8/10

Nervous Brickdown - Test

Un jeu majestueux bourré de créativité et de loufoquerie, repensant totalement le genre, tout en conservant les règles de base d'un classique jeu vidéo d'arcade : stress, bonne durée de vie, boss de fin, bonus et tableaux à débloquer

Nervous Brickdown est une adaptation pour la DS du classique jeu d'arcade Arkanoïd, dit casse-briques. Néanmoins, loin de faire une transposition plus ou moins à l'identique, il sort complètement des sentiers battus jusqu'ici. Qui a dit par exemple que la raquette ne pouvait pas se promener sur l'intégralité de l'écran ? Qui a dit qu'on ne pouvait pas dessiner sa propre raquette ? Qui a dit qu'on était obligé de casser des briques ? Pourquoi ne pas effacer aussi des tâches d'encre, faire éclater des bulles ou sauver des petits bonshommes ? Qui a dit que la balle devait être une balle ? Pourquoi ne pas en faire un rayon ? Qui a dit que l'on devait uniquement renvoyer la bille ? Pourquoi ne pas faire autre chose en même temps, comme colorier, souffler, shooter, sauter, rattraper des hommes, tuer des requins, chasser des fantômes ? Qui a dit qu'on ne devait pas changer la couleur de la raquette quand la couleur de la balle change ?

Quand la bilel est jaune, la raquette doit l'être aussi
Quand la bille est jaune,
la raquette doit l'être aussi
Personne n'a dit cela. Il a juste fallu attendre qu'Arkedo y pense pour nous offrir une nouvelle version totalement révolutionnée et bourrée d'excellentes innovations repensant totalement le genre. Dans 10 mondes différents, nous y découvrons 10 nouvelles façons de penser le casse-briques, chacune disposant d'un thème graphique et musical en totale concordance avec la méthode du monde en question. Du thème marin, en passant par les thèmes électro, jungle ou intergalactique, jusqu'au thème far-west, le joueur découvre avec plaisir à chaque nouveau monde un complet renouveau. Objectif avoué des créateurs, ne serait-ce que par le titre du jeu, il tombera aussi régulièrement dans un stress total lié à la difficulté du jeu. Car il ne faut pas s'y méprendre, chacun des 10 mondes proposant un concept totalement différent des autres, il faut à chaque fois se familiariser avec le genre, rechercher les astuces qui permettent d'avancer et de se perfectionner jusqu'à vaincre les boss final après avoir passé les 9 tableaux. Il ne faut pas non plus croire que nos sympathiques compatriotes d'Arkedo ont voulu nous faciliter la tâche. Dans chaque monde ou presque, il faut exécuter plusieurs actions en même temps. Pire, dans l'un d'eux, il faut même gérer le déplacement vers le bas de l'ensemble du décor.

Retour au coloriage
Retour au coloriage
Cette diversité évite toute monotonie et renouvelle à chaque fois l'intérêt du joueur, ce qui sera toujours une qualité dans la création vidéo-ludique. En outre, autre mérite, Nervous Brickdown est plus long qu'il n'en a l'air. Dans chaque tableau, il ne suffit pas de gagner, il faut aussi remporter des médailles en remplissant une condition supplémentaire (détruire un certain nombre de briques d'affilée, finir le tableau sans perdre une vie, colorier tous les dessins à l'écran, sauver tous les marins, détruire tous les blocs d'une couleur...), ces médailles permettant de débloquer les bonus musicaux. Et, oh surprise, après le passage du générique final, quand on croit vraiment avoir fini le jeu en se disant que c'était peut-être un peu court, on découvre qu'on vient de débloquer encore 45 tableaux supplémentaires, et plus ardus.

Enfin, question jouabilité, rien à redire. Le stylet est aussi idéal que la souris et on constate avec plaisir que le double écran de la DS présente l'avantage de donner au joueur un supplément de verticalité tout à fait adéquat pour le genre casse-briques. Il faut juste s'adapter au léger décalage directionnel quand on passe d'un écran à l'autre.


Eviter bombes et lasers ennemis et détruire le boss
Eviter bombes et lasers ennemis
et détruire le boss
Ainsi se présente Nervous Brickdown, un jeu majestueux bourré de créativité et de loufoquerie, repensant le genre et mélangeant totalement les thèmes, tout en conservant les règles de base d'un classique jeu vidéo d'arcade : stress, bonne durée de vie, boss de fin, bonus et tableaux à débloquer. Au sein de cette grande réussite, on ne peut dès lors que s'étonner de l'insipidité du mode multi-joueurs, pauvre à l'extrême et dans lequel on ne fait que bêtement casser des briques. On regrette aussi le 9ème monde, dit Rétro, beaucoup moins intéressant et innovant que les autres mondes. Il est de plus tellement difficile qu'on est obligé de jouer à deux pour le réussir (merci aux raccourcis boutons). On ne peut pas tout réussir du premier coup, Arkedo a quand même fait un très beau et bon jeu, qui fait partie de ceux sur lesquels on revient toujours même après quelques mois d'interruption.

A découvrir

MadWorld - Test

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques