8.5/10

NBA JAM - Test

Un excellent retour aux sources qu'on apprécie à sa juste valeur. Une belle animation et un nombre de modes de jeux impressionnant pour une grosse montagne de fun arcade à l'infini. Allez hop on y retourne.

Oui, on l'attendait avec grâce et impatience depuis l'annonce de sa sortie, le nouvel ancien NBA JAM, celui qui nous mettait des claques dans la face à l'âge d'or des consoles de salon de notre enfance, mais aussi à l'âge d'or du basket. A cette époque Jordan, Pippen, Grant, Johnson et tous les autres étaient les dieux du parquet et lorsque nous voulions nous détendre, nos héros devenaient funky dans ce jeu d'arcade qu'était NBA JAM. Le voici revenu en exclusivité sur Wii et donc probablement sur le meilleur support puisque c'est la console officielle du fun et que le jeu en question fut l'ambassadeur de ce même genre il y a de cela 15-16 ans en 1994 et 1995. Alors vieux rêve de nostalgique ou goût du jour?

Boomshakalaka!!!

La jaquette l'annonce, ça va dunker sévère, ça va casser du panneau, ça va voler à trois
mètres au dessus de l'imaginable après une course à grande vitesse avec des chaussures qui clignotent en rouge et une balle enflammée aux couleurs de la Tournament Edition (NBA Jam TE). On nous offre même le logo de la NBA en gros sur la pochette. On a déjà mal au yeux avant même de mettre le jeu dans la fente... Et ici pas de surprise on retrouve bien tous les éléments d'accroche du jeu initial. C'est nerveux, rapide et bruyant, on retrouve la fougue d'antan des deux contre deux à plus de 100 points majoritairement dunkés avec brio et fracas sur des quarts temps qui passent à la vitesse de l'éclair, cette façon brutale de pousser le porteur de la balle, les accélérations de bout en bout de terrain, la balle en feu, les petites répliques de Tim Kitzrow et autres joyeusetés. On est déjà conquis.

He's on fire!

Ça c'est pour ce qui n'a pas changé, à savoir les bases. Rassurez-vous, on vous a mise à jour la base des joueurs avec les équipes actuelles de la NBA 2011. LeBron
James et Dwayne Wade sont bel et bien là ainsi que de nombreux personnages bonus à débloquer au fur et à mesure de vos matchs. On n'a pas encore réussi à débloquer Bill Clinton comme au bon vieux temps mais il paraitrait que le président Obama fait une apparition. Au rang des nouveautés c'est un florilège de nouveaux modes, la plupart très sympas à jouer en solo comme à plusieurs comme le mode « Smash » par exemple qui consiste à casser le panneau de l'adversaire en premier pour remporter la victoire. Cette panacée est assortie d'environnements de plus en plus variés, flashys et blindés de petits plus ou de modes bonus qui marquent un tant soit peu la nouveauté comme le mode grosse tête débloquable au début du jeu en complétant le didacticiel (honnêtement on n'est pas fan de ce détail mis en avant alors que déjà dispo de manière anecdotique il y a quinze ans).
Mais pourquoi apprendre à jouer à un jeu qui nécessite deux boutons et une croix directionnelle me direz vous ? Et bien parce que la grosse nouveauté se trouve là. NBA Jam 2010 se joue à la wiimote et pas qu'un peu. C'est d'ailleurs le plus grand bonheur que nous apporte cette version car lors des dunks, bien qu'on ne les contrôle pas plus que par le passé, le type de shoot étant lié essentiellement à la position du joueur lors de sa pénétration dans la raquette, on peut par contre basher sa télécommande (avec dragonne bien sûr) vers le bas au moment du saut démesuré de votre joueur ce qui rajoute un petit coté nerveux à un jeu déjà sévèrement fourni dans ce domaine. On aurait voulu associer ce mouvement aux blocks également mais ce n'est pas prévu. Qu'à cela ne tienne, on pourra toujours se défouler en agitant les bras au sol avec une des gâchettes après avoir lamentablement poussé son adversaire en touche. Heureusement la touche n'existe pas, pas plus que les fautes, c'est toujours plus pratique pour décupler le plaisir de jeu arcade.

Goal tending


Vous aurez tout le loisir de compléter votre expérience par un mode campagne (disponible en quatre niveaux de difficulté dont insane) qui vous fait monter tranquillement dans le classement du tournoi à partir des six confédérations initiales. Mais cette nouvelle mouture est aussi particulièrement exquise pour le mode remix qui propose, en plus de mini défis du même nom à jouer séparément, un ensemble de défis en mode conquête de la carte des états unis. Une nouvelle campagne en quelque sorte légèrement orientée Risk et qui vous permettra de toucher un peu à tout dans des environnements flashys. Ainsi le 21, les modes Elimination et Domination  ou encore le Remix 2 vs 2 n'aurons plus de secret pour vous.

 

Pour résumer, NBA Jam est complet car il propose un jeu fluide et bling bling autant que le méritait un retour aux sources de cette envergure. On ne peut que saluer l'ensemble des modes de jeux et le travail fait sur l'animation même si la graphique du jeu reste un chouilla décevante. On aime sans compter et on y rejouera souvent seul ou à plusieurs. Les nostalgiques regretteront la bande son toute particulière de 94 mais sans compter les minis détails négatifs puisqu'ils disparaissent sous une montagne de plaisir c'est magique de s'y retrouver et la composante wiimote y est pour beaucoup dans le bonheur de jeu. Jeu accessible avec les manettes classiques également .. et nunchuck obligatoire pour joueur avec la wiimote. Un vrai piège à temps dans tous les cas.  

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques