer pour la première fois les commandes de Samus et de son armure grâce à la Wiimote et au Nunchuck. Le concept est étendu aux deux premiers épisodes ce qui constitue déjà une très bonne chose. Si on rajoute à cela le temps cumulé des trois histoires on obtient tout de même plus de cinquante heures de jeu pour un prix défiant toute concurrence. A noter aussi, les crédits bonus et captures d'écran deviennent disponibles dans Metroid Prime et Echoes au travers de cette édition prestige. Un premier constat efficace donc.

Mais reprenons un peu d'histoire avant d'aller plus loin dans la description du jeu et de ses failles. Samus est un des derniers remparts armés de la galaxie, pacifiste dans ces heures de trouble ou la menace rode. Que ce soit sur Talon IV (dans
Metroid Prime),  sur une planète à deux dimensions au doux nom d'Ether (le monde du numéro deux) ou sur les lieux de l'infection d'Aurora 242, elle se promène allégrement dans son armure qui ne laisse entrevoir que des yeux félins et impitoyablement doux. Aidée de ses multiples gadgets et armes, il faudra à chaque fois se décider à améliorer le monde en éradiquant la vilénie spatiale ou la vermine pirateuse interstellaire. Fidèle à cette conduite implacable vous voyagerez donc de toit du monde en toit du monde dans de très grands moments pleins de références SF.

La compilation nous fait remarquer une fois de plus que la Wii n'a pas grand chose à envier à la Gamecube question capacités puisque graphiquement dans les deux cas on est au top. Certes oui, mais ca ne va pas si loin que cela en comparaison de nos nouvelles consoles de salon high-tech (qui elles même n'en sont pas encore à leur
maximum).  Passé ce gros détail, la saga vaut définitivement le coup d'œil même aujourd'hui. En effet, si les textures ne sont pas encore travaillées de manière optimale en ce début de mission sur Talon IV, il n'en reste pas moins que l'ambiance est indéniablement prenante. Cette atmosphère continue son joli travail par la suite des événements et nous retrouve dans chaque développement de chaque soft. On sent la solitude de notre héroïne de manière fort palpable. Ici pas de sidekick, pas d'alternative à l'action et au devoir devant nous, au milieu de ces grands labyrinthe qui constituent l'univers des Metroids. La bande son colle aux environnements et emprunte à tout le monde de la SF. La musique d'introduction d'Echoes fait penser par exemple à la musique de Terminator 2 et il règne effectivement une sacré ambiance de jugement dernier sur Ether, la planète qui a vu se faire massacrer tant de soldats.

C'est donc très agréable de se replonger dans ce magnifique travail qui avoisine pas loin d'une bonne cinquantaine d'heures de jeux (sans finir a 100% le travaille de détective immense de la saga) et qui intègre aussi bien de l'aventure que de la plateforme et du FPS. On se balade constamment entre les univers variés et les tunnels de secours, que ce soit en morph ball ou debout dans sa belle combinaison chatoyante. On découvre aussi de nouveaux pouvoirs a chaque coin de ruelle, de nouvelles façons de s'en servir, dans un environnement complet et détaillé ou
quelques puzzles vous attendent de pied ferme. On trouvera peut être aussi l'action un peu répétitive et on sera fortement blasé de ne pouvoir sauvegarder librement. Effectivement, à ce niveau, on pourra quand même râler d'être obligé de jouer par tranche de deux heures (soit deux pourcents de l'aventure en gros). Mais au bout du compte le temps passe vite lorsque l'on nage en harmonie avec un personnage dans une galaxie hypothétique colorée de sa faune, de sa flore et de monstres à anéantir. On continue aussi à apprécier ces moments rares et beaux où le reflet de Miss Aran s'illumine dans le reflet de son casque à la suite d'une explosion et ou on oublie l'espace d'un instant que nous ne sommes pas sur une bête de console. C'est bel et bien le signe d'un boulot vraiment bien fait de la part de Retro studio, grand architecte de ces petits moments de bonheur qui a su insuffler beaucoup de vie dans ses titres.

Un plaisir donc de se remettre aux commandes de notre scaphandrière adorée et de partir dans ces quelques recoins de l'espace où les espèces néfastes et les histoires de vaisseaux spatiaux déchus pullulent à foison. De très bons moments sur Wii dans une jolie boîte qui contient de quoi mettre tout le monde d'accord. 

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques