5.5/10

Need For Speed - Undercover - Test

Probable dernier épisode de la saga et ce à juste titre. Le corps du jeu est plat et ennuyeux, répetitif et tout juste intéressant. Trop sobre et lassant mais surtout manquant de vitesse, un jeu bien fade donc et un essai final assez raté pour cette mythique franchise.

La saga des Need for speed commence à faire date. The need for speed raccourci dès le deuxième opus à son plus simple appareil (The étant un peu pompeux il faut croire) a connu une bonne dizaine de titres depuis 1995 et quatre opus sur les consoles de nouvelle génération. Après Pro street, Carbon et Most Wanted, nous vous présentons Undercover, le dernier né de la saga d'Electonic Arts version courses poursuites arcade. Il semblerait d'ailleurs que ce soit le dernier à en croire les dernières annonces officielles. Alors, à tort, à raison ou à travers ?

Une petite cinématique vous accueille dans votre nouveau terrain de jeu, ville qui s'étend au bord d'une eau reflétant un soleil de plomb et des tours qui scintillent de milles feux du haut de leur centaines d'étages. L'action commence immédiatement et vous mets au volant d'un premier bolide sans plus ample
connaissance avec l'environnement. Vous avez la police aux trousses et vous voilà en plein cœur d'une course poursuite comme vous allez en faire des milliers par la suite. L'animation est fluide et les décors agréables mais pour l'instant pas d'impression vertigineuse de vitesse à vous couper le souffle. Une fois votre première mission effectuée, place aux vraies cinématiques, à savoir celles qui ressemblent au cinéma. Pour le coup ça devient vraiment très beau à regarder et on se laisse aller à contempler la modélisation parfaite des acteurs qui se sont prêtés au jeu. Tout ceci est bien trop court mais ne vous inquiétez pas il y en aura d'autres. Le but de cette petite intro n'est autre que de vous mettre en face de vos objectifs. Vous devez gagner la confiance des voyous de la ville en participant à un maximum de courses illégales et ainsi augmenter votre réputation tout en sécurisant votre couverture.

A nouveau relâché dans la ville, l'aventure commence donc et vous laisse libre dans un univers assez vaste et urbain aux possibilités multiples. Toutefois la multitude des missions est d'une navrante banalité et oscille entre rouler et rouler en faisant des dégâts. Chaque course vous proposera un itinéraire fermé avec un chrono à battre ou bien un montant de dommages à infliger à la ville ce qui vous
débloquera des points de confiance auprès des bad boys que vous voulez impressionner. Cela libérera aussi des bonus passifs pour vos voitures et du pognon dans le but d'acheter d'autres caisses dans un garage très, voir trop, sobre. L'un dans l'autre au bout de vingt minutes on pourrait déjà s'ennuyer un peu si ne venait la cinématique suivante ou une augmentation de niveau tant attendue. Mais les moments les plus agréables sont ceux ou une voiture de flic apparaît à l'horizon et vous prends en chasse avec ses copines dans le but de vous arrêter avec muscle, perte et fracas. Le problème est que même ce moment n'est pas vraiment agréable bien longtemps puisque semer la police est d'une facilité déconcertante et ne crée aucune poussée d'adrénaline ni la moindre sueur froide.

On finit donc par faire un tour de route libre sans vraiment s'intéresser aux objectifs à atteindre. Au bout d'un moment même les textures semblent fades et on ne peut
que se demander pourquoi on joue à Need for speed undercover alors que les titres arcade de qualité existent déjà. On pense alors au très bon Burnout Paradise et à sa sensation de vitesse incomparable et on pleure un peu devant cet erzatz sans joie d'une jouabilité certes agréable niveau conduite (sauf le « car time » à la Tony Hawk project 8 qui est juste une frustration supplémentaire : Pourquooiiiiiiii ?) mais qui ne dénote d'aucune particularité mis a part l'éblouissement du soleil couchant sur la ville et de beaux moments filmés. Mais pour le coup reprendre le scénario de Fast and Furious dans un jeux vidéo n'est pas payant pour un sou. De même regarder une cinématique toutes les deux heures n'a pas grand intérêt. Il faut donc bien l'avouer : la saga a perdu son identité et c'est avec un pincement au coeur qu'on éteind sa console.

Au final un jeu tout juste moyen, sans vie et sans flamme, sans boost et sans panache. On regrette l'époque où The need for speed nous en mettait plein la vue sur PC, cette époque ou il était bon de se faire poursuivre par les flics dans de magnifiques décors et avec un goût du risque qui collait aux yeux autant qu'aux pneus. Un gâchis certes, alors essayez encore avant de rendre la franchise au cimetière des jeux vidéos.

Partager cet article

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Anonyme

    27/12/2008 à 21h29

    Répondre

    je voudrais une sauvegarde 100% de nfs undercover


     

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques