8/10

Myst, Riven, Myst III Exile - Test

Assis devant votre bureau, vous apercevez, sorti de nulle part, un livre un peu étrange. Fait d'une couverture en cuir rongée par le temps où est écrit en lettres capitales le mot MYST, c'est tout naturellement que vous l'ouvrez pour découvrir, avec toujours plus de surprise et de curiosité, des pages vierges successives. Une substance noire, aux reflets d'obsidienne et de forme rectangulaire, recouvre néanmoins la page de garde. Intrigué par cette surface d'un noir d'encre, vous la regardez de plus près pour réaliser qu'elle est plus ou moins en mouvement et ondule. Soudain, en voyant apparaître un morceau de ciel bleu, vous comprenez que quelque chose avance à toute vitesse sur les flots d'une mer noire. Au loin, dans le brouillard, se distingue une forme. Une île. S'approchant toujours aussi rapidement, l'image survole l'île pour atterrir sur un quai de pierre surplombée par une tour, et définitivement s'arrêter. Quand vos yeux ne vous sont plus d'aucun secours pour vous expliquer ce qu'une image animée fait dans un livre, c'est tout aussi naturellement que vous faîtes appel à vos autres sens et que vous effleurez l'image de votre main. Grave erreur.

 

Exclusivement solo et réflexion : bien ou pas bien ?



Seul(e)..................
Vous voilà au milieu d'un monde inconnu, seul. Eperdument seul. Oh, ce monde n'est pas une jungle où vous serez obligé de survivre en retournant à l'âge de pierre. La technologie et la main de l'Homme s'affichent immédiatement à vos yeux : bâtiments, bibliothèques, ascenseurs, observatoire, claviers numériques, lettres, escaliers de pierre, fontaines, appareil volant... Vous ne comprenez rien à la plupart de ces lettres, livres, constructions et machines mais vous avez le sentiment que tout est lié et vu que c'est la seule chose que vous ayez à faire pour le moment, autant vous y plonger. Car vous avez beau parcourir toute l'île, vous ne rencontrez personne.

Tel est le principe de Myst et de tous les Myst. Réfléchir, réfléchir, relier, combiner, comprendre en utilisant tous les éléments mis à votre disposition et le tout sans faire la moindre rencontre (sauf une fois ou deux dans tout le jeu). Evidemment, d'emblée, il faut avoir conscience que ce type de jeu, extrêmement particulier, ne conviendra pas à tout le monde. L'on comprendra aisément que certaines personnes ne prennent aucun goût à un jeu :

- où il n'y a aucune action du début jusqu'à la fin, ce qui peut ennuyer prodigieusement,
- où des énigmes au niveau de difficulté élevée peuvent faire perdre patience et énerver,
- où la solitude permanente peut accabler.

Cependant, il faut aussi bien admettre que d'autres personnes peuvent être littéralement captivées et envoûtées par un jeu :

- où le mode sans action abreuve de tranquillité et ne génère aucune nervosité,
- où la résolution des énigmes au coup par coup et la compréhension progressive de cet univers complexe, à la manière d'un roman à suspense, enivre de satisfaction et attise toujours un peu plus la curiosité,
- où on n'a qu'une envie quand le jeu se finit enfin, c'est de recommencer.

En fait, la règle du « tous les goûts sont dans la nature » s'applique sans conteste à la série des jeux de Myst.


Effort graphique
Cependant, en se plaçant du côté de ceux qui aiment ce type de jeu, une seule idée vient aussitôt à l'esprit du joueur : c'est génial ! Myst n'a jamais été l'unique jeu de réflexion et bien d'autres l'ont précédé et lui ont succédé, mais aucun autre jeu n'a bénéficié de son succès. Pourquoi ? Est-il mieux que les autres ? Pas forcément. Mais parce qu'il est unique en son genre et parce qu'il a su réunir de manière subtile tous les ingrédients d'un bon jeu de recherche et d'énigme, il est sorti du lot.

D'abord, un univers graphique époustouflant : quels que soient les épisodes, il y a toujours eu dans Myst un effort graphique monumental : sens du détail, décors fouillés (tableaux, vases, et autres objets décoratifs plus ou moins farfelus), pièces luxueuses (lits à baldaquins, tapis, poignées de portes dorées), paysages féeriques (mer, falaise, cascades, forêt...), couleurs vives.

Ensuite, une très grande ingéniosité dans la conception des énigmes. On est vraiment impressionné, quand on les résout, par l'idée qui les sous-tendait et on se dit « Comme c'était bien pensé ! ». Il ne s'agit pas seulement d'un petit indice à chercher et à relier avec un autre. Non, il y a vraiment un long cheminement mental à mûrir en cherchant et en combinant avec une multitude d'autres éléments du jeu. En prime, bien qu'elles soient réalisées à 90 % sur le thème de la mécanique, elles ne nécessitent cependant aucune connaissance mathématique ou scientifique. La logique pure, accessible à n'importe quelle personne, quelles que soient sa culture et ses connaissances, suffit. Et quant au niveau de difficulté, elle paraît vraiment bien dosée : loin d'être faciles, les énigmes ne sont néanmoins pas impossibles et il n'y a vraiment pas besoin d'avoir été 1er de sa classe pendant sa scolarité pour y arriver. Patience, minutie et logique suffisent et de nombreux joueurs y sont parvenus sans presque jamais toucher aux soluces.


Enigmes ingénieuses
En prime, un scénario solide : bien qu'il soit un jeu de recherche très solitaire, Myst n'en raconte pas moins une très vaste histoire presque romanesque, chaque volet correspondant à une partie de la vie du héros, Atrus. Chaque histoire est pleine de rebondissements et on apprécie de pouvoir en être un acteur important. Ce qui est d'ailleurs très sympathique et qui renforce l'immersion, c'est que l'on n'incarne personne, on est soi-même, c'est à nous que s'adresse Altrus.

Enfin, une ambiance envoûtante : l'univers mécanique au milieu d'une nature sauvage non profanée, les clapotis de la mer, le chant des oiseaux, les cris des animaux, le battement d'aile d'un papillon ou le bourdonnement d'un insecte, le grincement de la porte ou des câbles d'acier, le choc des machines, le sifflement des gaz dans les tuyaux, une musique digne des grandes BO de films, rien n'est laissé au hasard, rien n'est oublié et l'immersion est totale.


La légende Myst

a) Naissance d'un mythe : Myst (1994)

Le 1er volet restera toujours un des meilleurs, puisqu'il est le 1er. Tous les ingrédients sont là : le graphisme, les bonnes énigmes, l'ambiance envoûtante, le scénario bluffe pas mal. Seul bémol : la musique est un peu inexistante. Si cela ne manque pas vraiment au joueur, on s'aperçoit en jouant aux épisodes suivants qu'elle aurait pourtant ajouté quelque chose.

Et évidemment, le système de déplacement image par image paraît aujourd'hui un peu désagréable.

Pour info, le coffret Myst de 1995 est compatible avec Windows XP malgré sa date de sortie ancienne. Il y a juste un réglage en 256 couleurs à faire.

Pour les propriétaires de PSP, sachez qu'il a été réédité le 20 octobre 2006 sur cette console. Bien que moyennement adaptée au support et sans amélioration ni dans le graphisme dans le gameplay, cette réédition reste toujours une opportunité pour les réfractaires aux jeux PC ou les éternels voyageurs.

b) Le mitigé Riven (1997)

Cherchant à innover par rapport au 1er volet, Riven a voulu faire en sorte que tous les mondes ne fassent qu'un ensemble, à l'inverse de Myst qui rendait les mondes plutôt indépendants les uns des autres. Perturbés par ce changement, certains joueurs l'ont dit beaucoup plus dur voir impossible à faire. D'expérience, on ne pourra que réfuter cette affirmation. A partir du moment où l'on a conscience de cette différence, le jeu n'est pas plus dur. Il prend juste plus de temps parce qu'il faut justement explorer tous les mondes avant d'essayer de résoudre les énigmes.

Cependant, on admettra qu'une certaine lassitude finit par s'instaurer du fait de cette exploration qui n'en finit pas.

De plus, graphiquement et du point de vue des commandes (toujours de l'image par image), on regrette que Riven n'apporte que très peu d'amélioration. Sa BO est par contre nettement plus riche.

c) L'apogée : Myst III Exile (2001)

Tenant compte des faiblesses de Riven, Myst III Exile revient vers la classique système de monde indépendants et nous offre un volet exceptionnel et ce, dès l'introduction.

Tout est mieux : des énigmes toujours aussi intéressantes, un peu moins de solitude, plus de séquences vidéos, de la vision à 306° et de l'image par image très atténué, une BO époustouflante, un graphisme de toute beauté, l'innovation d'un monde 100 % végétal et sans mécanique, 5 ou 6 fins différentes disponibles et un scénario presque émouvant.

Bref, presque rien à redire, ce qui lui a d'ailleurs valu d'être aussi édité sur PS2 et Xbox un an après sa sortie PC.



Pour les fans

Sont disponibles :

- Myst IV (et sa BO) et Myst V
- le Coffret avec les 5 Myst,
- la BO de Riven
- la BO de Myst III Exile
- Myst 1, Le livre d'Atrus par Rand Miller et Robyn Miller
- Myst 2, Le livre de Ti'ana par Miller/Wingrove
- Myst 3, Le livre de D'ni par Miller/Wingrove

http://www.myst.com/


Résumé de l'histoire pour chaque volet


Partager cet article

A propos de l'auteur

4 commentaires

  • math78

    02/11/2006 à 11h25

    Répondre

    Grand fan de la série, je me surprends, en lisant l'article, à repenser aux énigmes et à toutes les nuits prises de têtes que cela sous-entend.
    Que du bonheur pour peu que l'on soit masochiste cérébralement parlant, ce qui est mon cas.

    Le premier à été pour moi le plus dur, car je n'avais pas bien compris le but du jeu. Il faut dire que l'on m'avait donné le jeu sans notice, autant dire que j'ai été immergé de suite dans l'univers Myst : "mais qu'est ce que je fous là moi ? Et c'est quoi tout ce bordel autour de moi ? Pu****, je piges que dalle..."
    Puis une fois le principe compris, on se laisse aller à cet univers farfelu que seul un esprit supérieur et un tantinet compliqué peut imaginer.

    L'ambiance est au rendez-vous : graphismes superbes, musiques et effets sonores cohérents et sublimes et les scénarii..... hé hé hé.... je vous laisse la surprise.

    Bref, un des meilleurs jeu jamais sorti sur PC, pour peu que l'on aime les casse-têtes méchament tarabiscottés.

    Si tu es fan de Quake et ne jure que par ton bon vieux M-16.... passe ton chemin, tu ne risques pas de "fraguer" qui que ce soit.....

  • Islara

    02/11/2006 à 16h13

    Répondre

    Oui, la surprise de la découverte du 1er volet reste toujours un grand moment gravé dans nos mémoires, car même avec la notice (assez maigre en plus), on est quand même bien perdu.

    Oui, la 1ère fois reste toujours la meilleure, même si la suite a surpassé le 1.

  • Veterini

    03/11/2006 à 11h07

    Répondre

    Moi, je dois avouer n'avoir jamais été un grand fan de la série. Enfin j'ai joué qu'aux deux premiers, mais tout de même j'ai toujours trouvé ça un peu "froid". Et puis honnêtement le scénar c'est pas la grande force de Myst, je préférait un bon 7th guest avec une maison hanté et des puzzles plus dans l'ambiance et puis ses petites scénettes.

    Cela dit c'était quand même pas mal du tout, hein, mais bon pas fan quoi.

  • Islara

    03/11/2006 à 11h43

    Répondre

    Point de vue scénario et ambiance, ils ont justement fait un net effort dans le 3 (sans te parler du 4)... Mais il est vrai que ça reste toujours assez solo et "froid" pour reprendre ton expression.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques